Bourse > Natixis > Natixis : L'Insee voit la croissance potentielle à 1,5%
NATIXISNATIXIS KN - FR0000120685KN - FR0000120685
5.392 € +0.33 % Temps réel Euronext Paris
5.360 €Ouverture : +0.60 %Perf Ouverture : 5.417 €+ Haut : 5.298 €+ Bas :
5.374 €Clôture veille : 8 584 320Volume : +0.27 %Capi échangé : 16 915 M€Capi. :

Natixis : L'Insee voit la croissance potentielle à 1,5%

L'Insee voit la croissance potentielle à 1,5%L'Insee voit la croissance potentielle à 1,5%

PARIS (Reuters) - La croissance potentielle de l'économie française se situerait entre 1,2% et 1,9% en moyenne annuelle sur la période 2015-2025 selon que la productivité globale des facteurs (PGF) que sont le travail et le capital aura retrouvé ou non son rythme d'avant crise, estime l'Insee.

Dans une étude publiée vendredi, l'institut privilégie un scénario médian marqué par une rupture durable mais d'ampleur limitée de la progression de cet agrégat par rapport à son rythme prévalant avant 2008, qui aboutirait à une croissance potentielle annuelle de 1,5% du produit intérieur brut.

La croissance potentielle, soit le rythme moyen théorique de croissance effective d'une économie quand les taux d'utilisation du capital et de chômage sont stables à leur niveau structurel, est importante pour les projections à moyen terme, comme celles figurant dans la loi de programmation pluriannuelle des finances publiques pour les années 2015 à 2017.

Le gouvernement a retenu pour ces années des PIB en hausse de 2%, qui supposeraient un retour de la croissance de la France près de son niveau d'avant crise (2,2% en moyenne sur 1994-2007) auquel les économistes ne croient pas dans leur grande majorité.

Parmi les plus pessimistes, ceux de Natixis anticipent une croissance potentielle à 1,1% par an au grand maximum, avec pour conséquence par exemple que le trou du système des retraites à l'horizon 2020 serait beaucoup plus important que les 20,9 milliards estimé par le Conseil d'orientation des retraites dans son dernier rapport.

COUP D'ARRÊT EN 2008-2010

La croissance potentielle d'une économie se calcule à partir de la quantité globale de travail disponible, donc de la population active, de la quantité de capital qui peut être utilisée et de la PGF, qui est la capacité d'une économie à mieux combiner les mêmes quantités de travail et de capital pour produire davantage.

Selon l'Insee, cette productivité globale peut être affinée en évaluant la qualité du travail et du capital, ce qui passe par une prise en compte des différences de productivité des différentes catégories de travail et de capital comme celles occasionnées par l'arrivée de générations plus qualifiées sur le marché du travail ou les sauts technologiques.

Il estime que la PGF a connu une croissance annuelle de 0,9% entre 1994 et 2007, avant de connaître un coût d'arrêt (-1,2%) sur les années de crise 2008-2010.

En corrigeant l'effet de cycle, elle est néanmoins restée positive de 0,1% en moyenne sur cette dernière période alors que son taux de croissance moyen sur 1994-2007 a été de 0,7%.

En supposant que la productivité globale retrouve son niveau d'avant crise, l'institut juge que la croissance potentielle de la France atteindrait 1,9% en moyenne.

Mais en cas de décrochage net et durable, à savoir une hausse moyenne de la PGF corrigée de l'effet de cycle à 0,3%, elle se situerait à 1,2%. Le scénario médian (1,5% de croissance annuelle) repose sur une croissance moyenne de la PGF de 0,5%.

Chacun de ces scénarios inclut aussi sur des projections de croissance plus ou moins forte de la population active, figurant dans une étude de l'Insee qui remonte à 2011.

Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse

Copyright © 2013 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...