Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Le blanchiment d'argent constitue une menace bien présente pour le secteur bancaire européen

samedi 15 février 2020 à 11h30
Les investisseurs devraient mieux anticiper le risque lié au blanchiment d'argent

(BFM Bourse) - Les banques européennes s'exposent à de lourdes conséquences face aux affaires de blanchiment, avertit l'agence de notation de crédit Scope Ratings. Alors que la législation se durcit face aux récents scandales, les processus de supervision de l'activité bancaire sont encore insuffisants, ce qui rend les établissements encore plus vulnérables.

À l'image de la cybercriminalité ou du changement climatique, le phénomène de blanchiment d'argent et de financement du terrorisme constitue un risque difficilement quantifiable pour le secteur bancaire. Raison de plus pour que les investisseurs s'en préoccupent.

Selon une étude de Scope Ratings, la première agence de notation de crédit originaire d'Europe, si les initiatives réglementaires et professionnelles vont dans le bon sens, le blanchiment d'argent reste un danger immédiat ("clear and present danger", note l'agence en reprenant le titre d'un ouvrage célèbre de Tom Clancy). Sans parler du fait que certaines banques sont encore loin de s'être mises en ordre de bataille, le degré de supervision reste encore inégal au niveau européen. Dans l'ensemble, le processus de surveillance de la lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme, principalement centré sur des mesures de conformité technique, "n'est pas rassurant", selon Scope.

L'agence souligne que les affaires de blanchiment ne sont pas des événements imprévisibles et exceptionnels -autrement dit il ne faut pas les considérer comme des "cygnes noirs"- surgissant à l'improviste. Elles résultent d'activités criminelles menées méticuleusement par des individus très motivés, bien financés et conseillés. Et également du fait que certaines banques sont trop négligentes ou crédules -voire carrément malhonnêtes pour certaines, estime Scope- tandis que les outils de supervision ne sont pas à la hauteur de la tâche, comme l'a elle-même estimé l'Autorité bancaire européenne, en lançant le 5 février une consultation en vue de renforcer le cadre actuel.

Du point de vue des investisseurs, ce qu'ils semblent craindre le plus est l’impact des amendes légales sur les résultats financiers et les fonds propres des banques. Comme il n'existe pas de mesure (en dehors de se référer aux montants des amendes déjà distribuées) pour prévoir et évaluer de manière plausible des scénarios criminels type blanchiment ou financement du terrorisme, les analystes financiers tendent à occulter ce risque.

Or, selon Scope, il y a bien plus à redouter que les seules amendes. Un scandale de blanchiment peut tout d'abord affecter la réputation d'un établissement : cela a en particulier été le cas pour la Danske Bank. La première banque du Danemark a vu ses capacités de financement affectées, en dépit d'un bilan solide, empêtrée dans un gigantesque scandale de blanchiment présumé d'argent russe (200 milliards d'euros dont une grande partie d'origine suspecte auraient transité par l'ex-filiale estonienne de Danske Bank). La plus grande banque de Malte, Bank of Valetta, a également vu sa réputation ternie bien au-delà de l'amende très faible (57.500 euros...) qui lui a été signifiée.

Scope Ratings note que les régulateurs, dans des cas de faute grave et persistante, peuvent également retirer son agrément à une banque. Ce qui a presque failli arriver à la fin de l'année dernière à Anglo Austrian Bank (anciennement Meinl Bank).

Ces scénarios graves restent plus éloignés, mais aucun comité d'investissement ne devrait désormais les ignorer, conclut Scope.

Guillaume Bayre - ©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+331.10 % vs -3.11 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat