Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Alexandre Baradez : Vers une nouvelle intervention de la BCE à court terme ?

mercredi 18 mars 2020 à 15h27
Alexandre Baradez

Alexandre Baradez Responsable des analyses marchés pour le groupe IG

Diplômé de l'ESCE en 2003, il a d'abord évolué plusieurs années chez BNP Paribas, puis au sein de la Banque Robeco. En 2009, Alexandre Baradez entre chez Saxo Banque en tant que "sales trader". Son expérience des marchés financiers et plus particulièrement des devises l'amène rapidement à …

(BFM Bourse) - La prestation de Christine Lagarde lors de la dernière réunion de la BCE a été assez critiquée, tout comme les mesures annoncées, jugées insuffisantes face à l’ampleur du ralentissement économique en zone euro. Notamment l’enveloppe de 120 milliards d'euros, partie intégrante du quantitative easing (QE) et permettant de racheter des obligations directement sur le marché.

À première vue, les mesures dévoilées jeudi ne semblent effectivement pas à la hauteur de la violence économique qui se manifeste, mais Christine Lagarde a bien indiqué durant sa conférence qu’il ne fallait pas s’attendre à ce que les banques centrales répondent en premier à cette crise, laissant clairement aux états européens la priorité pour prendre des mesures de soutien économique en utilisant le levier budgétaire. Elle a ainsi appelé à une réponse budgétaire "ambitieuse et coordonnée". Son prédécesseur Mario Draghi n'avait d'ailleurs pas fait faute répéter que le poids de la reprise économique depuis la crise de la dette en zone pesait presque exclusivement sur les épaules de la BCE et qu'il fallait vraiment que les Etats en prennent leur part.

Christine Lagarde a toutefois assuré que la Banque Centrale Européenne se tenait prête à ajuster tous ses instruments si nécessaire. Et ce sera probablement nécessaire, maintenant que les gouvernements de la zone euro ont mis en place des mesures budgétaires d’envergure pour contrer les conséquences économiquement récessives de la pandémie.

Pour l’instant l’action de la BCE reste relativement limitée surtout si on la compare à l’ampleur des mesures de la Fed : baisse surprise de 100 points de base des taux sans attendre la prochaine réunion, lancement d’un QE de 700 milliards de dollars et relèvement spectaculaire, de 175 à 500 milliards de dollars, du plafond des injections de liquidité quotidiennes pour les banques (lors des opérations repo overnight).

Il ne faudrait donc pas tarder à intervenir sur les obligations souveraines en zone euro. L'écart de entre le taux à 10 ans de l’Italie et de l’Allemagne a dépassé 300 points de base mercredi, soit l’écart le plus important depuis fin 2018…s'il s'accroît encore, l’écart deviendrait le plus important depuis 2013. Ce n’est pas encore la panique comme ce fut le cas en 2011 et 2012, en plein cœur de la crise de la dette en zone euro, où ce "spread" avait dépassé les 500 points de base, mais il est urgent d’éteindre le feu dès maintenant pour qu’il ne se transforme pas en incendie…

©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+303.10 % vs -12.46 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat