Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Le jeu de Nintendo Animal Crossing est devenu un repaire de traders de navets virtuels

samedi 2 mai 2020 à 07h45
Le trading de navets fait fureur dans le monde merveilleux d'Animal Crossing

(BFM Bourse) - Si certains investisseurs ont été désagréablement surpris par la baisse du taux d'intérêt de la banque Nook fin mars (de 0,5% à 0,05%), la plupart des joueurs misent plutôt sur le trading de navets pour faire fortune... Plongée au cœur d'un univers mignon, mais capitaliste, qui rappelle à bien des égards le monde des traders.

Dans le dernier opus "New Horizon" de la série de jeux vidéo à succès Animal Crossing, les épargnants de la banque Nook ont eu la désagréable surprise de voir le principal taux d'intérêt diminuer brusquement de 0,5% à 0,05% le 23 avril dernier. Avertis par un courrier du banquier Tom Nook -un raton laveur décrit comme "cupide" par la communauté, récemment promu responsable de la "Nook's Home" après avoir été gérant du magasin local et qui vend une maison à chaque joueur au début de la partie- la veille au soir, certains joueurs accusent le coup.

"Je me sens trahie", admet une internaute sur Twitter. "Ma copine et moi venons d'apprendre une mauvaise nouvelle. La banque diminue le taux d'intérêt de notre épargne sans notre consentement. Je trouve honteux de profiter de la situation actuelle et ne recommande pas la banque Nook". "Une bande d'escrocs" renchérit un joueur de longue date. D'autres, encore, s'interrogent sur les raisons économiques derrière la baisse des taux et dénoncent "l'instinct capitaliste" du financier et sa position monopolistique sur l'île imaginaire.

Plus que la baisse de taux, la proposition de Tom Nook de dédommager les épargnants avec un tapis brodé de clochettes -la monnaie locale- passe mal. "C'est la cerise sur le gâteau. On nous vole et on nous offre un tapis clochettes, quel culot" s'insurge ainsi un utilisateur de Reddit.

Parallèle avec l'économie réelle

Dans un article pince-sans-rire, le Financial Times réalise une analogie entre la politique de la banque Nook et les grandes institutions financières mondiales. Le choc de la baisse des taux de la banque Nook refléterait ainsi les efforts des autorités monétaires du monde entier pour atténuer les effets du coronavirus en réduisant les taux et en diminuant les coûts d'emprunt à long terme grâce à de vastes programmes d'achat d'obligations. Le FMI estime à 14.000 milliards de dollars le montant global des plans de relance annoncés dans le monde ces dernières semaines, entre les programmes des banques centrales et gouvernementaux.

Ce soutien sans faille des institutions financières a permis aux marchés mondiaux de rebondir depuis mi-mars dernier. "Nous pensions que cette détente était temporaire, mais nous avons clairement franchi le Rubicon et elle est maintenant permanente", a déclaré Albert Edwards, stratégiste à la Société Générale, interrogé par le FT. "Maintenant que la banque Nook a abaissé ses taux à zéro ou presque, la prochaine étape sera logiquement du "quantitative easing". Il est essentiel que les joueurs essaient de brancher leur jeu à leur imprimante, car il pourrait commencer à produire de l'argent", plaisante-t-il.

"La Bourse aux navets, c'est le Far West"

Si la politique volontairement expansionniste de la banque Nook, imposée par une mise à jour obligatoire du logiciel le 23 avril, a pu déstabiliser certains joueurs, la grande majorité d'entre eux ne misait (déjà) pas sur le faible taux d'intérêt mensuel proposé par Tom Nook pour faire fructifier leur épargne, confie un utilisateur averti. "Ce qui peut rapporter gros, c'est le trading de navets mais c'est le Far West" prévient-il.

Comment s'organise ce marché où l'on peut "doubler, tripler voire quintupler sa mise initiale", et ainsi rembourser rapidement les emprunts contractés auprès de Tom Nook? Chaque dimanche matin, la vendeuse ambulante Porcelette (un marcassin femelle) vient vous rendre visite sur votre île et vous propose ses navets, à un prix toujours différent (et qui varie aussi selon les joueurs). Le cours du navet est ensuite mis à jour selon un double fixing (à midi et à minuit pétantes) et le joueur peut décider, ou non, de revendre ces navets aux ratons laveurs Méli et Mélo. Lesquels ne sont autres que les neveux de Tom Nook et gérants du magasin.

Résultat, pour peu que le joueur ait un certain appétit pour le risque, la tentation est grande d'attendre le meilleur moment pour revendre ces navets au meilleur prix. Sauf que le navet étant une denrée périssable, le joueur dispose d'une semaine pour revendre ses précieux légumes, avant que ceux-ci ne pourrissent et constituent une perte sèche. Ce monde parallèle qui se veut enchanteur et bienveillant devient dès lors un repère d'investisseurs et d'arbitragistes en tout genre.

D'autant que, complexité supplémentaire, le joueur peut décider de revendre ses navets dans la boutique de son île, ou d’une autre île -puisqu'il a la capacité de visiter tous les villages- pour profiter du cours du navet local.

Prédire l'évolution des cours du navet

Afin de tenter de minimiser leurs pertes, des joueurs ont développé des outils d'aide à la décision, souvent sous la forme d'algorithmes capables de prédire l'évolution du cours du navet.

Comme l'indique Le Monde dans un article de sa rubrique Pixels, un développeur mexicain a découvert les données compilées par un autre joueur (Ninji) "qui avait percé à jour les formules mathématiques à l’œuvre derrière les fluctuations du prix du navet" et décidé de lancer un site collaboratif (Turnip Calculator) où les joueurs suivent l'évolution du cours du précieux légume-racine.

D'autres initiatives ont suivi et les joueurs du monde entier s'échangent désormais leur "dodo codes" (mis à jour à chaque fois qu'un joueur allume sa Nintendo Switch et qui permettent de voyager d'île en île) sur les réseaux sociaux et autres forums. Si certains utilisateurs demandent juste une commission sur le gain réalisé par le joueur qui a ainsi pu accéder à son île et y négocier son navet à un meilleur prix, d'autres vont jusqu'à faire payer un droit d'entrée.

À cet égard, le site "Turnip Exchange" est en quelque sorte "LeBonCoin de la tulipe". Les joueurs peuvent y déposer des petites annonces pour vendre et acheter le légume, en fixant leur condition pour que ceux-ci accèdent à leur île. Récemment, la tendance est à la flambée de ces frais d’entrée. "Je suis halluciné de l'explosion des prix pour la vente de navets sur Turnip Exchange, certains hôtes demandent 500.000 clochettes" s'étouffe un joueur sur Reddit. "En même temps, tu vas sur une île à 600 clochettes le navet, tu peux gagner environ 2 millions de clochettes (un joueur peut acheter plusieurs milliers de navets chaque dimanche, NDLR) donc ça ne me choque pas qu'il t'en demande 500.000" lui répond un autre. Bref, l'appât du gain n'a pas de frontière, quand bien même celle-ci serait numérique

Quentin Soubranne - ©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+305.70 % vs -0.01 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat