Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Jerome Powell : Un message dans le message ?

mercredi 17 juin 2020 à 22h00
Alexandre Baradez

Alexandre Baradez Responsable des analyses marchés pour le groupe IG

Diplômé de l'ESCE en 2003, il a d'abord évolué plusieurs années chez BNP Paribas, puis au sein de la Banque Robeco. En 2009, Alexandre Baradez entre chez Saxo Banque en tant que "sales trader". Son expérience des marchés financiers et plus particulièrement des devises l'amène rapidement à …

(BFM Bourse) - Lors de son intervention devant le Commission Bancaire du Sénat américain mardi, le président de la Réserve Fédérale a délivré un message incluant plusieurs éléments que nous avions déjà entendus lors de la conférence de presse mercredi dernier suite à la réunion mensuelle. Mais il y a également eu quelques nouveautés potentiellement destinées aux marchés…

Comme il se doit, Jerome Powell a réitéré que le Fed s’engageait à utiliser tous les instruments nécessaires pour soutenir la reprise économique et que les taux resteraient sur les niveaux actuels tant que l’économie ne permettrait pas d’atteindre les objectifs d’emploi et d’inflation.

Le président de la banque centrale des Etats-Unis a une nouvelle fois affiché une vision assez prudente du marché du travail, indiquant que la route serait longue pour un retour à l’emploi et notamment pour les salariés travaillant dans l’industrie des services, dont on connait l’importance pour l’économie américaine. Même s’il a salué la surprise positive du dernier rapport sur l’emploi, il a indiqué qu’il fallait être patient pour la reprise économique, qu’elle se ferait sur le long terme. Ecartant donc, sans le dire textuellement, le scénario d’une reprise en V pourtant privilégiée par le président américain.

Il y a toutefois eu une déclaration un peu surprenante à ce stade : Jerome Powell a indiqué que si le fonctionnement des marchés continuait de s’améliorer, alors la Fed ralentirait le programme d’achats d’obligations d’entreprises. Sauf que ce programme n'a débuté qu'il y a quelques semaines, via des ETF obligataires, et que les montants d’achats ne sont "que" de 6 milliards de dollars jusqu’à présent - une goutte d’eau dans un bilan de 7200 milliards de dollars. Et sachant également que lundi soir la Fed a annoncé qu’elle allait élargir son programme d’achat aux obligations individuelles d’entreprises américaines, et plus seulement aux ETF.

Pourquoi donc se projeter dès à présent dans le "ralentissement" de ce programme d’achat qui vient seulement de commencer ? Message à l’attention des marchés pour les avertir de ne pas aller top haut, trop vite ? Notamment après que l’ETF LQD, qui est inclus dans le programme d’achat de la Fed, a battu un record historique cette semaine en pleine phase de récession économique ?

Autre message un peu inattendu de Powell qui a déclaré que quand le temps sera venu et que les achats d’actifs ne se poursuivront plus à ce rythme, il y aurait un "gel" de la taille du bilan et même une réduction si on la rapporte au PIB américain. Le président de la Fed a évidemment indiqué que ce temps n’était pas arrivé, que ce serait seulement dans plusieurs années. Mais les marchés ont toutefois bien noté que l’expansion du bilan la semaine dernière était la plus faible observée depuis le début de la crise... et la volatilité a progressé.

©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+332.40 % vs -2.99 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat