Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Jean-François Faure : Les taux bas pénalisent les épargnants

jeudi 12 décembre 2019 à 16h30
Jean-François Faure

Jean-François Faure Président d'AuCoffre.com

Jean-François Faure est le président d'AuCoffre.com, la première plateforme en ligne 100% sécurisée pour l’achat et la vente de matières précieuses (or, argent métal). Jean-François Faure a créé et promeut le label Clean Extraction afin de développer une exploitation aurifère …

(BFM Bourse) - Nous sommes dans une séquence économique inédite depuis la crise des subprimes en 2008. Les taux directeurs des banques centrales américaines et européennes n’ont jamais été aussi bas. Une volonté de soutenir la croissance économique qui par ricochet commence à faire du mal aux épargnants. Décryptage de notre expert Jean-François Faure, fondateur d'Aucoffre.com.

Les taux d’intérêts, l’artillerie lourde des banques centrales Quand en 2008, début 2009, en pleine crise financière, les établissements bancaires se retrouvent en panne de liquidités, les banques centrales n’hésitent pas à injecter massivement des dollars et des euros “dans l’économie” pour la relancer. On disait avant que les États, par le biais de leurs banquiers centraux, faisaient tourner la planche à billets. Évidemment, aujourd’hui, il s’agit essentiellement de jeux d’écriture numériques. Cet afflux massif de liquidités, mises à disposition des banques, entraîne alors automatiquement une baisse des taux d’intérêts. La théorie des banques centrales, c’est que l’argent sera prêté aux entreprises et aux particuliers. L’économie repartira alors.

Des taux toujours plus bas voire négatifs Dans les cours d’économie au lycée, on apprend qu’une économie qui tourne à plein régime finit par créer de l’inflation. Depuis deux ans, la plupart des pays développés, à part la France, sont dans une situation de plein emploi. Et pourtant, l’inflation est très faible, tout comme la croissance. Même dans des pays exemplaires pour leur industrie et leur capacité à exporter comme l’Allemagne, le taux de croissance est proche de zéro. Alors les patrons de la FED et de la BCE continuent de baisser leurs taux. C’est ainsi qu’on a vu apparaître des taux négatifs sur le marché. On vous “rémunère” pour que vous empruntiez ! Mais rien n’y fait, l’argent reste sur les comptes des banques. Au début du mois de septembre 2019, on apprend que 1.772,5 milliards d’euros, en plus des réserves légales, sont stockés par la banque centrale européenne pour le compte des banques. Alors, l’Institution financière décide d’appliquer une “taxe” ou des frais de garde sur cet argent non utilisé. Un prélèvement de 0,4 à 0,5% ce qui représente sur le volume à peu près 7 milliards d’euros.

Enfin, les gros dépôts sur les comptes courants vont aussi être taxés à terme. Certaines banques privées, pour les gros patrimoines, ont déjà annoncé qu’elles mettaient en place le même système que la banque centrale avec des taux négatifs de 0,4 à 0,5% pour les comptes trop garnis. Les banquiers suisses font ça depuis plusieurs années.

La tentation de “l’hélicoptère monnaie” ? Puisque l’injection de liquidités directement auprès des banques ne fonctionne pas. Puisque l’argent ne se retrouve pas dans l’économie “réelle”, certains évoquent le concept inventé par l’économiste Milton Friedman : la "monnaie hélicoptère". Pour lui, il suffisait que l’État déverse des billets sur la population depuis des hélicoptères pour voir immédiatement une reprise de la consommation et donc de l’inflation. C’était évidemment une métaphore pour évoquer la nécessité de réinjecter directement l’argent dans l’économie de proximité sans passer par la case “banque”.

Sauf qu’aujourd’hui, la situation en Europe notamment, est différente. L’argent dort aussi sur les comptes ou sur des placements sans rendement des particuliers.

Le petit épargnant va payer ! La chasse aux fonds dormants est ouverte ! Depuis 2015 et le taux réglementé à 0,75% on savait déjà que le livret A ne rapportait plus grand chose. On peut même dire qu’avec une inflation à 1%, son patrimoine perd de la valeur.

Plus surprenant, les assurances-vie sont aussi menacées sous leur forme actuelle. Plusieurs grandes compagnies ont en effet annoncé qu’elles allaient réduire leurs placement sur des fonds en euros. En effet, difficile de tenir des promesses de rendements même de 1,5% (au dessus de l’inflation) avec des placements en taux négatifs. Alors, on va inciter l’épargnant à prendre des risques sur des unités de compte, c’est à dire des "paniers de valeurs" plus rémunérateurs mais évidemment plus risqués.

Vers une évolution des placements patrimoniaux ? L’assurance-vie et le livret d’épargne sont les placements préférés des français. Ils avaient une garantie de ne pas perdre leur capital et même si le rendement était faible, il avait le mérite d’exister. L’immobilier devrait sans doute récupérer une partie de ces fonds patrimoniaux même si l’impôt sur la fortune immobilière (IFI) limite ces investissements. Le plafond est finalement assez vite atteint notamment avec la flambée des prix.

À la manière des retraités de l’administration, des pompiers ou du secteur de la santé aux Etats-Unis, on devrait voir se multiplier les offres de placement "à très long terme". Cela reposera sans aucun doute sur le modèle des fonds de pension. L’art devrait aussi prendre sa place dans cette nouvelle donne du placement.

Enfin, l’or, considéré comme la valeur refuge depuis que l’économie est soumise à des cycles qui alternent des périodes de forte croissance et des crises majeures, devrait lui aussi faire son apparition dans les portefeuilles ou les sélections de placements patrimoniaux. D’ailleurs, en Chine, où l’or est une métal avec une forte valeur traditionnelle, des assurances vie ont intégré de l’or dans leurs unités de compte.

Jean-François Faure, fondateur d'Aucoffre.com

©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+333.20 % vs -2.80 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat