Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Andréa Brignone : D'autres placements que les actions ?

jeudi 28 juin 2007 à 17h53
Andréa Brignone

Andréa Brignone Associé Exact

Andréa Brignone, associé Expérience et Action et auteur du Tao de la Bourse et du Trading, est économiste, chargé d’enseignement à Paris II Panthéon Assas. Auteur de l’encyclopédie de l’économie de Larousse, il est également expert auprès de la Commission Européenne. Conférencier …

(BFM Bourse) - Pour revenir d'abord sur mon article de la semaine dernière concernant l'énergie, j'ai été enchanté de lire (avec un certain retard, mais je lis toujours les journaux financiers avec du retard, cela permet de ne regarder que ce qui peut être à plus long terme, en évitant les soubresauts de l'information flash) dans la chronique d'Eric Dadier les mêmes arguments concernant Total et EDF (il l'avait écrit une semaine avant moi). Quand deux sources commencent à se poser les mêmes questions à partir des mêmes arguments et de façon totalement indépendante, on peut se demander s'il n'y a pas un début de réflexion qui pourrait s'étendre et donc entraîner les arbitrages que nous évoquions. Dans ma jeunesse boursière, l'un de mes patrons (qui m'a d'ailleurs pratiquement tout appris en matière financière), avait l'habitude de dire : « Quand il y en a un qui sait, il y a en un qui sait. Quand deux personnes savent, c'est la place sui sait. » Attendons donc de voir ce que saura et dira la Place dans quelque temps, mais il se pourrait qu'il soit trop tard.

L'investisseur individuel est bien marri de nos jours. Les actions semblent chères. La latérisation initiée depuis le début de Mai, les inquiètent. Est ‘on arrivé au sommet de la courbe avant d'amorcer un mouvement de baisse ? L'immobilier est cher, quoiqu'en pense les agents immobiliers qui disent que Paris n'atteint pas les prix de Moscou et de Londres. En oubliant de dire que ces villes sont au centre d'une très grande activité économique que Paris ne connaît pas (sauf pour les défilés de mode et le salon du Bourget). Les rumeurs d'inflation peuvent pénaliser les obligations. Bien sûr pour ces dernières on peut constater que le Futures Eurobund Septembre 2007 a vu ses cours passer de 109,90 à 110, 86 hier soir. Mais la moyenne à 40 jours reste toujours baissière et risque d'être un frein au delà de 111,80. Qui vivra verra ! N'oublions pas que l'un des principales causes des hausses des taux d'intérêt est la demande accrue de capitaux par les Etats. Et pour le moment on continue à créer de la monnaie ce qui freine la hausse des taux d'intérêt. Mais pour combien de temps ?

Donc les industriels de la finance, toujours prêts à aider leurs clients, leur proposent des placements qui jusqu'à présent étaient plutôt l'apanage des professionnels: l es matières premières. Certes il ne s'agit pas comme par le passé d'acheter des lots de sucre ou de café et de travailler avec des niveaux de levier déments. On propose essentiellement des produits dérivés : trackers, warrants, certificats ou autre. Que faut t'il en penser ?

Distinguons d'abord deux types de matières premières. Les métaux et produits de l'énergie d'une part et les matières vivrières comme le sucre, le café, le blé, le jus d'orange le soja etc.

En ce qui concerne les métaux et autres produits pour l'énergie, si vous êtes un bon analyste technique vous pouvez évaluer votre position et prendre des positions en gardant une certaine maîtrise du processus. Surtout si vous savez poser vos stops. En effet, même si le prix de ces matières est considérablement amplifié par l'existence de produits dérivés, on ne creuse pas une mine en cinq minutes et la demande ne s'écroule pas en cinq minutes. Il y a des accès de folie du marché mais tant bien que mal on arrive à gérer le problème. Ceci est un peu moins vrai pour les produits pétroliers où les variations des besoins et des stocks américains et chinois sont amplifiées par la spéculation. Mais quand même.

En ce qui concerne les matières vivrières, le problème est différent. Un accident climatique, une révolution ou une prévision brusquement modifiée peut faire chuter ou monter les cours en quelques heures. La volatilité peut brusquement exploser. Pourquoi ? Car dans ce domaine il y a des très gros intervenants qui ont leurs agents sur les endroits de production et ils sont informés bien souvent très en avance par rapport au marché. Ils prennent donc leur disposition et quand le marché découvre le problème, il est souvent trop tard et de gros écarts se creusent.

Conclusion :

Si vous en avez le goût et les connaissances d'analyse technique nécessaire et l'expérience du trading vous pouvez investir une petite partie de votre patrimoine dans les nouveaux produits portant sur les métaux et le pétrole. Si par contre vous n'êtes pas un professionnel des matières vivrières évitez les.

©2021 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+326.80 % vs +12.84 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat