Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Marché : Le bitcoin va-t-il encore flamber alors que sa production arrive à un point d'inflexion?

samedi 9 mai 2020 à 11h30
Le bitcoin se dirige peut-être vers de nouveaux sommets

(BFM Bourse) - Dans une forte spirale haussière depuis son creux de mars dernier , la star des cryptomonnaies s’apprête à voir son rythme de création monétaire diminuer. Nouveau catalyseur pour le cours du bitcoin? Possible, mais pas certain.

Le bitcoin affole (de nouveau) les compteurs. Après avoir subi, à l’instar des autres classes d’actifs, la violente chute des marchés observée entre fin février et mi-mars, la plus célèbre des cryptomonnaies connaît, depuis, un rebond d’autant plus vigoureux. Tombé à un plancher annuel de 3.589 dollars le 13 mars dernier après avoir lâché 40% de sa valeur en moins d’une heure la veille (lors de la pire séance de l'histoire du CAC 40), le bitcoin s’échange ce vendredi à plus de 10.000 dollars pour la première fois depuis fin février dernier. À 10.016,70 dollars le bictoin peu après 17h, le rebond atteint 159% en mois de deux mois.

Si le manque de fondamentaux du marché rend délicate la compréhension de cette brusque hausse, les acteurs de l'écosystème avancent deux pistes. Joint par BFM Bourse, le crypto-trader Benjamin Blunts -qui avait prédit la chute du bitcoin à 3.200 dollars en juin 2018, soit six mois à l'avance- explique qu'il "attribue cette hausse au "halving" (réduction de moitié des récompenses reçues par les mineurs de bictoins, voir plus bas) qui approche ainsi qu'au rebond des marchés actions". Celui qui distille ses conseils à ses 55.000 abonnés sur Twitter note en effet que "le bitcoin a été fortement corrélé aux actions au cours des derniers mois".

"Le véritable test consistera à observer ce qui se passe lors du "halving" et à déterminer si la corrélation se poursuit ou si ce phénomène constitue un catalyseur de découplage (de cette corrélation, NDLR)" poursuit Benjamin Blunts. Fondateur et directeur général de la plateforme de données CryptoCompare, Charles Hayter confirme que la récente flambée du cours est due à cette conjonction de facteurs. "D'un côté ce "halving" va ralentir la création de bitcoin et de l'autre, les marchés actions ont rebondi sur le dos des gouvernements et des banques centrales qui disent qu'ils soutiendront l'économie donc les marchés quel qu'en soit le coût, ce qui soutient de nouveau le cours du bitcoin car cela augmente la quantité de monnaie fiduciaire en circulation" affirme-t-il.

"Halving" en approche

Très attendu par la communauté, ce "halving" a également attiré l'attention d'analystes reconnus de Wall Street. Dans sa dernière note hebdomadaire "Greed and Fear", le directeur mondial de la stratégie d'investissement chez Jefferies Chris Wood a ainsi suggéré aux investisseurs d'acheter du bitcoin avant cet événement. Mais qu'est-ce, concrètement, que ce "halving" et quelles répercussions aura-t-il sur le marché?

Un "halving" -littéralement "réduction de moitié", de l'anglais "half"- est une réduction planifiée (dans le code source du bitcoin, qui s'appuie sur un logiciel) des récompenses reçues par les personnes (appelées "mineurs") qui ont traité des transactions. Ces mineurs mettent à contribution leur puissance de calcul informatique afin de vérifier, de sécuriser et d'inscrire les transactions dans un registre virtuel appelé la "blockchain" ou chaîne de blocs. Les "halving" ont lieu chaque fois que 210 000 blocs de transactions sont ajoutés à la chaîne de blocs. Comme son nom l'indique, chacun de ces "halvings" réduit donc de moitié le montant des récompenses que les mineurs de Bitcoin reçoivent par bloc de transactions. Lors du lancement de bitcoin en 2009, les mineurs recevaient 50 bitcoin par bloc, une récompense réduite à 25 bitcoins en 2012 puis à 12,5 en 2016, et qui tombera à 6,25 "jetons" le 12 mai selon les estimations actuelles.

L'émission de la reine et pionnière des cryptomonnaies est limitée à plusieurs égards. Son protocole fondateur stipule que seuls 21 millions de bitcoins seront jamais mis en circulation. À l'heure actuelle, 18,33 millions de bitcoins ont déjà été "minés" et le dernier devrait l'être aux alentours de... 2140, eu égard aux multiples "halvings" qui auront lieu d'ici là. Cet argument vise à séduire ceux qui craignent l'inflation des monnaies fiduciaires, émises par les gouvernements.

Pour certains observateurs, comme Chris Wood, cet événement constitue un signal d'achat, en ce qu'il diminue la croissance de création monétaire, donc l'offre. Cela "devrait augmenter la pression sur les prix en supposant que la demande de bictoin continue à croître, comme ce fut le cas après les "halvings" de 2012 et 2016" a-t-il ainsi écrit dans sa note.

Le bitcoin vers de nouveaux sommets?

En 2012, le bitcoin s'était littéralement envolé (+8.000%) dans les 12 mois qui avaient suivi le halving. La cryptomonnaie avait de nouveau bondi (+1.000%) dans le sillage de celle de juillet 2016. Certains spécialistes affirment toutefois qu'attribuer ces flambées aux "halvings" est injustifié, la seconde étant notamment intervenue à un moment où le bitcoin gagnait en popularité, une période coïncidant par ailleurs avec celle de l'explosion des "ICO" (les levées de fonds en cryptomonnaies), phénomène qui semble en voie d'essoufflement.

L'analyste Preston Pysh n'y va pas de main morte et estime que le halving de la semaine prochaine "pourrait être la catalyseur du prochain cycle haussier qui portera le bitcoin jusqu'à 100.000 dollars". Il n'est pas le seul à avancer ce chiffre puisque le mystérieux analyste connu par ses 95.000 abonnés (sur Twitter) sous le nom de PlanB estime, en se basant sur un modèle stock-flux censé prévoir les mouvements de prix volatils du bitcoin- que le cours de ce dernier dépassera les 100.000 dollars d'ici 2021.

Un événement déjà "pricé" ?

Pour Charles Hayter, interrogé par BFM Bourse, il existe certes "des arguments en faveur d'une poursuite de la hausse avec la baisse de l'offre et cette actualité susceptible d'attirer de nouveaux acheteurs", mais une pression à la baisse "pourrait provenir d'une diminution de la puissance de calcul informatique nécessaire au minage, qui tend à être corrélée au prix". "Les ASICs (des machines équipées de processeurs très puissants et dédiées au minage de cryptomonnaies, NDLR) les moins compétitifs deviennent non rentables et vont fermer" prévient-il.

D'autres, encore, considèrent que ce halving a déjà été "pricé" et constituera un "non-événement" selon les termes de Jason Williams, cofondateur de Morgan Creek Digital. Toujours est-il que Chris Wood "continue de croire que les investisseurs devraient posséder du bitcoin, pour ajouter une certaine diversité à leur portefeuille d'investissement".

Quentin Soubranne - ©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+311.30 % vs -5.55 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat