Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Comment Donald Trump veut amener en Bourse sa plateforme de médias sociaux

vendredi 22 octobre 2021 à 10h06
Donald Trump veut lancer son réseau social

(BFM Bourse) - Trump Media & Technology Group, créé par l'ancien président des Etats-Unis, a conclu cette semaine un accord de fusion avec Digital World Acquisition, une société déjà cotée en Bourse dans le seul but d'acheter une autre entreprise, profitant de la vogue actuelle pour les SPAC (Special Purpose Acquisition Company).

Mis au ban des principales plateformes de réseaux sociaux après la tentative de prise d'assaut du Capitole le 6 janvier, le 45e Président des Etats-Unis a dévoilé cette semaine le projet de créer son propre réseau, baptisé Truth Social, visant à concurrencer Facebook et Twitter. Pour porter ce projet, Donald Trump a annoncé la création d'une nouvelle entreprise, Trump Media & Technology Group (TMTG), qu'il compte introduire en Bourse par le biais d'une fusion avec une SPAC, une technique financière devenue extrêmement populaire à Wall Street depuis l'année dernière.

Une SPAC est une société sans activité opérationnelle qui lève des fonds en Bourse avec pour seul objectif de réaliser une ou plusieurs acquisitions. Cette "coquille vide", ici la Digital World Acquisition Corporation, s'introduit en amont en Bourse en demandant aux investisseurs une sorte de chèque en blanc, d'où l'appellation de "blank check company". Seule promesse: utiliser les fonds levés pour acquérir en retour une entreprise non cotée, dans ce cas Trump Media & Technology Group. Une fois l'opération bouclée, la SPAC se rebaptise du nom de la société acquise, laquelle accède ainsi aux fonds apportés par les investisseurs au départ.

En 2020, ce type d'opération a explosé avec pas moins de 248 SPAC introduites sur les marchés américains, levant 82,4 milliards de dollars, selon Dealogic, à comparer à 72 opérations pour un total de 15,2 milliards en 2019, ce qui marquait déjà un record.

Concurrencer la big tech

Le rapprochement entre la SPAC et TMTG, dont l'ambition affichée est "de créer un rival du consortium de média libéraux et contre attaquer face aux 'big tech' de la Silicon Valley qui ont utilisé leur pouvoir unilatéral pour faire taire les voix opposantes en Amérique" valoriserait la nouvelle entreprise de l'ancien Président 875 millions de dollars dette comprise, selon un communiqué de presse.

TMTG compte également lancer un service de vidéo à la demande comprenant selon le communiqué "des programmes de divertissement 'non-woke', des actualités, des podcasts et davantage" avec à sa tête Scott St. John, qui a été producteur exécutif sur des émissions telle que “Deal or No Deal” et “America’s Got Talent”.

L'opération permettrait à la firme d'accéder aux 293 millions de dollars de liquidités dont dispose actuellement Digital World Acquisition, sauf si certains des investisseurs de départ préfèrent retirer leurs billes. Les investisseurs dans une SPAC bénéficient d'un tel droit de retrait, appelé "redemption" tant que le véhicule n'a pas effectivement bouclé d'acquisition. Si le nombre d'introductions de SPAC s'est envolé, les cas de rédemptions se sont également multipliés ces derniers mois, entraînant la chute de plusieurs SPAC privées des moyens de concrétiser leurs ambitions d'acquisitions.

Plusieurs anciens membres de l'administration Trump, tels que Wilbur Ross, Larry Kudlow et Gary Cohn, sont également impliqués dans différentes SPAC.

Guillaume Bayre - ©2021 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+312.90 % vs +36.31 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat