Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Faut-il investir dans les entreprises qui font leur entrée au CAC 40 ?

dimanche 17 janvier 2021 à 07h00
Teleperformance affiche un parcours boursier exceptionnel

(BFM Bourse) - En 2020, pas moins de trois groupes ont intégré l'indice phare de la Bourse de Paris. Et ils affichent une rentabilité pour l'actionnaire plus élevée que la moyenne.

L'an passé n'a pas été mouvementé que sur les cours de Bourse. La composition de l'indice phare de la place parisienne a également été chamboulée. Ainsi, en 2020, pas moins de trois entreprises ont fait leur entrée au sein du CAC 40. En 2019, il n'y avait eu qu'un petit nouveau, et en 2018 deux. Si ces mouvements sont donc réguliers, le nombre d'entrées et de sorties semble donc s'accélérer avec la volatilité des cours. Mais est-ce une bonne idée de miser sur les nouveaux entrants?

Avant de répondre à cette question, il faut déjà avoir en tête la rentabilité des actions de l'indice. Dans la dernière édition de notre palmarès BFM Bourse, nous constatons que les actions du CAC 40 affichent en moyenne un rendement (dividendes inclus) de 8,96% au cours des cinq dernières années (2016-2020). Aux deux extrémités de notre palmarès, on retrouve STMicroelectronics (+38,32% par an depuis 5 ans) et Renault (-12,17% par an entre 2016 et 2020).

Ceci posé, on retrouve souvent parmi les "bons élèves" les nouveaux entrants dans le CAC 40. C'est particulièrement vrai pour le cru 2020. Ainsi, le géant du transport ferroviaire Alstom affiche un rendement (dividendes inclus) de 15,08% au cours des cinq dernières années. La société de services de paiement et de transactions Worldline fait encore mieux, avec 27,08% de rendement annuel brut moyen de 2016 à 2020. Mais le spécialiste des centres d'appels Teleperformance les bat encore: en moyenne 29,29% de rentabilité annuelle chaque année depuis 2016.

Des sociétés en pleine montée en puissance

En 2019, nous nous concentrerons sur le seul véritable entrant Thales (excluant Worldline qui avait fait une incursion purement technique dans le CAC 40 dès cette année là, en raison de la scission d'avec Atos). Le groupe spécialisé dans l'aérospatial et la défense est ici celui qui s'en sort le moins bien. Il affiche une performance (toujours dividendes inclus) de 3,57% par an depuis cinq ans. Ce qui reste néanmoins tout à fait honorable.

Enfin, en 2018, deux groupes avaient fait leur entrée au sein du CAC, à savoir Hermès et Dassault Systèmes. Le géant du luxe fait lui aussi partie des actions les plus rentables du CAC 40 ces dernières années, avec un rendement moyen de 23,96% par an de 2016 à 2020. Dassault Systèmes, qui conçoit des logiciels de conception 3D, affiche aussi une rentabilité hors norme pour l'actionnaire: 18,04% par an au cours des cinq dernières années.

Parier sur les nouveaux entrants est donc plutôt une bonne idée en général. Deux raisons peuvent expliquer cette surperformance. D'abord, lors de l'entrée d'un groupe dans un indice, tous les fonds indiciels doivent acheter le titre en question pour avoir un portefeuille parfaitement représentatif de cet indice. On a récemment vu ce phénomène à l'œuvre, dans des proportions considérables, avec l'arrivée de Tesla dans le S&P 500.

Ensuite, ce sont des groupes en pleine croissance, avec une capitalisation boursière qui s'envole, qui entrent dans un indice pour remplacer des groupes en perte de vitesse. Il est donc assez logique que leurs performances des dernières années soient supérieures à la moyenne et que leur cours de Bourse soit en progression. En revanche, il faut toujours le rappeler, les performances passées ne présagent pas celles à venir: une action qui a connu une belle période peut tout à fait se retourner par la suite. Y compris pour un nouveau venu dans le CAC 40.

Jean-Louis Dell'Oro - ©2021 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+322.30 % vs +17.28 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat