Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Andréa Brignone : Aversion au risque …

lundi 16 février 2009 à 15h50
Andréa Brignone

Andréa Brignone Associé Exact

Andréa Brignone, associé Expérience et Action et auteur du Tao de la Bourse et du Trading, est économiste, chargé d’enseignement à Paris II Panthéon Assas. Auteur de l’encyclopédie de l’économie de Larousse, il est également expert auprès de la Commission Européenne. Conférencier …

(BFM Bourse) - Les Français sont les gens les plus étranges qui soient : l'aversion au risque et le goût de la certitude les poussent à miser leur argent sur un actif dont la probabilité de perte est très voisine de 100 %: la loterie nationale. Ce vendredi 13 était une véritable folie. Impossible d'approcher un bureau de tabac distributeur de loto, loterie, euro-million, flash et j'en passe, pour acheter ma boîte de tabac de pipe. J'ai patienté en méditant sur l'étrange monde qui est le nôtre. Plus sérieusement, bien des gens sont prêts à parier sur l'organisme dont les actions sont les plus volatiles qu'ils soient : l'Etat. On dirait que la grande spoliation qui a touché les épargnants du début du XXe siècle qui ont eu le malheur d'investir dans les emprunts d'Etat, et qui les a ruinés, n'a laissé aucune trace dans les esprits. Frileusement, ils se tournent vers la machine étatique qui ne demande qu'une seule chose : pas de vagues, et qui est prête à obérer le long terme pour le calme immédiat. Les chercheurs demandent à ne pas être réellement évalués : cela risquerait d'entraîner une incertitude sur leur avenir ! Les parents voulaient que leurs enfants soient banquiers, assureurs ou fonctionnaires ! Toutes activités sûres et assurant des retraites. Bref, des certitudes à long terme qui sont en train de voler en éclat. En réalité pour paraphraser le Bouddha (la seule permanence c'est l'impermanence) on peut dire que de nos jours, la seule certitude est l'incertitude !

Mais un certain nombre de Français commencent à comprendre que le cocon du modèle social français est un leurre et un leurre dangereux. En remettant à d'autres (les syndicats, l'Etat, les gestionnaires, etc …) on est sûr d'une chose : d'aller à plus ou long terme dans le mur. D'où la résurgence d'une France plus dynamique qui commence à compter sur soi, c'est-à-dire à se responsabiliser. La preuve en est le nombre d'inscrits au programme entrepreneur individuel et aussi le retour à la gestion de son épargne par soi-même. Gageons que dans les années qui viennent, il y aura de plus en plus de gens pour se préoccuper en direct de leur épargne et à retrouver le chemin de la Bourse, qui est on le sait le meilleur placement en France. Mais il est à souhaiter que les investisseurs et futurs investisseurs ont appris quelque chose de la crise : en matière de placement ce n'est pas la fiscalité ou les mirifiques taux de rendement qu'il faut regarder c'est surtout la gestion des risques concernant ses avoirs. C'est l'incertitude et le risque qui sont porteurs de profits. Le marché de l'investissement est un vaste casino. La plupart des joueurs perdent, mais le casino gagne. D'où la principale leçon à tirer de cet enseignement : il faut devenir le directeur du casino.

Pourquoi le directeur du casino gagne ? Premièrement, parce que statistiquement il ramasse 3, 4 à 5% des mises. Deuxièmement, il peut fermer une table quand il dépasse un certain niveau de perte. Troisièmement, il dispose de certaines probabilités en sa faveur, comme le zéro à la roulette par exemple.

Cela ne vous rappelle rien ?

C'est exactement les outils dont dispose le trader ou l'investisseur boursier : -il connaît statistiquement son pourcentage de réussite. -il peut sortir quand il considère qu'il a atteint son niveau de perte. -A l'aide de l'analyse technique, il peut évaluer la probabilité d'une situation de prendre une direction ou une autre. Ces éléments sont à la base de la gestion de risque de l'investisseur ou du trader. La gestion de risque est l'outil de la maîtrise des opérations boursières. Et le risque est le carburant qui permet de faire des profits. Prendre des risques sans les maîtriser, relève de la folie ou de la roulette pure ou peut se révéler handicapant. Pour une personne sensée, ne pas pouvoir maîtriser son risque empêche toute initiative.

A ces éléments objectifs, il faut ajouter des éléments psychologiques. Il faut être prêt à prendre le risque, alors que le consensus est mou, ou pire encore défavorable. Dans la phase actuelle, la plupart des investisseurs des pays européens sont orientés vers « les placements sans risques » c'est-à-dire vers les placements monétaires. Ceci montre que l'horizon de réflexion est à très court terme. On constate a contrario que des pays comme la Chine sont en train de prendre des positions (voir par exemple dans Rio Tinto) sur des investissements plus longs. Ils prennent donc le risque alors que les autres dorment. Dès que la reprise sera là, ils seront en position d'engranger des bénéfices. Les Européens et les Français en particulier attendent que l'horizon soit suffisamment éclairci pour rentrer dans la danse. A ce moment le niveau de risque sera plus élevé et les possibilités de profit moins grande.

C'est la gestion de risque qui domine le point de vue de l'investisseur à succès. La gestion de risque permet d'identifier les sources de profit. Admettre un niveau de risque fait partie du travail de l'investisseur Refuser le risque c'est refuser le profit. Si vous voulez gagner à la bourse, pensez à gérer votre risque. Si vous risquez intelligemment, vous gagnerez. Et cela est une certitude. C'est dans les périodes comme celle que nous connaissons en ce moment que se préparent les profits de demain.

Mardi 16 février vous trouverez sur mon blog http://taodutrading.canalblog.com une approche d'une gestion de risque pour votre portefeuille.

©2021 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+327.20 % vs +12.89 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat