Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CARBIOS

ALCRB - FR0011648716 SRD PEA PEA-PME
29.400 € +1.38 % Temps réel Euronext Paris

Carbios : Le français Carbios industrialise sa méthode verte pour recycler le plastique

mardi 30 juin 2020 à 11h26
Carbios atteint des sommets en Bourse

(BFM Bourse) - Adoubée par la communauté scientifique, le procédé enzymatique développé par Carbios afin de recycler et transformer les déchets plastiques franchit une nouvelle étape avec le démarrage, lundi, d'un démonstrateur industriel dont la mise en opération est prévue au deuxième trimestre 2021. Le marché apprécie.

Actualité porteuse d'espoirs du côté de Carbios avec l'annonce, lundi, du démarrage de la construction d’une usine de démonstration industrielle du procédé de recyclage enzymatique du plastique PET. Développé en collaboration avec le Toulouse BIotechnoly Institute, la technologie utilise des enzymes propriétaires "pour recycler les déchets plastiques en PET (polyéthylène téréphtalate) en les valorisant en monomères prêts à être repolymérisés en PET recyclé présentant les mêmes propriétés techniques et physiques que le PET vierge" indique le groupe dans un communiqué publié lundi.

Concrètement, les chercheurs de Carbios ont optimisé une enzyme (dite "leaf-branch compost") découverte par les Japonais en 2012 pour la rendre plus efficace. Si avant optimisation il lui fallait plusieurs semaines et une température de 60°C, elle est maintenant capable de dégrader plus de 90% du plastique en moins de 10 heures à une température de 72°C. L'enzyme en question est une sorte de ciseau moléculaire (qui vient couper les colliers de perles enchevêtrés qui constituent la matière plastique) qui s'attaque au deuxième plastique le plus produit au monde, le PET, dont 70 millions de tonnes sont produites chaque année pour fabriquer notamment les bouteilles d'eau et de soda mais également des cosmétiques et des t-shirts, le PET étant utilisé pour produire le polyester qui les composent.

"Il faut s’imaginer le PET comme un collier de perles, une perle étant d’une résine, la suivante de l’autre. Une perle rouge, une perle bleue, une perle rouge, une perle bleue, et ainsi de suite. L’enzyme vient couper le lien entre chacune, pour qu’on puisse purifier chaque perle, et ensuite les réassocier”, explique Sophie Duquesne, chercheuse INRAE au Toulouse Biotechnology Institute. "À la fin du processus, on récupère donc un produit “qui a très exactement les mêmes propriétés que le PET produit par l’industrie pétrochimique”, se réjouissait Alain Marty, le directeur scientifique de Carbios, début avril dernier, trois jours après que la technologie a fait la Une de la prestigieuse revue scientifique Nature. La technique mise au point par Carbios permet donc, in fine, de fabriquer une bouteille d'eau avec un t-shirt et inversement, et ce en un temps réduit.

Seulement 10% du PET est actuellement recyclé

De grands noms comme L'Oréal, Nestlé, PepsiCo ou encore Suntory Beverage ont déjà signé des partenariats avec Carbios afin de mettre en place des usines de recyclage basées sur ce procédé qui pourrait contribuer à réduire la quantité de plastique dans la nature. De fait, les spécialistes estiment qu'entre les problèmes de collecte et de tri, auxquels s'ajoutent les limites des technologies actuelles qui ne permettent pas de recycler le PET avec le même niveau de pureté et empêche donc de le remettre au contact d'aliments, seul 10% du PET est actuellement recyclé.

Le démonstrateur industriel dont la construction a démarré lundi est implanté près de Lyon, dans la Vallée de la Chimie, "cœur de l’innovation et de la production industrielle des filières de la chimie, de l’environnement et des cleantech" souligne Carbios, qui sera accompagnée et conseillée par Technip pour l'ingénierie et le suivi de la construction.

"La vitrine de Carbios"

"L’objectif du démonstrateur est de générer suffisamment de données techniques afin de définir les paramètres clés de chaque étape du procédé à une échelle suffisante permettant de projeter le fonctionnement des futures unités industrielles" est-il indiqué. "La mise en opération prévue au deuxième trimestre 2021, permettra d’établir les documents d’ingénierie complets du procédé (des déchets aux monomères) pour la construction et la mise en œuvre, par un licencié, de la première unité industrielle (capacité estimée entre 50 et 100 kilotonnes par an)" précise Carbios. Elle devrait ainsi permettre de "valider la performance technique, environnementale et économique de la technologie" afin de "garantir les validations techniques et réglementaires du PET recyclé auprès de nos futurs licenciés" conclut le groupe.

Cité dans le communiqué, le directeur général de Carbios Martin Stephan ajoute que "la technologie répond à une très forte demande du marché et notamment des grandes marques, qui ont tous pris des engagements ambitieux en matière de développement durable. Ce démonstrateur sera la vitrine de Carbios" se réjouit-il. Le directeur du développement industriel de Carbios Antoine Sévenier précise pour sa part que "le démonstrateur permettra notamment de tester différents flux de déchets; et de potentiellement adapter certaines étapes de notre procédé aux spécificités des systèmes de collecte" et se dit "très enthousiaste à l’idée de voir notre technologie révolutionnaire s’industrialiser et devenir une réalité commerciale".

Sommet historique en Bourse

L'annonce du démarrage de la construction du démonstrateur industriel a donné un nouveau coup de fouet au titre Carbios, lundi, avec une flambée de plus de 26% qui l'a propulsé à un plafond (22,6 euros) depuis son introduction en décembre 2013 à 14 euros par action. S'il était parti sur la même lancée mardi matin (+14% vers 9h15), il s'est retourné en milieu de matinée -probablement sous l'effet de quelques prises de bénéfices- pour afficher un recul de 5,31% à 21,4 euros à 10h45, dans un volume d'échanges fourni correspondant à près de 3% du tour de table.

Qu'importe ce repli, le titre Carbios s'adjuge toujours près de 130% depuis le 1er janvier, notamment à la faveur d'un double bond (+33% puis +67%) sur les deux séances qui ont suivi la publication de l'article dans la revue Nature début avril dernier. Cette excellente performance boursière permet au groupe puydômois de tutoyer désormais les 150 millions d'euros de valorisation.

Quentin Soubranne - ©2020 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur CARBIOS en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+305.70 % vs -0.01 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat