Bourse > Nicox > Nicox : "la prochaine acquisition ne sera pas la dernière"
NICOXNICOX COX - FR0013018124 COX - FR0013018124   SRD PEA PEA-PME
9.539 € +0.84 % Temps réel Euronext Paris
9.439 €Ouverture : +1.06 %Perf Ouverture : 9.679 €+ Haut : 9.407 €+ Bas :
9.460 €Clôture veille : 93 152Volume : +0.32 %Capi échangé : 281 M€Capi. :

Nicox : "la prochaine acquisition ne sera pas la dernière"

(Tradingsat.com) - La stratégie de NicOx dans l'ophtalmologie se confirme. L'acquisition de droits de commercialisation pour des tests diagnostiques rapides marque une nouvelle avancée dans ce sens, mais certainement pas la dernière, comme nous l'explique Michele Garufi, le patron de la société biopharmaceutique.

Tradingsat.com : Comment l'accord de licence mondial avec Rapid Pathogen Screening s'inscrit-il dans votre stratégie ?

Michele Garufi : Les résultats cliniques positifs et meilleurs que prévu obtenus par notre partenaire américain Bausch + Lomb dans le glaucome sur le produit BOL-303259-X ont constitué un premier grand pas en avant dans l'ophtalmologie. La prise de participation dans la société britannique Altacor et l'achat auprès de Rapid Pathogen Screening de droits de commercialisation pour des tests diagnostiques sont de nouvelles briques apportées à notre stratégie. L'idée reste de grandir rapidement, soit à travers des prises de licence comme avec RPS, soit en achetant des sociétés commerciales, ce que nous comptons faire plus particulièrement en Europe.

Tradingsat.com : Pourquoi ? Quelle différence faites vous entre l'Europe et les Etats-Unis ?

Michele Garufi : Nous pouvons presque partir de zéro aux Etats-Unis parce que le marché et les prix pour ce type de produits le permettent. C'est plus difficile en Europe, où les prix sont plus faibles et parce que le marché est formaté en fonction des pays. Le but est donc, à terme, d'acquérir une base commerciale avec des chiffres de ventes dans les principaux pays. Il n'existe pas aux Etats-Unis de petite sociétés spécialisées dans l'ophtalmologie mais seulement de très grands groupes ; il y a donc la place pour créer une société de taille moyenne… c'est aussi le cas en Europe où mis à part le français Théa, il n'y a pas de laboratoire de taille moyenne qui soit bien positionné dans tous les grands pays européens.

Tradingsat.com : Le produit phare de Rapid Pathogen Screening est l'AdenoPlus. Quel est son potentiel ?

Michele Garufi : C'est un outil de diagnostic qui permet en seulement dix minutes, lors d'une consultation chez l'ophtalmologue, d'établir si un patient souffre de conjonctivite virale à adénovirus, sans devoir attendre les résultats d'un test en laboratoire. Le produit a reçu le feu vert des Etats-Unis et de l'Europe pour sa commercialisation. Nous avons également acquis les droits pour deux autres produits, ainsi qu'une option pour un quatrième. L'AdenoPlus devrait être commercialisé avant fin 2012 aux Etats-Unis et dans les principaux pays d'Europe. Ses ventes seront ensuite étendues via des distributeurs locaux aux pays asiatiques et en Amérique du Sud, où l'adénovirus est très répandu.

Tradingsat.com : Où en êtes vous de la constitution de votre force de vente ?

Michele Garufi : Comme vous le savez nous avons nommé Jerry St. Peter et Philippe Masquida pour piloter nos activités aux Etats-Unis et en Europe. L'AdenoPlus vient d'être approuvé aux Etats-Unis et nous avons commencé à mettre en place un petit réseau commercial qui sera opérationnel après l'été. En Europe, nous allons préparer un dossier pour obtenir le remboursement du produit, grâce à quoi nous pourrons viser des ventes plus importantes.

Tradingsat.com : NicOx va changer de profil avec ses premières ventes de produits cette année.

Michele Garufi : C'est un tournant majeur de la vie de la société. Nous enregistrerons nos premières ventes en 2012 et nous discutons activement pour acheter d'autres produits ou prendre des participations dans des sociétés. Altacor n'était qu'un premier pas. La constitution de notre portefeuille de produits et le maillage de notre réseau commercial sur les principaux marchés est un processus qui va prendre de deux à trois ans.

Tradingsat.com : Vous comptez donc poursuivre l'acquisition de petites sociétés ou de produits ciblés plutôt que de faire une grosse opération.

Michele Garufi : Il n'y a pas de grosses acquisitions à faire. Il nous faut donc, pas à pas, identifier les petites sociétés et les produits qui vont in fine constituer le nouveau NicOx ; c'est comme construire une mosaïque. Il s'agit à la fois d'acquérir le chiffre d'affaires de produits établis, qui vont assurer des ventes récurrentes et du profit, et d'aller chercher les produits innovants à fort potentiel qui permettront d'optimiser le déploiement de nos équipes commerciales.

Tradingsat.com : Vous dites avoir identifié plusieurs opportunités. Dans quel(s) domaine(s) ?

Michele Garufi : On ne peut rien dire. Plusieurs discussions sont menées en parallèle à la fois pour l'achat d'autres licences de produits innovants et l'acquisition de petites sociétés, surtout européennes.

Tradingsat.com : Vous allez verser 4 millions de dollars à RPS. Quelle est votre visibilité financière ?

Michele Garufi : Nous disposons d'une solide position de trésorerie d'environ 90 millions d'euros a la fin mars après l'opération sur Altacor et le paiement de Bausch & Lomb. Nous sommes bien financés, notamment au regard de la restructuration que nous avons menée en 2010 et qui a permis une forte réduction de nos frais administratifs et commerciaux et de recherche et développement.

Tradingsat.com : Vous couvrez maintenant plusieurs domaines de l'ophtalmologie : le glaucome, la sécheresse oculaire, certains diagnostics…

Michele Garufi : Absolument, et je crois que le marché n'a d'ailleurs peut être pas tout à fait compris le potentiel du BOL-303259-X développé avec Bausch & Lomb dans l'hypertension oculaire et le glaucome. Ce produit est à l'heure actuelle le plus prometteur de sa catégorie, ce que devront confirmer les études cliniques de phase 3 qui seront lancées à la fin de cette année ou début 2013. D'une manière générale, les multiples d'acquisition des sociétés du secteur sont très élevés ; disposer en portefeuille d'un produit en phase 3 vaut beaucoup d'argent en termes de paiements d'étapes ou de royalties potentielles. Avec l'acquisition de licences, le mariage entre produits internes et externes pourrait s'avérer très fructueux.

Tradingsat.com : Dans quels autres segments de l'ophtalmologie pourriez vous renforcer votre portefeuille par exemple ?

Michele Garufi : Pour l'instant, nous ciblons les pathologies affectant la partie antérieure de l'œil. Nos projets concernant la partie postérieure de l'œil, c'est-à-dire la rétine, sont programmés à plus long terme. Normalement, au vu des nombreuses discussions en cours, nous devrions signer d'autres accords avant la fin de l'année. Mais il est toujours difficile de prévoir le calendrier de ce genre de choses. Tout dépend de l'autre partie, et les contretemps sont monnaie courante. Ce qui est sûr, c'est que la prochaine acquisition (ou le prochain accord de licence) ne sera pas la dernière (ou le dernier).

Propos recueillis par François Berthon

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...