Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Alexandre Baradez : Vers une prochaine appréciation de la livre sterling ?

lundi 18 octobre 2021 à 15h45
Alexandre Baradez

Alexandre Baradez Responsable des analyses marchés pour le groupe IG

Diplômé de l'ESCE en 2003, il a d'abord évolué plusieurs années chez BNP Paribas, puis au sein de la Banque Robeco. En 2009, Alexandre Baradez entre chez Saxo Banque en tant que "sales trader". Son expérience des marchés financiers et plus particulièrement des devises l'amène rapidement à …

(BFM Bourse) - Depuis quelques semaines l’actualité est très chargée pour le Royaume-Uni : pénuries, manques de chauffeurs routiers, tensions post Brexit avec la France, forte hausse des prix…et des salaires.

Et ce sont ces deux derniers points qui attirent l’attention, notamment en regard de l'évolution future de la livre face à l’euro et au dollar. L’inflation au Royaume-Uni a récemment atteint 3,2% soit son plus haut niveau depuis mars 2012 (alors qu’elle était seulement de 0,4% en février). Et cette hausse des prix s’accompagne également d’une augmentation marquée des salaires : le revenu salarial moyen a progressé de 7,2% sur les 3 derniers mois à fin août en rythme annuel.

Une situation qui se tend donc sur le front des prix et qui a poussé le gouverneur de la Banque d’Angleterre, Andrew Bailey, à mettre en garde il y a quelques jours contre une période potentiellement "très dommageable" pour les consommateurs britanniques. Dans la foulée, c’est un faucon du MPC (le comité de politique monétaire de la Bank of England) qui a déclaré que les marchés étaient dans le vrai en "priçant" une hausse des taux plus rapide qu’anticipé en raison de cette accélération des prix. "Je pense qu’il est approprié que les marchés se soient positionnés pour un rythme de resserrement significativement plus tôt qu’anticipé" a-t-il déclaré il y a quelques jours.

Une hausse des taux au Royaume-Uni pourrait donc très bien intervenir d’ici la fin d’année, le catalyseur potentiel étant la hausse des salaires qui accompagne la hausse des prix. Si on prend le cas de la BCE par exemple, Christine Lagarde a récemment déclaré qu’il n’y avait pas de hausse significative des salaires en zone euro, un argument utilisé pour éloigner l’hypothèse d’une hausse de taux à court-terme. Mais au Royaume-Uni la situation est plus tendue et la Banque d’Angleterre dispose donc de moins de marges de manœuvre.

Il convient de surveiller la trajectoire de la livre sterling dans les jours et semaines qui viennent. Pour l’instant il n’y a pas eu de réaction significative car c’est surtout le Dollar Index qui était au centre des attention et des positions par rapport au redressement des taux américains et la flambée des prix de l’énergie. Les investisseurs ayant désormais bien joué le redressement du dollar en intégrant plusieurs données macro pourraient s’intéresser au cas britannique et à la livre sterling, notamment si la situation ne se détend pas au Royaume-Uni sur le front des prix ,et si d’autres messages "hawkish" en provenance de la Banque d’Angleterre lui parviennent.

On observe déjà un redressement de la livre face à l’euro, au yen et au dollar depuis le début du mois. Actuellement à 1,37$, un retour de la livre dans la zone 1,39$/1,40$ pourrait bien changer la donne technique et traduire une nouvelle phase de hausse de la devise britannique. En effet, cette zone 1,39$/1,40$ a capé les tentatives de rebond depuis la fin du mois de juin. Un retour au contact de cette zone de résistance impliquerait une volonté plus forte de repositionnement des investisseurs/spéculateurs avec une poursuite probable du rallye sur le plus haut annuel à 1,425$ puis sur le point haut de 2018, proche de 1,44$.

©2021 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+312.00 % vs +38.11 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat