Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

NICOX

COX - FR0013018124 SRD PEA PEA-PME
1.710 € -0.70 % Temps réel Euronext Paris

Nicox : "l'amcox n'est pas favorable à une opa prématurée"

mardi 10 juin 2008 à 08h41

(BFM Bourse) - Jusqu'au bout, l'action NicOx donne des sueurs froides à ses actionnaires, pourtant habitués aux montagnes russes au gré des annonces sur les développements cliniques de la société de biotechnologies. Sauf contretemps de dernière minute, nous saurons cette année si le naproxcinod, le produit phare de la société, confirme toutes les promesses placées en lui. Olivier Guyonnet, président d'AMCOX, Association des actionnaires particuliers de NicOx, analyse ce moment charnière de la vie de la 1ère biotech française.

Tradingsat.com : Pouvez-vous nous présenter brièvement l'AMCOX ?

Olivier Guyonnet : L'association des actionnaires particuliers de NicOx (AMCOX) a tout juste un an d'existence et 700 membres. Elle est née de la volonté de quelques-uns de s'extraire de l'anonymat et de l'agitation de certains forums boursiers, afin de favoriser la qualité de nos échanges, et l'établissement d'une relation de confiance avec le management de NicOx. Nous avons donc mis en place un forum internet dédié : http://amcox.forumactif.com. Nous estimons disposer collectivement de 1.5 à 2 millions de droits de vote (3 à 4% du capital). AMCOX est ouverte à tout actionnaire particulier ayant un horizon d'investissement sur NicOx de moyen-long terme.

Tradingsat.com : Certains membres de l'AMCOX ont-ils des connaissances particulières en biochimie qui justifieraient leur confiance dans le potentiel de la société ?

Olivier Guyonnet : De nombreux médecins nous ont rejoints, ainsi que quelques chercheurs en biochimie. Les fondements scientifiques de NicOx sont parfaitement établis : la découverte du rôle du NO comme neuro-médiateur a été couronnée par le prix Nobel de médecine, il y a dix ans. NicOx est aujourd'hui la seule société apte à exploiter cette propriété pour proposer rapidement de nouvelles classes de médicaments sur le marché. Mais ces recherches sont si pointues que je n'ai pas la présomption de les exposer dans le détail.

Tradingsat.com : NicOx suscite de grands espoirs, mais la société a déjà subi certains échecs. D'après vous, un actionnaire de NicOx est-il par nature un spéculateur ?

Olivier Guyonnet : Le secteur dit "biotech" est sans doute l'un des plus complexes, pour des non spécialistes. Mais c'est aussi l'un des plus passionnants, car il touche ce que nous avons de plus fondamental : la santé. Le parcours d'une jeune société, dans ce secteur, est toujours semé d'échecs, pendant des années, avant qu'une molécule n'atteigne le stade de la commercialisation. Les franchissements réussis d'étapes ou les échecs de ces développements favorisent une forte volatilité de ces valeurs, ce qui peut attirer les spéculateurs de court terme. L'aspect positif, c'est que cela confère au titre une bonne liquidité sur le marché. Les membres d'AMCOX sont d'une certaine manière des spéculateurs, puisqu'ils parient sur la réussite de leur placement, mais ils sont patients et passionnés: beaucoup d'entre eux souhaitent accompagner l'aventure de NicOx au moins jusqu'à ses premiers succès commerciaux.

Tradingsat.com : La qualité du dialogue entre l'entreprise et les actionnaires vous convient-elle ?

Olivier Guyonnet : Tout à fait. Le management de NicOx est très ouvert, et nous aide à appréhender toute la complexité de son métier. Ces échanges ne sont pas fréquents, car la vie d'une jeune société biopharmaceutique est constituée de longues périodes d'attente de résultats d'études, mais Michele Garufi et son équipe se montrent toujours très disponibles aux moments clés.

Tradingsat.com : Comment s'est déroulée la dernière assemblée générale de NicOx, des points sont-ils restés en suspens ? A l'inverse, certaines informations vous ont-elles particulièrement convaincu ?

Olivier Guyonnet : A l'image de celle de l'an dernier, cette AG s'est révélée riche en échanges avec le management de NicOx. Elle nous a permis de mieux comprendre les derniers évènements. Certains points demeurent en suspens, bien sûr : le choix de la stratégie de partenariat du naproxcinod (un seul au niveau mondial, ou plusieurs avec des acteurs régionaux), la négociation sur la reprise de la licence du composé 207 hors zone Asie, la concurrence d'un composé Pfizer en phase 2 dans le traitement du glaucome, la date de lancement en développement clinique du NCX 6560, l'éventuel démarrage d'une phase 3 avec Ferrer... les mois à venir devraient apporter des réponses. En revanche, la capacité de NicOx à gérer sa trésorerie pour mener à son terme la phase 3 du naproxcinod et négocier sereinement ne fait aucun doute, et sa stratégie de construction du partenariat nous semble très cohérente avec son objectif d'être une société bio-pharmaceutique intégrée dans la prochaine décennie.

Tradingsat.com : NicOx n'a jamais été aussi proche de signer un partenariat pour son produit phare, le naproxcinod. L'action est pourtant loin de ses plus hauts, signe d'une certaine fébrilité des investisseurs. Qu'est-ce qui vous rend confiant ?

Olivier Guyonnet : L'aversion générale des marchés au risque a été largement commentée. Je n'y reviendrai pas. Au-delà de cet élément contextuel, je pense que deux facteurs rendent les investisseurs prudents, voire frileux. D'une part, les abandons successifs de quelques développements cliniques dans le pipeline de NicOx, depuis un an, dont il faut cependant rappeler qu'ils font partie de la vie normale d'une société de biotechnologie. Et l'impression d'autre part que NicOx joue son va-tout sur le naproxcinod. Jusqu'à présent, les résultats des essais cliniques du naproxcinod ont toujours été dans le sens d'une nette amélioration des effets secondaires sur la pression artérielle et gastro-intestinaux, versus naproxène. Cette répétitivité est très rassurante à l'égard des essais en cours. Il ne faut jamais exclure une mauvaise surprise, dans ce métier, mais nous estimons que l'incertitude a fortement diminué, sur ce développement.

Le management de NicOx considère que si les résultats à venir viennent confirmer ceux de l'étude 301, le partenariat suivra sans difficulté. La perspective d'acquisition d'une société américaine par échange d'actions semble prendre corps, ce qui nous paraît être une excellente stratégie de développement commercial et de notoriété sur le marché US. Enfin, la qualité de collaboration de NicOx avec Pfizer et Merck est un point fondamental pour son avenir : lors de l'AG, Michele Garufi a insisté sur les grandes avancées scientifiques réalisées dans ces partenariats. Le fait même que Merck ait autorisé NicOx à communiquer seul et publiquement sur leurs co-développements est à nos yeux une marque très forte de qualité relationnelle : traditionnellement, la primeur de communication est réservée à la société qui finance le développement.

Tradingsat.com : En cas d'OPA sur NicOx, la société a prévenu que ce serait aux actionnaires de décider. Que feriez-vous justement dans cette hypothèse ?

Olivier Guyonnet : L'AMCOX n'est pas favorable à une OPA prématurée : nous souhaitons que le potentiel de développement de NicOx soit clairement établi, afin que sa valeur ne soit pas sous-estimée. Ceci suppose d'attendre au moins fin 2010, avec la mise sur le marché du naproxcinod et quelques autres développements de phase 3 dans le pipeline. A cet horizon, nous escomptons une valeur d'entreprise de plusieurs milliards d'euros. Il serait un peu présomptueux de faire des calculs plus précis à ce stade...

Propos recueillis par François Berthon

Propos recueillis par - ©2022 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur NICOX en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+315.70 % vs +15.97 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat