Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : L'euro reprend les 1,27 dollar

Marché : L'euro reprend les 1,27 dollar

tradingsat

(CercleFinance.com) - La monnaie unique européenne tentait ce matin, et avec peine, de reprendre pied au-delà des 1,27 dollar l'euro. Elle y parvenait finalement vers 13 heures 30 en prenant 0,17% à 1,2704 dollar, non sans avoir marqué un point haut de séance à 1,2709.

Un point bas de 1,2642 dollar a été atteint ce matin.

Pas de mouvements significatifs à signaler face au yen (100,8 yens l'euro), du sterling (0,8033) ni du franc suisse (1,2011).

En un an, l'euro a perdu 11% de sa valeur environ contre le dollar US, 13,3% contre le yen, 9% contre le sterling et enfin 4,3% face au franc suisse, lié depuis septembre dernier à l'euro par une parité minimale défendue par la Banque nationale suisse.

Même si elle semble s'apaiser aujourd'hui, du moins en Bourse, la tourmente dans laquelle sont prises les banques espagnoles pèse toujours sur la devise européenne.

Comme le notait un analyse de ScotiaFX, 'la faiblesse reste de mise sur l'euro, qui a touché (hier) son plus bas niveau de l'année à 1,2624'. En effet, hier, Fitch a dégradé à “CCC” la note de la Grèce, une décision qui semble acter aux yeux de l'agence la faillite du pays et sa sortie de la zone euro.

'Le président (de la BCE) Mario Draghi a indiqué qu'il ne remettra pas en cause les principes de la banque pour empêcher une sortie de la Grèce de l'euro', rappelle les cambistes de la banque canadienne ScotiaFX.

Cependant, 'la peur ne porte pas seulement sur la Grèce, mais sur les craintes des conséquences du phénomène de contagion à l'Espagne et à l'Italie en regard de la faiblesse relative des moyens dont dispose le FESF (700 milliards d'euros)', commente ScotiaFX.

En outre, l'agence Moody's a abaissé jeudi la note de 16 banques espagnoles évoquant la capacité réduite de l'État espagnol à apporter un soutien financier à plusieurs d'entre elles, note un analyste d'Aurel BGC.

Plus largement, 'les marchés manifestent clairement leurs doutes quant à la capacité de l'Espagne et de l'Italie à soutenir le fardeau de leur dette', commente Hans-Werner Sinn, professeur d'économie et de finances publiques à l'institut allemand Ifo.

'Le plus gros problème est l'Espagne, où un quart de la main d'oeuvre et la moitié de la jeunesse sont au chômage, illustrant la perte de compétitivité du pays', explique le chercheur, qui s'attend donc à ce que le pays manque à nouveau son objectif de réduction du déficit.

De plus en plus, la pression monte sur le marché pour que la BCE se montre plus agressive, ce qui pourrait passer par un affaiblissement de la qualité des collatéraux exigés pour l'accord de prêts.

Si le calme est revenu pour l'heure, ScotiaFX identifie, en termes techniques, les prochains supports sont maintenant situés à 1,2624 à 1,2500, ce dernier niveau étant aussi 'psychologiquement important'. Un cambiste d'une grande banque française estimait 'probable' que la parité euro/dollar revienne sur les 1,20.

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...