Bourse > Dexia > Dexia : Dexia exclut toute scission du groupe, dit son président
DEXIADEXIA DEXB - BE0974290224 DEXB - BE0974290224   SRD PEA PEA-PME
10.450 € +1.46 %
10.300 €Ouverture : +1.46 %Perf Ouverture : 10.800 €+ Haut : 10.300 €+ Bas :
10.300 €Clôture veille : 2 666Volume : +0.14 %Capi échangé : 20 M€Capi. :

Dexia : Dexia exclut toute scission du groupe, dit son président

Dexia exclut toute scission du groupe, dit son présidentDexia exclut toute scission du groupe, dit son président

PARIS (Reuters) - La banque franco-belge Dexia examine différentes possibilités pour renforcer son bilan mais exclut toute scission du groupe, a indiqué mardi son président à l'issue d'un conseil d'administration dont la tenue a alimenté de nombreuses spéculations.

Différents scénarios allant de la vente d'actifs à un éclatement du groupe ont été évoqués dans la presse ces derniers jours, certains intervenants sur les marchés doutant que la banque puisse, en l'état, résister durablement à la crise financière qui secoue la zone euro.

"Le comité stratégique et le conseil d'administration continueront, comme dans le passé, à examiner différentes hypothèses stratégiques afin de renforcer les fondamentaux financiers du groupe", a déclaré Jean-Luc Dehaene, président du conseil d'administration.

"Contrairement à certaines rumeurs, le conseil d'administration et les actionnaires de Dexia, qu'ils soient publics ou privés, excluent tout scénario de scission du groupe", a-t-il encore précisé.

"Il est de la responsabilité de l'ensemble des actionnaires du groupe de gérer l'héritage du passé et d'assurer son avenir", estime l'ancien Premier ministre belge.

Dexia, qui a été sauvée de la faillite à l'automne 2008 après la chute de la banque américaine Lehman Brothers, a enregistré au deuxième trimestre 2011 une perte de quatre milliards d'euros, la plus lourde de son histoire.

DIFFÉRENCES D'APPRÉCIATION

La presse s'est faite l'écho de différences d'appréciation entre les acteurs publics belges et français qui composent le capital de Dexia, chaque pays souhaitant préserver au mieux ses intérêts.

Après la restructuration imposée par la Commission européenne, le groupe Dexia a vu sa taille se rétrécir. Il est aujourd'hui principalement composé d'une banque de détail en Belgique, d'un pôle de financement des collectivité locales en France et de Denizbank, une banque turque.

La France réfléchirait, selon Le Figaro, à la formation d'une nouvelle banque pour financer ses collectivités locales à travers un rapprochement de la Banque postale, de Dexia et de la Caisse des dépôts.

Une telle opération pourrait être facilitée par la position importante qu'occupe la CDC à la fois au capital de la banque franco-belge et de la Poste.

Les Echos ont pour leur part évoqué une cession d'actifs pour près de 20 milliards d'euros et une possible extériorisation de son bilan de 80 milliards de crédits aux collectivités locales.

D'autres rumeurs circulent, comme un adossement à un autre établissement bancaire européen ou une vente de Denizbank.

Recapitalisée à hauteur de 9,90 euros par action en 2008, Dexia ne vaut plus, à son cours de clôture mardi, que 1,51 euro par titre.

Elle a perdu près de 39% depuis le début de l'année, une chute moins forte que les principales banques françaises, mais supérieure à celle de l'indice européen des banques qui a perdu environ 30%.

Julien Ponthus et Noëlle Mennella, édité par Danielle Rouquié

Copyright © 2011 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...