Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CARBIOS

ALCRB - FR0011648716 SRD PEA PEA-PME
24.400 € +2.31 % Temps réel Euronext Paris

Carbios : Avec cet accord, Carbios compte s'imposer dans la biodégradation des plastiques

mardi 29 janvier 2019 à 13h01
La directrice générale de Carbiolice, Nadia Auclair

(BFM Bourse) - Le bioplasturigste Carbios et sa filiale Carbiolice ont signé un accord de co-développement avec le leader mondial de la production d'enzymes, qui produira à l'échelle industrielle l'enzyme propriétaire développé par Carbios. À la Bourse de Paris, le titre de la société de chimie verte grimpe à la suite de cette annonce.

Vers 12h30, l'action Carbios s'adjuge 9,9% à 6,2 euros, revenant ainsi à son niveau de début décembre dernier et poursuivant son rebond entrepris lundi avec un bond de 8,5%. Le titre est d'ailleurs recherché puisque le volume d'échanges correspond à près de 1% du tour de table. Sur un mois, la société de chimie verte créée en 2011 a récupéré près de 30% de sa valeur en Bourse, après une année 2018 compliquée (-30% sur un an).

Accord de co-développement avec Novozymes

Dans un communiqué publié avant Bourse mardi, Carbios et Carbiolice (co-entreprise créée par Carbios, Limagrain Céréales Ingrédients et BpiFrance en septembre 2016) ont donc annoncé avoir conclu un accord de co-développement avec le leader mondial et danois de la production d'enzymes, Novozymes, pour la production et l'approvisionnement de ses biomolécules catalytiques à l'échelle industrielle. Celui-ci prévoit que le groupe danois produira à grande échelle l'enzyme propriétaire développée par le spécialiste français de la chimie verte -et cédé à sa filiale- qui développe des procédés enzymatiques innovants pour “repenser le cycle de vie des plastiques”. Le communiqué spécifie en outre que Novozymes deviendra le fournisseur exclusif de Carbiolice sur le long terme.

"Cette collaboration inédite dans le domaine de la bioplasturgie doit permettre de proposer une solution compétitive et respectueuse de l’environnement pour la biodégradation des plastiques à usage unique", souligne Carbios. Également citée dans le communiquée, la directrice générale de Carbiolice, Nadia Auclair, se félicite de "cet accord majeur avec Novozymes [qui] sécurise sur le long-terme notre approvisionnement en enzymes pour faire évoluer les procédés traditionnels de fabrication vers des solutions durables qui répondent à une forte demande du marché". "Nous sommes fiers de faire de notre solution une réalité industrielle et commerciale", ajoute-t-elle.

Le directeur général de Carbios, Martin Stéphan, interrogé par Capital, a aussi réagi à cet accord qui présente, selon lui, de nombreux avantages. De fait, avec un chiffre d’affaires de 2 milliards d’euros, “le danois Novozymes constitue une référence et apporte à Carbios de la crédibilité" estime le dirigeant, qui ajoute que cette collaboration va permettre au groupe "de produire à un coût de type industriel, en bénéficiant indirectement d'économies d'échelle et en nous évitant d'investir nous-mêmes".

Procédé de biodégradation du PLA

Carbiolice a conçu et breveté un additif à base d’enzymes qui rend biodégradable le plastique PLA (un polymère thermoplastique fabriqué à partir de matière renouvelable comme l'amidon de maïs et utilisé pour fabriquer des emballages, notamment alimentaires). L'activité de cette filiale de Carbios s'inscrit dans l'économie circulaire puisque cette gamme de plastique biosourcé permet de proposer un matériau composable et biodégradable, tout en valorisant les déchets du maïs impropre à la consommation. "Une première" explique Jean-Claude Lumaret, le directeur général de Carbios, qui précise que "si les biopolymères existent, Carbios est le premier groupe au monde à avoir développer la bioplasturgie en mettant en contact des catalyseurs biologiques avec des plasturgistes".

Le dirigeant explicite le business-model de la joint-venture : "Carbiolice vend une matière concentrée enzymée (NDLR : ou "masterbatch", un additif solide ou liquide utilisé pour conférer d'autres propriétés aux plastiques) et le vend aux transformateurs qui font de la plasturgie, principalement pour la production de films souples. La plupart des grands producteurs à qui Carbiolice vend son masterbatch sont concentrés sur le plateau de Sainte-Sigolène, en Haute-Loire (qui concentre 40% de la production nationale de films plastiques) et ce sont eux qui revendent ensuite leurs films et emballages à la grande distribution" développe Jean-Claude Lumaret.

Répondre aux préoccupations environnementales

“Le marché des plastiques à usage unique soulève des préoccupations environnementales majeures et notre approche durable et inventive constitue une véritable opportunité pour répondre à la demande des industriels et des consommateurs" estime Jean-Claude Lumaret. Pour le dirigeant, le partenariat noué avec le leader mondial de la production doit permettre de "lancer à grande échelle la solution écologique la plus avancée pour la biodégradation des plastiques à usage unique".

De son côté, le vice-président Industries et Techniques de Novozymes, Jens Kolind, s'est déclaré "ravi de faire partie de cette collaboration" qui va permettre aux deux groupes de "créer ensemble des solutions biologiques répondant à l’un des plus grands défis de notre temps."

Lancement commercial prévu en 2020

Les marchés ciblés par Carbiolice couvrent des applications commerciales telles que les sacs de caisse et de vente au détail donc, mais également les emballages rigides et souples, les emballages de fruits et légumes, la vaisselle jetable ou encore les films de paillage agricole. "Cette technologie innovante, qui apporte une solution éco-responsable pour la fin de vie des plastiques à usage unique, donne à Carbiolice l’opportunité de se positionner comme leader sur le marché", souligne le groupe dans le communiqué. Ce dernier précise que le lancement commercial est prévu pour 2020 et qu'il générera, pour Carbios, des revenus de licences versés par Carbiolice.

Concernant le marché, Jean-Claude Lumaret déclare qu'il est "évidemment mondial". "Si on regarde par le petit bout de la lorgnette, sur le marché français, les sacs à usage unique concernés par la loi de transition énergétique concerne de 30 à 35.000 tonnes de produits par an" ajoute le dirigeant de Carbios. "Au fil du développement, ça peut intéresser tout le domaine de l’emballage, du home-compost à la vaisselle jetable qui devra être home-compost demain, ce que Carbiolice rendra possible grâce à ces technologies" poursuit Jean-Claude Lumaret, qui espère qu'à terme, "tout va devenir biodégradable". Pour adresser ce futur marché potentiellement international, Carbiolice compte bien "élargir ses partenariats avec d'autres producteurs, au niveau européen puis au niveau mondial" conclut le dirigeant.

Quentin Soubranne - ©2020 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur CARBIOS en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+311.20 % vs -1.90 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat