Bourse > Total > Total : Selon fitch, elgin n'est pas deepwater.
TOTALTOTAL FP - FR0000120271FP - FR0000120271
42.715 € -1.45 % Temps réel Euronext Paris
43.400 €Ouverture : -1.58 %Perf Ouverture : 44.015 €+ Haut : 42.385 €+ Bas :
43.345 €Clôture veille : 9 239 060Volume : +0.37 %Capi échangé : 106 818 M€Capi. :

Total : Selon fitch, elgin n'est pas deepwater.

tradingsat

(CercleFinance.com) - Fitch revient ce matin sur la fuite de gaz que connaît actuellement la plate-forme exploitant le champ gazier d'Elgin, à l'Est de l'Ecosse, dont Total est le principal actionnaire (46,17%) et l'opérateur. Si le champ devait devenir inutilisable, il en coûterait au moins 2,6 milliards d'euros au groupe, calculent les analystes.

L'agence de notation-crédit souligne qu'en l'état actuel des informations disponibles, “l'accident en cours n'est pas aussi sérieux que celui survenu en 2010 sur la plate-forme Deepwater Horizon de BP”, qui avait provoqué une marée noire massive dans le golfe du Mexique.

“La fuite d'Elgin est davantage une fuite gaz en surface qu'une fuite sous-marine de pétrole”, indiquent les analystes, d'où un potentiel de dommages à l'environnement a priori bien inférieur. Aucun usage de dispersant n'est d'ailleurs envisagé à ce stade.

Certes, les conséquences d'un tel accident, en bonne part imprévisibles, sont souvent difficiles à régler. Mais “de notre point de vue, il y a peu de chances que cette fuite se transforme en crise de la dimension de celle provoquée par Deepwater Horizon.”

Même en cas d'arrêt de l'exploitation du champ d'Elgin, la notation-crédit “AA” de Total ne serait pas menacée.

Dans le cas d'une fermeture définitive d'Elgin, “cela impliquerait une perte de production pour un champ qui, en termes actualisés et selon les valorisations de tierces parties, vaut quelque 5,7 milliards d'euros. Si le champ devenait inutilisable, il en coûterait alors à Total sa quote-part dudit champ, soit 2,6 milliards d'euros. Le groupe pourrait aussi avoir à payer des compensations à ses partenaires”, soit principalement ENI et BG Group.

Fin décembre 2011, Total disposait de 14 milliards d'espèces, sans oublier environ 10 milliards de lignes de crédit non tirées.

“Cet incident rappelle que les 'majors' du pétrole et du gaz, qui exercent des métiers risqués, doivent disposer de fortes liquidités”, indique enfin la note.

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI