Connexion

Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Les cours des huiles de coco reviennent à la raison

dimanche 13 janvier 2019 à 12h00
L'huile de coprah a perdu près de la moitié de sa valeur en 2018

(BFM Bourse) - Tour à tour prisées puis décriées, l'huile de coco et l'huile de coprah (toutes deux issues de la noix de coco) ont perdu plus de la moitié de leur valeur en 2018, après un doublement des cours ces dernières années. Quelles sont les caractéristiques de ces huiles végétales et comment ce marché est-il structuré ? Éclairage avec Antoine de Gasquet, président de Baillon-Intercor, une société de courtage spécialisée dans les corps gras.

  • Coco et coprah, de quoi s'agit-il ?
  • L'huile de coco vierge et l'huile de coprah brute sont toutes deux extraites de la noix de coco. Elles ne sont toutefois pas récoltées au même stade de maturation du fruit. Lorsque le fruit est vert, le liquide qu'il contient est l'eau de coco, consommée comme boisson rafraîchissante. Après maturation de la noix de coco, ce liquide va devenir blanc et solide, c'est ce qu'on appelle la pulpe de noix de coco.

    Pour obtenir de l'huile de coco vierge, il faut "prélever l'eau de coco d'une noix immature puis continuer la maturation", ce qui donne une pulpe très fraîche, pas encore solidifiée, explique Antoine de Gasquet. Il ne reste qu'à la presser pour faire de l'huile de coco vierge. Pour la récolte du coprah, la noix de coco est ouverte et laissée une journée au soleil. La pulpe se détache alors facilement puis est mise à sécher jusqu'à la disparition quasi-totale de sa teneur en eau qui ne doit pas dépasser 6%. Ne reste plus qu'à triturer la pulpe séchée pour obtenir l'huile de coprah.

  • Des usages multiples de l'agroalimentaire aux cosmétiques
  • L'huile de coprah est "très vite intégrée par les organismes et on s'en sert beaucoup dans l'alimentation des bébés (lait infantile) ou la nutrition des animaux (veaux, porcelets, etc.)" indique Antoine de Gasquet. La plus grande consommatrice d'huile de coprah reste néanmoins l'oléochimie. Facilitant la formation de mousse dans les savons cette huile entre aussi dans la composition de produits détergents et de shampoings. En cosmétique, le monoï est issu d'huile de coprah dans laquelle sont macérées des fleurs de Tiaré tahiti. Ce produit peu connu est aussi utilisé dans l'agroalimentaire, dans certaines crèmes glacées ou pâtes à tartiner.

  • Un marché étroit par rapport à celui de l'huile de palme
  • Avec moins de 3 millions de tonnes produites par an - contre près de 75 millions de tonnes d'huile de palme - "le marché de l'huile de coprah est très étroit" souligne Antoine de Gasquet. "La production est aussi petite que concentrée et la consommation est également très localisée" ajoute-t-il. 80% de la production mondiale d'huile de coprah provient des Philippines et d'Indonésie tandis que l'Europe et les États-Unis en consomment 80%. Avec 60.000 tonnes par mois, l'Europe est premier consommateur d'huile de coprah précise le courtier.

  • Flambée des prix jusqu'en 2017
  • Les cours de l'huile de coprah ont presque doublé entre les mois d'août 2015 et 2017 pour atteindre sur le marché de référence (Rotterdam), 1.850 dollars la tonne, un niveau "extrêmement élevé" selon Antoine de Gasquet. Une flambée due à une combinaison de facteurs. Par sa localisation, la production est exposée aux aléas climatiques, comme ce fut le cas en 2016, année au cours de laquelle une grave sécheresse induite par El Niño a détruit de nombreuses cultures dans des régions allant de l'Indonésie aux Philippines, ce qui entraîné une production de noix de coco "nettement moins importante que d'habitude".

    Dans le même temps, explique le patron de Baillon-Intercor, "on a observé un regain d'intérêt pour les produits dérivés de l'huile de coco, comme l'eau de coco qui est le jus de fruit de prédilection des Brésiliens et a commencé à devenir populaire en Europe en 2017". Or, l'eau de coco étant prélevée sur des noix de coco immatures, c'est autant d'huile de coprah en moins. Ces deux phénomènes -production en baisse et demande en hausse- ont fait s'envoler les cours.

  • Pourquoi les prix ont chuté en 2018
  • Après avoir touché un plus haut à 1.850 dollars la tonne en août 2017, le cours de l'huile de coprah n'a cessé de baisser depuis, jusqu'à passer sous les 800 dollars la tonne en janvier 2019, à 786 dollars. S'il s'agit plus "d'un retour à la normale qu'autre chose" selon Antoine de Gasquet, là encore, plusieurs éléments tangibles expliquent cette dégringolade. "La particularité des huiles végétales, c'est que beaucoup d'industries ont la capacité de "switcher", de passer d'une huile à une autre ou d'intégrer d'autres matières grasses comme l'huile de palmiste (extraite des noyaux des palmiers à huile) en modifiant légèrement leur recette ou leur formule".

    En outre, la période de cours élevés qui a prévalu jusqu'en 2017 a amené de nombreuses exploitation au Laos, au Vietnam et au Cambodge à se lancer dans la production de coprah note le président de Baillon-Intercor.

    Longtemps vantée pour ses propriétés nutritionnelles et cosmétiques, voire qualifiée d'aliment miracle - "il y a encore trois ans, aux États-Unis, certains racontaient qu'une petite cuillerée par jour permettait de lutter contre Alzheimer" rappelle Antoine de Gasquet - cette huile exotique est décriée. Le comité d'experts de la prestigieuse American Heart Association a fortement déconseillé, en août dernier, l’utilisation de l’huile de noix de coco sur une base quotidienne. Auparavant, des chercheurs avaient constaté que l’huile de coco augmentait le cholestérol LDL – une cause parmi d’autres de maladies cardiovasculaires – dans des proportions comparables au beurre ou à l’huile de palme.

    Enfin, le marché de l'huile de coprah est régulièrement victime de gros soubresauts, autrement dit "le marché réagit tout aussi violemment à la hausse qu'à la baisse" selon le président de la société de courtage en huiles végétales. Ce dernier voit tout de même les prix remonter dans un avenir proche : "L'huile de coprah n'est quand même pas très chère dans l'absolu, je ne serai pas étonné que les cours commencent à remonter prochainement" conclut-il.

    Quentin Soubranne - ©2019 BFM Bourse
    Votre avis
    TradingSat
    Portefeuille Trading
    +289.00 % vs -3.56 % pour le CAC 40
    Performance depuis le 28 mai 2008

    Newsletter bfm bourse

    Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat