Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Ses ambitions depuis longtemps évanouies, WeWork se vend 9 milliards à une Spac

vendredi 26 mars 2021 à 14h45
Ses ambitions depuis longtemps évanouies, WeWork se vend 9 milliards à une Spac

(BFM Bourse) - Le spécialiste des bureaux partagés avait rêvé d'une méga-introduction en Bourse, mais face aux doutes des investisseurs, son principal actionnaire SoftBank avait dû se résoudre à le renflouer. Un an et demi plus tard, WeWork va être repris par une Spac pour 9 milliards de dollars, une fraction du montant espéré en 2019.

Dix-huit mois après l'implosion du grandiose projet d'introduction de WeWork à Wall Street, la start-up américaine spécialisée dans les bureaux partagés consent à un rachat par un véhicule d'investissement coté (Special Purpose Acquisition Company, ou Spac), sur la base d'une valorisation de 9 milliards de dollars. Soit moins d'un cinquième du montant démesuré que l'entreprise convoitait en 2019, qui en aurait fait la deuxième plus grosse IPO cette année-là après celle d'Uber (lequel avait réussi à se valoriser 75 milliards de dollars).

Outre les frasques du fondateur Adam Neumann, qu'on avait dû pousser vers la sortie, les investisseurs avaient à l'époque tiqué sur la pérennité du modèle de WeWork, qui s'endette à long terme pour s'assurer la disponibilité de locaux qu'ils loue en retour à court terme à des entreprises et travailleurs indépendants. Une conjonction dévastatrice en cas de retournement conjoncturel -ou impondérable type pandémie mondiale- entraînant une baisse de la demande de places de travail.

Principal bailleur de fonds de WeWork, le conglomérat japonais SoftBank avait dû se résoudre à lui avancer les fonds nécessaire à sa survie, prenant à cette occasion le contrôle majoritaire.

Ainsi que le révèle vendredi le Wall Street Journal, WeWork a trouvé un accord en vue de son rachat par une Spac, BowX Acquisition, sur la base d'une valeur d'entreprise (incluant donc la dette) de 9 milliards de dollars. Dans la foulée, la nouvelle entité lèvera 1,3 milliard de dollars d'argent frais au travers d'une forme de placement privé (private investment in public equity, ou Pipe) souscrit par des fonds tels qu'Insight Partners, Starwood Capital et Fidelity Management.

WeWork trouve ainsi son salut dans la vogue des Spac, ces entreprises sans activité opérationnelle qui arrivent en Bourse en demandant un" chèque en blanc" aux investisseurs pour réaliser des acquisitions. En l'occurrence, BowX Acquisition avait levé 420 millions de dollars l'année dernière.

Guillaume Bayre - ©2021 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+318.50 % vs +32.15 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat