Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

La livre turque et la Bourse d'Istanbul s'écroulent après le changement de gouverneur à la banque centrale

lundi 22 mars 2021 à 10h38
La livre turque est de nouveau sous une forte pression

(BFM Bourse) - Tombé en disgrâce pour avoir tenté de combattre l'inflation via un durcissement de la politique monétaire, Naci Ağbal a été brutalement remplacé par Şahap Kavcıoğlu. Ce troisième remaniement en moins de deux ans à la tête de la banque centrale du pays entraîne une rechute de la livre, et une baisse des actions turques.

Les principaux indices de la Borsa İstanbul, la Bourse turque, reculaient de plus de 8% lundi matin à un plus bas depuis décembre 2020, tandis que la livre perdait près de 9% face au billet vert (à 7,93 livres pour un dollar), à la suite du nouveau remaniement à la tête de la banque centrale opéré samedi par le président Erdogan.

Ancien ministre des finances de 2015 à 2018, Naci Ağbal avait été nommé le 7 novembre 2020 gouverneur de la banque centrale (Türkiye Cumhuriyet Merkez Bankası, ou TCMB) à la place de Murat Uysal, sanctionné pour n'avoir pas réussi à enrayer la chute de la livre turque.

Pour contenir une inflation à deux chiffres, qui a fait perdre à la livre la moitié de sa valeur face au billet vert depuis 2018, Naci Ağbal n'a cependant eu d'autre recours que de relever agressivement les taux directeurs de la banque centrale. Cette approche a abouti à un redressement de plus de 15% de la devise turque par rapport à un plus bas historique de 8,50 livres pour un dollar à la veille de sa nomination, et permis pour la première fois depuis des années d'enregistrer un flux net de capitaux étrangers en direction de l'économie turque.

Une orthodoxie monétaire critiquée

Cette politique d'orthodoxie monétaire est cependant critiquée par les proches du gouvernement, tels que l'ancien banquier et économiste Şahap Kavcıoğlu qui a fait paraître le mois dernier dans la presse une tribune expliquant que la hausse des taux en Turquie, à rebours des taux à zéro ou proche de zéro pratiqués un peu partout dans le monde, n'était pas la solution aux problèmes économiques. Parfois considérés comme nécessaire pour assainir l'économie à long terme, à court terme des taux plus élevés ralentissement le crédit et donc l'activité.

Jeudi dernier Naci Ağbal a procédé à un tour de vis supplémentaire, en augmentant de 17% à 19% le taux "repo" à une semaine, dans l'anticipation d'une accélération de l'activité économique sur fond d'allégement des restrictions liées à la pandémie (la Turquie ayant déjà administré 13 millions de doses de vaccin, fournies principalement par le laboratoire chinois Sinovac). Ce choix semble avoir scellé son sort, le mandat de président de la banque centrale de la République de Turquie étant, contrairement à ceux des principales banques centrales de la planète, entièrement à la main du gouvernement (un manque d'indépendance considéré à l'étranger comme une faiblesse pour la crédibilité de la politique monétaire). Deux jours après, Şahap Kavcıoğlu a été nommé à sa place.

"Dans le cadre des devoirs et pouvoirs prévus par la loi, la Banque centrale de la République de Turquie continuera à utiliser efficacement les outils de la politique monétaire conformément à son objectif principal de parvenir à une baisse permanente de l'inflation. La baisse de l'inflation favorisera la stabilité macroéconomique grâce à la baisse de la prime de risque et à l'amélioration des coûts de financement, et contribuera au développement des conditions essentielles à une croissance durable qui favorisera l'investissement, la production, les exportations et l'emploi", a déclaré le nouveau gouverneur. La TCMB tiendra sa prochaine réunion de politique monétaire selon le calendrier prévu, le 15 avril.

G. B. - ©2021 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+320.10 % vs +25.56 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat