Bourse > Total > Total : Total réorganise son secteur aval, pas de cession prévue
TOTALTOTAL FP - FR0000120271FP - FR0000120271
47.285 € -1.17 % Temps réel Euronext Paris
47.700 €Ouverture : -0.87 %Perf Ouverture : 47.900 €+ Haut : 46.930 €+ Bas :
47.845 €Clôture veille : 5 968 220Volume : +0.24 %Capi échangé : 116 953 M€Capi. :

Total : Total réorganise son secteur aval, pas de cession prévue

Total réorganise son secteur aval, pas de cession prévueTotal réorganise son secteur aval, pas de cession prévue

PARIS (Reuters) - La réorganisation du secteur Aval de Total a pour but d'améliorer la rentabilité des activités concernées mais se fera "sans licenciement ni plan social" et aucune cession n'est prévue à ce jour, a réaffirmé lundi le PDG du groupe pétrolier Christophe de Margerie.

Ce projet, qui se traduira par le rapprochement du raffinage et de la pétrochimie et la création d'une branche marketing, entraînera un changement de branche pour près de 9.000 personnes.

Présenté lundi aux instances représentatives françaises et belges des personnels concernés, il passera par la mise en place d'une nouvelle organisation le 1er janvier 2012 et devrait être finalisé le 1er janvier 2013, a précisé Christophe de Margerie lors d'un entretien avec les agences de presse.

"Il n'y a pas de plan aujourd'hui d'IPO, de cession ou quoi que ce soit, ni pour le marketing, ni pour le raffinage-pétrochimie", a-t-il également indiqué.

"L'idée, en gardant nos métiers, c'est de faire en sorte qu'ils soient meilleurs en étant organisés de manière différente."

"L'urgence, c'est que le marché va mal (...), nous savons depuis un bout de temps que le marché européen est en décroissance."

Christophe de Margerie a également répété que Total souhaitait améliorer la rentabilité de l'aval de 5% en 2015 par rapport à 2010, dont 1% grâce au projet présenté lundi.

Le comité de groupe européen, évoquant de "nombreuses interrogations restant encore en suspens" malgré les déclarations du PDG de Total, a fait savoir dans un communiqué qu'il avait obtenu la mise en oeuvre de deux expertises, sur le projet et sur l'avenir des sites en Europe.

LA VENTE DE LINDSEY SE COMPLIQUE

La réorganisation de l'Aval, a également dit le PDG de Total, n'est pas liée au projet de cession de la raffinerie britannique de Lindsey, que le groupe annonce comme étant imminente depuis près de deux ans.

"On veut maintenir la vente de cette raffinerie. Maintenant, le marché est encore plus difficile qu'avant (...) Si avant la fin de l'année, ce n'est pas fait, il faudra qu'on en reparle", a précisé Christophe de Margerie, qui exclut une fermeture de Lindsey.

"Est-ce qu'on continue à la vendre ou est-ce qu'on la garde sans la vendre et qu'on attend des temps meilleurs ?", a-t-il ajouté.

En juillet, Total disait espérer qu'une cession soit réalisée d'ici à la fin de l'année.

Le comité de groupe européen a de son côté demandé à la direction de Total de "clarifier au plus vite la situation des salariés de la raffinerie de Lindsey".

En fin de séance, l'action Total gagnait 1,4% à 35,815 euros pendant que le CAC 40 avançait de 1,9%.

Benjamin Mallet et Muriel Boselli, édité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2011 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...