Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Andréa Brignone : Quelques lampions pour éclairer la route…

lundi 5 mai 2008 à 09h15
Andréa Brignone

Andréa Brignone Associé Exact

Andréa Brignone, associé Expérience et Action et auteur du Tao de la Bourse et du Trading, est économiste, chargé d’enseignement à Paris II Panthéon Assas. Auteur de l’encyclopédie de l’économie de Larousse, il est également expert auprès de la Commission Européenne. Conférencier …

(BFM Bourse) - Le CAC a profité du 1er mai pour sortir de la boîte dans laquelle il était enfermé depuis le milieu de janvier. Certes, rien n'est encore joué surtout à l'heure où j'écris cet article.

La clôture sera peut-être différente. Pour valider réellement cette sortie, il faudra que le CAC dépasse le niveau de 5094, niveau à partir duquel un gap important est apparu le 18 janvier.

Nous pouvons cependant observer que la moyenne 50 mensuelle a joué son rôle et a permis la remontée de l'indice. Les moyennes 50 hebdomadaires et mensuelles sont respectivement à la baisse et à la hausse. On peut s'attendre encore à quelques mouvements.

Tournons-nous maintenant vers d'autres variables. L'euro est en légère baisse depuis son plus haut de 1, 60. Il en est de même du pétrole. Le marché nous indiquerait-il que des plus hauts ont été atteints ?

Ces éléments ne nous suffisent toujours pas nous faire une idée claire. Cependant un signal intéressant vient des taux d'intérêt à long et à court terme, taux qui ont subi une baisse ces derniers temps.

Finalement, on peut considérer que certains éléments propices à une hausse sont apparus ces derniers temps. Bien entendu, ce qui importe pour la tenue du Cac, ce sont les prévisions de bénéfice pour les sociétés qui le composent.

Un élément intéressant est cependant apparu. La synchronisation entre l'économie américaine et les autres économies, en particulier celle des pays émergents ne semble pas avoir fonctionné. La grande peur de 1929, que les Américains et d'autres ont essayé de mettre en scène sous forme d'épouvantail (voir les articles précédents), semble pour le moment, n'avoir pas été suivie d'effets trop dramatiques. Mais en 1929, elle avait mis un peu de temps pour traverser l'Atlantique. Cependant, la peur a été suffisante pour que, par exemple, la banque d'Angleterre ait injecté massivement des liquidités et que la BCE s'apprête à le faire.

D'autre part, Banque de Chine a accepté une certaine réévaluation du yuan (Jeux Olympiques et Thibet peut être ?).

Bref, tous les signaux sont donnés pour que le monde économique soit convaincu que les autorités feront tout ce qui est en leur pouvoir pour éviter une récession marquée.

Et notre pays dans tout cela ? Certes les sociétés du CAC 40 font l'essentiel de leur chiffre d'affaire ailleurs qu'en France. Cependant il n'y a pas que le Cac 40 à la Bourse. Même s'il sera très long de transformer les structures économiques de notre pays (n'oublions que approximativement un tiers de la population active travaille pour l'Etat, ce qui représente des prélèvements, tant en capital que en hommes, considérables), de nombreuses moyennes et petites sociétés cotées ont un avenir boursier certain. Il est- temps de commencer à s'y intéresser. D'autant plus que les cours de ces sociétés ont été souvent massacrés. En effet, depuis quelques temps les fonds d'investissements s'étaient débarrassés de ces titres, sans autres raisons qu'ils avaient beaucoup monté et que les règles prudentielles de ces fonds les amenaient à privilégier les grandes valeurs. Ces petites et moyennes sociétés ont souvent un savoir faire particulier. Ce qui les privilégie soit comme proies, soit comme futurs prédateurs. Il faut aussi considérer que le nouveau programme économique pourrait favoriser ces sociétés dans la mesure où elles ont des investissements de recherche importants.

Reste la question des sociétés financières et des banques françaises. Ont ‘elles passé toutes les provisions liés à la récente crise financières ? Si c'est le cas, et si elles ont eu suffisamment peur pour éviter pendant quelques temps les investissements hasardeux, il pourrait s'avérer judicieux de recommencer à les mettre en portefeuille. Considérons quand même que ces sociétés sont très liées à l'évolution du CAC 40 (Voir leur indice de force relative). Si le CAC40 monte elles monteront avec lui.

Conclusions. Tout ce qui a été dit ci-dessus est naturellement fonction du fait que le CAC 40 puisque seulement sortir de sa boîte, c'est-à-dire qu'il dépasse durablement le seuil de 5094. Ces hypothèses pourraient être invalidées si le Cac revenait au-dessous de 4975 -4950. Sauf peut-être en ce qui concerne les petites valeurs.

©2021 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+326.80 % vs +13.02 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat