Bourse > Carmat > Carmat : Les équipes chirurgicales sont prêtes à implanter la prothèse sur l'homme
CARMATCARMAT ALCAR - FR0010907956ALCAR - FR0010907956
26.530 € +1.45 % Temps réel Euronext Paris
26.170 €Ouverture : +1.38 %Perf Ouverture : 26.530 €+ Haut : 26.170 €+ Bas :
26.150 €Clôture veille : 3 728Volume : +0.06 %Capi échangé : 157 M€Capi. :

Carmat : Les équipes chirurgicales sont prêtes à implanter la prothèse sur l'homme

Coeur artificiel CarmatCoeur artificiel Carmat

(Tradingsat.com) - Après six baisses consécutives, l'action Carmat rebondit vigoureusement lundi, grimpant de 6 % à 121,9 euros après deux heures de cotation. La publication avant l’ouverture du marché des résultats 2012 du concepteur du cœur artificiel total le plus avancé au monde n’a réservé aucune surprise.

Le groupe a enregistré l’an dernier une perte nette de -17,19 millions d'euros, en augmentation par rapport à l'exercice 2011 (-13,44 millions d'euros). Aucun chiffre d’affaires n’a été enregistré au titre de l’activité en 2012 puisque le projet de cœur artificiel total est toujours en phase de développement.

"Les résultats annuels 2012 sont en ligne avec nos attentes et reflètent l’intensité des activités menées au cours de l’année pour notre projet du cœur artificiel", a commenté Marcello Conviti, le directeur général de Carmat.

Ce sont les commentaires sur l'avancement du projet qui ravivent l’intérêt du marché pour le titre. La société indique qu'elle "continue à produire de nouvelles données pour le dossier technique déposé à l’ANSM [Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé, ndlr]".

"A ce jour, l’ensemble des tests sur banc et sur animal s’est déroulé de manière satisfaisante et trois équipes chirurgicales françaises sont prêtes à implanter la prothèse sur l’homme dès qu’une autorisation d’essai clinique sera obtenue", précise le groupe.

"Dans un contexte réglementaire évolutif, nous sommes aujourd'hui très près de débuter la phase clinique en Europe, grâce au travail de nos équipes, au soutien de nos actionnaires et à la confiance des équipes médicales et de la communauté scientifique." souligne Marcello Conviti.

Les analystes de Portzamparc rappellent ce matin que "ce projet se situe dans un contexte innovant très spécifique puisqu'il n'existe pas vraiment de cadre réglementaire adapté à ce projet, ce qui pourrait expliquer une certaine lenteur du côté des autorités afin de vérifier tous les éléments avant d'autoriser un essai clinique". Pour le courtier, "la confiance du management dans l'obtention d'une autorisation de débuter les essais cliniques est rassurante".

Dans sa dernière lettre aux actionnaires, publié fin janvier, Carmat rappelait que la 1ère implantation sur l’homme restait « subordonnée à la décision de l’ANSM, décision dont Carmat informera l’ensemble du public de manière officielle ».

La politique de communication de la société est très claire. Seuls des éléments nouveaux depuis la publication du document de référence - tels qu’une décision de l’ANSM – l’amèneront à communiquer sur le calendrier des essais cliniques.

On rappelle que deux phases successives sont prévues : une première phase de 4 à 6 patients destinée à tester la sécurité de la prothèse, puis une deuxième phase d'une vingtaine patients, qui examinera – en sus de la survie - des aspects plus qualitatifs d’efficacité et permettra de collecter des données précises sur ’amélioration fonctionnelle, la réhabilitation des organes, la qualité de vie, le confort du patient…


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI