Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Alexandre Baradez : "Never short the Bund" ? Pas si sûr…

vendredi 19 mars 2021 à 15h13
Alexandre Baradez

Alexandre Baradez Responsable des analyses marchés pour le groupe IG

Diplômé de l'ESCE en 2003, il a d'abord évolué plusieurs années chez BNP Paribas, puis au sein de la Banque Robeco. En 2009, Alexandre Baradez entre chez Saxo Banque en tant que "sales trader". Son expérience des marchés financiers et plus particulièrement des devises l'amène rapidement à …

(BFM Bourse) - La thématique des taux et de la rotation sectorielle a clairement prédominé sur les marchés européens et américains ces dernières semaines. La hausse des taux longs sur fond d’anticipation de hausse d’inflation à moyen terme a entraîné des repli prononcés sur les valeurs de croissance et notamment les technologiques et, inversement, a bénéficié aux valeurs cycliques avec des redressements assez spectaculaires des secteurs les plus "massacrés" en 2020. Ce qui a largement bénéficié aux indices européens comme le CAC 40 ou le Dax moins sensibles aux valeurs de croissance.

Aujourd’hui la question d’une remontée des taux en Europe et notamment en Allemagne se pose légitimement. D’un côté la Banque Centrale Européenne indique qu’elle ne souhaite pas que les conditions financières se dégradent et qu’il faudra répondre si les taux se redressent plus vite que la reprise économique mais d’un autre côté, les anticipations d’inflation continuent de se redresser pour la zone euro et l’institut économique allemand indique que le pays devrait retrouver son niveau de PIB d’avant crise avant la fin de l’année avec une croissance envisagée de 3,7%.

Les anticipations d’inflation moyen terme en zone euro (swap d’inflation 5Y5Y) atteignent désormais 1,50% soit le niveau le plus élevé en deux ans…et ont donc sensiblement dépassé les niveaux moyens des mois précédant la crise sanitaire où elles évoluaient plutôt entre 1,15% et 1,30%.

L’écart entre les taux à dix ans américain et allemand a atteint cette semaine 200 points de base !

Il semble donc difficile d’imaginer que le taux de référence allemand ne puisse pas se redresser dans les mois qui viennent même si la BCE a indiqué que les achats d’actifs dans le cadre du PEPP allaient s’accroître aux deuxième trimestre. La BCE va probablement s’assurer que le spread entre les taux allemands et italiens restent sous contrôle mais il y a quand même un peu de marge que l’écart entre les taux à dix ans de ces deux pays n’est que de 95 points de base soit l’écart le plus faible depuis 2016 (sachant que c’était également le spread observé début 2010…c’est-à-dire bien avant que n’éclate la crise de la dette en zone euro).

D’un point de vue graphique le Bund est revenu au contact d’une oblique passant par les points bas de 2011 et 2018. Même si la rhétorique de la BCE peut freiner la cassure de cette oblique, elle semble toutefois inévitable en phase de reprise économique. Le Bund, actuellement à 171,4 sur le contrat juin pourrait réintégrer la zone 160-170 dans les mois qui viennent.

©2021 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+316.10 % vs +28.44 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat