Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Malgré la crise sanitaire, l'appétit des actionnaires salariés est resté important l'an dernier

jeudi 15 juillet 2021 à 17h34

(BFM Bourse) - Les résultats du baromètre annuel d'Eres montrent que l’actionnariat salarié a prouvé sa résilience l'an dernier. Malgré une baisse du nombre d'opérations et des montants souscrits, les entreprises et les salariés ont montré leur attachement à ce dispositif d’association au capital.

Après le record historique de 2019, où 40 opérations d'actionnariat salarié "démocratique" (c'est-à-dire de plans collectifs s'adressant à l'ensemble des employés), le nombre d'opérations collectives menées à l'échelle du SBF 120 a quelque peu diminué l'an dernier, révèle le panorama annuel d'Eres publié ce jeudi.

Rien d'étonnant, puisque le groupe de conseil et de gestion spécialisé en épargne salariale, épargne retraite et actionnariat salarié avait déjà signalé à l'été 2020 un ralentissement du nombre d'opérations (14 fin juillet, contre 26 à fin juillet 2019) dans un contexte où les priorités des entreprises cotées ont été évidemment chamboulées par la crise. Et avec 33 opérations recensées au final, le score de 2021 reste supérieur à la moyenne historique observée depuis la création du panorama en 2010.

Au cours des dix dernières années, 66 entreprises du SBF120 ont réalisé 317 opérations au total. En moyenne, les entreprises proposent une offre à leurs salariés tous les deux ans.

Par ailleurs, les opérations collectives continues gardent le même attrait auprès des salariés : 42% des employés en moyenne ont pris part aux opérations menées en 2020, la même proportion qu'en 2019, précise Eres. Le montant souscrit par chaque salarié, en moyenne, a cependant diminué à 4540 euros (contre 5390 euros en 2019).

En chiffres, les 33 opérations collectives de 2020 ont représenté un montant de 2,5 milliards d'euros de souscription. L'année précédente, 3,4 milliards d'euros d'actions avaient été souscrits en 40 plans. L’actionnariat salarié continue de séduire les salariés.

Les actionnaires salariés restant le plus souvent actionnaire dans une perspective de long terme, et de nouvelles entreprises venant chaque année rejoindre les rangs de celles qui ouvrent leur capital aux salariés (sur les 33 opérations de 2020, 2 entreprises ont réalisé leur première opération depuis au moins dix ans), "le taux de démocratisation" calculée par Eres continue à progresser année après année : 39% des salariés du SBF 120 (2 sur 5) sont actionnaires de leur entreprise, ce qui représente désormais près de 2,6 millions de personnes.

Un effort largement payant de la part des employés, puisque pour 100 euros investis en titre de leur entreprise, les salariés du SBF 120 ont réalisé un gain moyen entre 106% (décote et dividende compris, hors abondement), et 291% (avec abondement de 100%), calcule Eres.

Favoriser l'actionnariat salarié semble aussi bénéfique pour les entreprises (dont beaucoup offrent un abondement en plus des montants investis par leurs salariés). Le cabinet de conseil remarque en effet que les résultats des entreprises ayant réalisé des opérations entre 2018 et 2019 ont apparemment mieux résisté à la crise de 2020 : leur ratio résultat d'exploitation par salarié a reculé de 44% en moyenne, contre 182% pour les entreprises n'ayant mis en place aucune opération collective sur la période.

Guillaume Bayre - ©2021 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+318.80 % vs +31.40 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat