Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Les comptes de Disney+ dérapent, Wall Street sanctionne la maison-mère de Mickey

mercredi 9 novembre 2022 à 15h04
Les parcs d'attractions de Disney ont déçu

(BFM Bourse) - Le groupe américain a multiplié par deux les pertes opérationnelles de son service de streaming au quatrième trimestre de son exercice 2021-2022. Disney va tenter de redresser la barre via notamment des hausses de prix.

Mickey n’a guère le sourire. Walt Disney chute de 9% à l’ouverture jeudi, après avoir publié des résultats inférieurs aux attentes au titre du quatrième trimestre de son exercice 2021-2022 clos le 1er octobre.

Le chiffre d’affaires du géant américain des médias s’est établi à 20,15 milliards de dollars, soit près d’un milliard de moins que les projections des analystes financiers. Le bénéfice net des activités poursuivies s’est établi à 162 millions de dollars, stable sur un an, mais là encore inférieur aux attentes des analystes qui tablaient sur un chiffre d’un peu moins de 800 millions de dollars.

Le segment des revenus "direct to consumers (DTC)", qui regroupent les services de streaming Disney+, ESPN+ et Hulu, a vu ses revenus croître de 4% sur un an à 5 milliards de dollars, mais sa perte opérationnelle a quasiment doublé pour passer de 800 millions de dollars à 1,5 milliard de dollars.

Pic de perte opérationnelle

Cette dégradation est notamment due à un creusement de la perte opérationnelle de Disney+, a indiqué la société, un service de streaming qui ne sera pas rentable avant l’exercice 2023-2024, selon les projections de la société.

"Les résultats de Disney+ reflètent la hausse des coûts de programmation et de production, l'augmentation des coûts de marketing et de technologie et l'absence de sorties Premier Access [un service permettant de visionner de nouveaux films, NDLR] au cours du trimestre", a expliqué la société. "Au cours du quatrième trimestre , il n'y a pas eu de sorties Premier Access, alors que le trimestre de l'année précédente avait bénéficié des sorties de Black Widow et Jungle Cruise", a poursuivi le groupe.

Le creusement de cette perte opérationnelle vient éclipser la croissance du parc d’abonnés de Disney+, de 12,1 millions d'utilisateurs, qui a, elle, dépassés les attentes.

Bob Chapek, le directeur général de Disney a néanmoins assuré aux analystes, que la perte opérationnelle du segment DTC avait atteint "un pic" au cours de de ce trimestre, selon des propos rapportés par Bloomberg.

A la manière de Netflix, le groupe américain va tenter d’élargir sa base d’utilisateurs en lançant le mois prochain une version avec publicité de Disney+ à raison de 7,99 dollars par mois tandis que la version standard passera à 11 dollars par mois, soit trois dollars de plus.

Une structure de coûts à l'examen

"En réalignant nos coûts et en tirant profit de l'augmentation des prix et de la mise en place de l’offre Disney+ avec de la publicité à partir du 8 décembre, nous pensons que nous serons sur la voie pour arriver à une activité de streaming rentable qui créera une croissance continue et générera de la valeur pour les actionnaires à long terme", a assuré Bob Chapek.

"Les chiffres de Disney+ sont toujours bien inférieurs à ceux de Netflix et, bien que Disney+ prévoie également d'ajouter un niveau de Disney+ financé par la publicité le mois prochain, il existe un risque de dilution de son offre, même si elle augmente modestement ses prix ", observe Michael Hewson de CMC Markets.

A noter également que les revenus issus des parcs d’attractions ont également déçu, générant 7,43 milliards de dollars contre 7,59 millards de dollars attendus par les analystes. L’ouragan Ian a eu un impact estimé par le groupe de 65 millions de dollars sur le résultat opérationnel de cette division.

Alors que des vagues de licenciements secouent de nombreux groupes américains - Meta vient d’annoncer la suppression de 13% de ses effectifs - Disney va également réfléchir à des mesures d’économies. "Nous sommes activement en train d’évaluer notre base de coûts", a déclaré le directrice financière, Christine McCarthy, lors de la conférence téléphonique avec les analystes, indique le Wall Street Journal.

Julien Marion - ©2022 BFM Bourse
Votre avis
Portefeuille Trading
+315.80 % vs +35.63 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour