Bourse > Nicox > Nicox : L'oxyde nitrique retrouve une crédibilité, le marché se reprend à rêver...
NICOXNICOX COX - FR0013018124COX - FR0013018124
11.650 € -0.77 % Temps réel Euronext Paris
11.760 €Ouverture : -0.94 %Perf Ouverture : 11.880 €+ Haut : 11.650 €+ Bas :
11.740 €Clôture veille : 41 219Volume : +0.16 %Capi échangé : 299 M€Capi. :

Nicox : L'oxyde nitrique retrouve une crédibilité, le marché se reprend à rêver...

L'oxyde nitrique retrouve une crédibilité, le marché se reprend à rêver...L'oxyde nitrique retrouve une crédibilité, le marché se reprend à rêver...

(Tradingsat.com) - Le retour dans la course de NicOx avec son produit développé pour le traitement potentiel du glaucome et de l'hypertension oculaire, le BOL-303259-X, ne passe pas inaperçu. Depuis l'annonce mardi des premiers résultats positifs de l'étude de phase IIb menée par Bausch & Lomb, groupe américain leader mondial en ophtalmologie médicale et optique, les investisseurs redécouvrent l'ancienne star française des biotechnologies.

Après un purgatoire de près de deux ans, consécutif à l'échec aux Etats-Unis du naproxcinod, l'ex candidat médicament phare de la société, rejeté par la FDA américaine, le titre a refranchi vendredi la barre psychologique des 3€ (+12% à 3,10 euros à 11h30) dans des volumes d'échanges très étoffés : 11 millions de titres déjà échangés, soit déjà plus 15% du capital de l'entreprise.

L'étude de phase 2b menée par Bausch & Lomb a atteint son critère principal d'efficacité. En particulier, deux des quatre doses testées ont montré une réduction de la pression intra oculaire supérieure (et statistiquement significative) à celle observée avec le Xalatan, l'actuel traitement de référence du glaucome disponible sur le marché.

Ainsi, alors que Pfizer avait refusé en 2008 de développer le produit de NicOx au-delà de la phase clinique II, Bausch & Lomb a décidé de poursuivre le développement du BOL 303259 avec une Phase III qui pourrait débuter entre la fin du second semestre 2012 et le premier semestre 2013. Une annonce qui a visiblement transformé le regard des investisseurs sur NicOx.

« Ces résultats cliniques positifs marquent le retour de NicOx dans la catégorie des biotechs disposant d'un produit en phase clinique III », commente Sébastien Malafosse, analyste financier, Pharmacie et Biotechnologie chez Bryan Garnier. Un évènement aux répercussions potentiellement importantes.

En effet, « cela légitimise les vélléités de la société de se développer dans le secteur ophtalmologique », « il est évidemment plus facile de mener des discussions en vue d'opérations potentielles de fusion-acquisition ou d'acquisition ou de prise de licence de produits lorsque vous êtes crédible », souligne l'analyste. Or « avec un produit en phase III, vous êtes évidemment beaucoup plus légitime que lorsque vous vous présentez avec un produit qui avait jusqu'à présent échoué dans une étude de phase II conduite par Pfizer ».

Le BOL-303259-X avait en effet été précédemment abandonné en 2008 par le géant de la pharmacie faute de résultats cliniques suffisamment probants, avant d'être donné en licence à Bausch & Lomb en mars 2010.

Plus globalement, c'est la technologie brevetée NicOx de libération d'oxyde nitrique qui retrouve aujourd'hui une certaine crédibilité. « L'échec du naproxcinod est caractéristique des risques qui pèsent sur les biotechs », explique Sébastien Malafosse. « En cas d'échec d'un projet issu d'une technologie propriétaire, la communauté financière a souvent tendance à tirer un trait sur l'ensemble des développements liés à cette technologie, donc sur tous les autres produits du portefeuille ».

A l'inverse, alors qu'un nouveau produit donneur d'oxyde nitrique suscite aujourd'hui un certain espoir, « par ricochet, le marché se reprend à rêver au potentiel de la technologie de NicOx dans d'autres applications »...


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI