Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Alexandre Baradez : Complaisance sur les obligations d'entreprises américaines ?

lundi 8 juin 2020 à 18h24
Alexandre Baradez

Alexandre Baradez Responsable des analyses marchés pour le groupe IG

Diplômé de l'ESCE en 2003, il a d'abord évolué plusieurs années chez BNP Paribas, puis au sein de la Banque Robeco. En 2009, Alexandre Baradez entre chez Saxo Banque en tant que "sales trader". Son expérience des marchés financiers et plus particulièrement des devises l'amène rapidement à …

(BFM Bourse) - Le rebond des marchés d'actions en quelques semaines est impressionnant. Celui du cours des obligations d'entreprises aux Etats-Unis ne l'est pas moins, non seulement pour les entreprises les mieux notées, mais également pour celles classées spéculatives. La tendance peut-elle se maintenir au contact des prochaines données macroéconomiques et des résultats d’entreprises pour le deuxième trimestre ?

Un S&P 500 revenu à moins de 6% de son sommet historique et qui se paie 22 fois les bénéfices, un Nasdaq 100 qui bat un nouveau record et se paie 30 fois les bénéfices, un Dax à 7% de son sommet historique…le rebond des indices actions est impressionnant.

Aux Etats-Unis, un rallye tout aussi phénoménal que sur les actions est intervenu. Les obligations d’entreprises bien notées, celles en catégorie dite "investissement" (dont l'ETF LQD réplique la performance), ont effacé toute la baisse liée au Covid-19, évoluant même à des niveaux supérieurs de ceux observés en décembre ou janvier, juste avant la crise. Plus surprenant, les obligations d’entreprises américaines moins bien notées, donc en catégorie "spéculative" (performance mesurée via l’ETF HYG) ont récupéré plus de 80% de leur baisse.

Alors même que la poussière commence seulement à retomber... Aux Etats-Unis, les demandes de placement sous protection du Chapitre 11 de la loi sur les faillites ont progressé de 29% entre avril et mai.

La Réserve fédérale n’est évidemment pas responsable à elle seule de cet appétit pour la dette à risque des entreprises américaines. Elle a commencé à acheter depuis quelques semaines des ETF d’obligations "high yield" pour quelques milliards de dollars mais c’est moins l’effet mécanique de son action sur le marché qui compte, étant donné les volumes achetés, que l’effet psychologique de sa présence qui joue aux yeux des investisseurs (spéculateurs ?).

Lorsque la Fed a annoncé son intention d’acheter des ETF d’obligations spéculatives, le marché n’avait récupéré que 30% de sa baisse. Deux mois plus tard, le marché a donc épongé plus de 80% de sa baisse. Les investisseurs via ces ETF, estiment donc à ce stade que le risque de faillite des entreprises américaine est relativement faible. Ce qui peut paraître "normal" pour les entreprises bien notées mais qui l’est beaucoup moins pour les entreprises identifiées par les agences comme plus à risque.

Assiste-t-on à une prise de risque inconsidérée sur les marchés ? Sur les deux dernières semaines, les obligations d'entreprises américaines en speculative grade ont progressé trois fois plus vite que celles de meilleure qualité, investissement grade (performance toujours mesurée via les ETF HYG et LQD)

Les marchés ont déjà intégré beaucoup de bonnes nouvelles, comme les plans de relance en Europe et aux Etats-Unis, ou encore l’action des banques centrales. Reste à voir si cette tendance se maintiendra au contact des prochaines données macroéconomiques et des résultats d’entreprises pour le deuxième trimestre.

©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+333.20 % vs -2.80 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat