Bourse > Nyse euronext > Nyse euronext : Nyse appelle ses actionnaires à soutenir l'offre deutsche börse
NYSE EURONEXTNYSE EURONEXT NYX - US6294911010NYX - US6294911010
32.230 € -0.37 %
32.500 €Ouverture : -0.83 %Perf Ouverture : 32.620 €+ Haut : 32.110 €+ Bas :
32.350 €Clôture veille : 9 551Volume : +0.00 %Capi échangé : 8 839 M€Capi. :

Nyse euronext : Nyse appelle ses actionnaires à soutenir l'offre deutsche börse

Nyse appelle ses actionnaires à soutenir l'offre deutsche börseNyse appelle ses actionnaires à soutenir l'offre deutsche börse

par Luke Jeffs

LONDRES (Reuters) - Nyse Euronext, cible de deux OPA rivales, a renouvelé jeudi son appel à son actionnariat pour que ce dernier soutienne l'offre amicale de Deutsche Börse, à l'occasion de la publication de résultats trimestriels solides.

Toutefois, certains investisseurs ont exprimé lors de l'assemblée générale de ses actionnaires, leur souhait d'ouvrir les négociations avec les concurrents Nasdaq OMX et IntercontinentalExchange (Ice), concernant leur offre conjointe de 11,3 milliards de dollars. L'offre de Deutsche Börse atteint de son côté 10,2 milliards.

Kenneth Steiner, qui détient environ 1.000 titres Nyse, a demandé la démission du conseil d'administration et a accusé le groupe de sous-estimer sa valeur en refusant d'étudier l'offre plus attractive de Nasdaq.

"Cette fusion est tout à fait injuste pour les actionnaires", a-t-il déclaré, ajoutant que les membres du conseil devraient être "remplacés" par des personnalités capables de favoriser davantage l'intérêt des actionnaires.

Vers 17h00 GMT, le titre NYSE avançait de 0,6% à 39,63 dollars tandis que l'action Nasdaq reculait de 0,87% à 27,24 dollars alors que le S&P 500 prenait 0,11%. A la Bourse de Francfort, Deutsche Börse a terminé en hausse de 0,40% à 55,50 euros.

PROPOSITION "ILLUSOIRE"

Devant un parterre d'investisseurs de Nyse, le président du conseil d'administration Jan-Michiel Hessels a qualifié l'offre de Nasdaq OMX d'"illusoire" et a défendu la décision du conseil de ne pas engager de discussions avec son concurrent américain.

"Nous pensons que (Nasdaq OMX et Ice) n'obtiendront pas l'approbation nécessaire et nous pensons que leur offre est une stratégie pour entraver (notre fusion)", a-t-il déclaré.

Nyse, qui gère notamment la Bourse de Paris, met également en avant un désaccord sur la stratégie de long terme de Nasdaq OMX et Ice pour justifier sa décision.

L'offre allemande permettrait en revanche d'augmenter la productivité des employés, de diversifier les activités et d'économiser trois milliards de dollars en coûts de compensation, a expliqué le directeur général de Nyse Duncan Niederauer.

Le groupe s'est dit "convaincu que le projet de fusion avec Deutsche Börse ne manquera pas de renforcer et d'accélérer nos perspectives de croissance propres par le biais de gains d'efficacité, de croissance des bénéfices et d'expansion tous azimuts pour nos actionnaires".

Le président du directoire de l'opérateur allemand Reto Francioni a estimé les synergies potentielles à au moins 500 millions d'euros en cas de fusion avec Nyse, soit bien plus que les 300 millions d'euros évoqués précédemment.

Néanmoins, les actionnaires ont approuvé un accord autorisant les investisseurs possédant au moins 10% des titres de convoquer des réunions extraordinaires, ce qui pourrait faciliter la démarche de Nasdaq OMX et Ice.

L'opérateur boursier a fait état d'une hausse de 5% de son chiffre d'affaires au premier trimestre à 679 millions de dollars (457 millions d'euros). Son bénéfice a bondi de 19% sur la période à 155 millions de dollars, contre 130 millions il y a un an.

"Ces résultats sont meilleurs que prévu, grâce à la croissance des dérivés, encore que l'activité cash soit légèrement plus faible", a commenté Christian Muschick, analyste chez Silvia Quant Research.

Deutsche Börse a relevé de son côté sa prévision de réduction des coûts et a annoncé un chiffre d'affaires et un bénéfice d'exploitation supérieurs au consensus au premier trimestre.

Jean Décotte, Gregory Schwartz et Catherine Monin pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat et Benoît Van Overstraeten

Copyright © 2011 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI