Bourse > Actualités > Avis d'expert > Andréa Brignone : Du calme, du calme.

Andréa Brignone : Du calme, du calme.

Andréa BrignoneAndréa Brignone
Andréa Brignone

Associé Exact Andréa Brignone, associé Expérience et Action et auteur du Tao de la Bourse et du Trading, est économiste, chargé d’enseignement à Paris II Panthéon Assas. Auteur de l’encyclopédie de l’économie de Larousse, il est également expert auprès de la Commission Européenne. Conférencier …Lire la suite

(Tradingsat.com) - On ne peut pas dire que l'horizon s'éclaircisse ! Les marchés veulent croire que la crise est derrière nous et les banquiers centraux et les politiques nous susurrent : prudence, prudence ! On annonce un nouveau 1929, et les industriels continuent à dire nous ne voyons pas de réels signes de ralentissement. On annonce la fin des fusions acquisitions, et le groupe Tata rachète Jaguar et Rover. Des signaux divergents viennent de toute part. Un économiste n'y retrouverait pas ses indicateurs. La hausse qui dure depuis prés d'une semaine commence à agiter les esprits. Fébriles, les investisseurs commencent à vous presser de questions : « on va rater la hausse ! ».

J'ai déjà décris tout au long de ces articles, ce que je pensais des différentes manipulations sur le thème : «  on va à la catastrophe ». Je ne fais pas œuvre de pessimisme. Mais je ne peux m'empêcher de voir ce que je vois : un mouvement de neuf mois n'est pas forcement mis en cause par un mouvement de cinq jours. D'autre part ayant pratiqué les marchés depuis presque quarante ans, il m'est difficile de fermer les yeux sur quelques éléments techniques simples : les sacro-saintes moyennes. Si je ne regarde que le CAC, je vois toujours des moyennes de quarante périodes en baisse en quotidien et en hebdomadaire et allant vers l'aplatissement en mensuel. D'autre part je constate que même en mensuel, la moyenne à 100 périodes a commencé à baisser. Je constate aussi que les supports ont tenu (même s'ils ont été perforés). Conclusion (tout au moins pour le moment) nous sommes dans une boîte comprise entre 4500 et 5000, sachant que ces niveaux peuvent être momentanément dépassés. Il n'en sera plus de même si la moyenne à 100 périodes mensuelles se met franchement à tourner. Cependant la volatilité reste élevée.

C'est cette volatilité qui peut être la cause de toutes les erreurs en matière de prises de positions. En effet, lorsque un titre plonge brutalement, on peut se demander jusqu'où il ira. Et quand un titre monte brusquement, on se reproche de ne pas l'avoir acheté. Le dénouement en est que l'on vend un titre qui va rebondir deux jours après, et que l'on achète un titre qui se met à plonger, aussitôt l'achat effectué.

D'où vient se comportement préjudiciable au capital et aux nerfs ? Il y a trois raisons possibles qui peuvent jouer. Soit de façon indépendante soit de façon combinée. La première est une mauvaise approche en ce qui concerne la vision des signes et du marché. La deuxième est une mauvaise façon d'envisager les objectifs de l'activité boursière et une mauvaise évaluation des risques. La troisième, est un comportement psychologique inadéquat. En ce qui concerne cette dernière elle est partiellement la conséquence d'un disfonctionnement des deux premières raisons. Mais pas seulement. Le placement boursier et surtout le trading demande un entraînement psychologique particulier, que tout le monde peut acquérir, à condition qu'il veuille s'en donner la peine. La deuxième raison nessécite en une approche rationnelle et sans faille de l'activité boursière en se fixant des niveaux de gains et de pertes raisonnables, compatible avec son capital, son niveau et le temps dont on dispose. J'en ai longuement parlé dans mes livres et cdrom et je laisserai momentanément de coté les deuxième et troisième raisons. J'ai constaté que pour de nombreux boursiers, alors qu'ils ont acquis des connaissances bien au-delà des rudiments de l'analyse technique, la vision qu'ils ont du marché est distordue par des éléments émotionnels.

Ces éléments émotionnels sont dus à de nombreux facteurs, dont l'espoir, et empêchent une vision cohérente de la situation. Ces distorsions et en particulier le phénomène « d'adhérence », consistant à ne pas revenir sur son jugement, se sont amplifiés avec l'augmentation de la volatilité. Les mouvements erratiques du marché excitent nos capteurs qui sont nos yeux. Les informations au lieu d'être traités par notre cortex (siège supposé de la raison), le sont par notre vieux cerveau limbique, sous le coup d'émotions (peur de perdre ou de ne pas avoir pris le mouvement de hausse au bon moment). Il faut donc mettre en place des systèmes d'analyse, qui nous mettent à l'abri de ces émotions, et qui nous permettent de nous faire rapidement une idée de la situation. Les systèmes d'analyse technique développés en Extrême Orient, permettent cela. Ils sont destinés à mettre l'émotion et l'héroïsme inutile de coté lorsque l'on traite sur les marchés. C'est la raison pour laquelle ma conférence portera cette année, au salon de l'analyse technique, le samedi 29 Mars à 16h 30, sur ce que l'on pourrait appeler « la vision ZEN du marché ». La conférence est gratuite et il vous suffit de d'obtenir l'invitation sur http://salonat.com.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...