Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Covid-19 : Le médicament remdesivir de Gilead autorisé en urgence aux Etats-Unis

samedi 2 mai 2020 à 10h30

(BFM Bourse) - La biotech californienne Gilead a déjà fait don de son stock actuel de 5 millions de doses de remdesivir, permettant le traitement de 140.000 personnes, et pourrait avoir du mal à tirer bénéfice de la mise à disposition de ce traitement antiviral expérimental contre le Covid-19, selon les analystes.

Deux jours seulement après l'annonce de l'issue positive du vaste essai clinique mené par l'Institut national des allergies et des maladies infectieuses américain dirigé par le docteur Anthony Fauci, la FDA a délivré une autorisation en urgence à l'administration du traitement antiviral remdesivir chez les patients hospitalisés pour symptômes sévères du Covid-19. Une célérité assumée, au vu du rétablissement accéléré des patients lors de cet essai, bien que les données recueillies jusqu'à présent soit encore limitées.

La FDA décidée à recourir à tous les moyens disponibles

"Depuis le premier jour, la FDA s'est engagée à accélérer le développement et la mise à disposition de potentiels traitements du Covid-19. L'autorisation de ce jour constitue est une étape importante dans nos efforts de collaboration avec les acteurs engagés dans l'innovation et les chercheurs afin de fournir aux patients malades un accès rapide à de nouvelles thérapies lorsque c'est pertinent, tout en soutenant la poursuite des recherches pour évaluer plus précisément leur sécurité et leur efficacité", a expliqué Stephen Hahn, l'US Commissioner of Food and Drugs (c'est-à-dire le directeur de la FDA). "À travers le Coronavirus Treatment Acceleration Program, la FDA oeuvre 24 heures sur 24 et utilise tous les outils disponibles pour accélérer ces efforts".

L'autorisation en urgence d'utilisation, qui ne constitue pas une homologation définitive, va permettre d'élargir l'utilisation du remdesivir à davantage d'hôpitaux, a indiqué Gilead, qui a développé la molécule à partir de recherches menées initialement dans Ebola, maladie provoquée par un virus à ARN tout comme le SARS-Cov-2. La molécule inhibe une enzyme appelée "ARN polymérase ARN-dépendante" dont les virus de ce type ont besoin pour se reproduire à l'intérieur des cellules. La biotech prévient que l'allocation des doses, aujourd'hui en quantité limitée, devra être faite sous la direction du gouvernement en ciblant les patients à plus fort besoin.

La montée en puissance de la production en question

Comme annoncé précédemment, Gilead a déjà fait don de l'intégralité de son stock représentant 1,5 millions de doses, ce qui permet le traitement de 140.000 personnes sur la base d'un protocole de dix jours. La firme poursuit parallèlement ses recherches pour déterminer si un protocole sur cinq jours seulement aurait un effet équivalent, ce qui doublerait le nombre de personnes qui pourraient être traitées.

Le laboratoire cherche également à accroître ses capacités de production avec des partenaires multiples en Amérique du Nord comme en Europe et en Asie, avec pour objectif de produire au moins 500.000 doses par mois d'ici octobre, 1 millions d'ici décembre et potentiellement plusieurs millions en 2021.

L'Europe débute l'examen du dossier

Les résultats de l'essai mené par l'Institut national des allergies et des maladies infectieuses américain sur plus de 1000 patients ont par ailleurs incité l'Agence Européenne du Médicament (EMA) à ouvrir une procédure d'examen accéléré du remdesivir sous forme de "rolling review". Cela signifie que l'agence va examiner les différents éléments du dossier du remdesivir au fur et à mesure qu'il lui seront présentés, sans attendre pour débuter son examen que le laboratoire soumette le dossier complet d'un seul bloc. En avril, l'EMA a par ailleurs autorisé certains Etats (Pays-Bas, Grèce, Roumanie et Estonie) à permettre l'administration du traitement à titre compassionnel, c'est-à-dire dans des cas particulièrement graves.

Pour les analystes, la nouvelle est déjà dans les cours

Mais les analystes doutent que le produit permette vraiment à Gilead de dégager des revenus significatifs. Chez Credit Suisse, Evan Seigerman cité par Endpoints News, une publication spécialisée, a précisé qu'il ne pensait pas que le remdesivir deviendrait une activité commerciale significative pour la biotech, et n'intègre aucun revenu à son modèle de valorisation de Gilead.

Considérant que la hausse du cours (plus de 25% depuis le début de l'année) avait suffisamment anticipé l'obtention de l'autorisation d'urgence, trois autres bureaux d'études (JPMorgan, SunTrust et Raymond James) ont abaissé vendredi leur recommandation sur l'action Gilead, qui a terminé en repli de 4,8%.

Guillaume Bayre - ©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+331.80 % vs -4.19 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat