Bourse > Total > Total : Margerie défavorable au forage en arctique
TOTALTOTAL FP - FR0000120271FP - FR0000120271
42.715 € -1.45 % Temps réel Euronext Paris
43.400 €Ouverture : -1.58 %Perf Ouverture : 44.015 €+ Haut : 42.385 €+ Bas :
43.345 €Clôture veille : 9 239 060Volume : +0.37 %Capi échangé : 106 818 M€Capi. :

Total : Margerie défavorable au forage en arctique

tradingsat

(Tradingsat.com) - Les compagnies pétrolières ne devraient pas effectuer de forages dans les eaux de l'Arctique, a affirmé Christophe de Margerie, le PDG de Total, lors d'une interview accordée au Financial Times. Des propos inédits de la part du responsable d'un grand groupe pétrolier, dont les homologues se sont toujours gardés de s'opposer publiquement à l'exploration offshore dans la région.

Le dirigeant juge les risques d'une marée noire tout simplement trop élevés, dans un environnement aussi sensible aux problèmes environnementaux. « Une fuite serait bien trop préjudiciable à l'image du groupe », a-t-il martelé. D'après le quotidien britannique, l'exploration de l'Arctique en elle-même ne pose cependant pas de problèmes à Christophe de Margerie, dont le groupe possède plusieurs participations dans des gisements de gaz naturel, notamment dans celui de Shtokman, en mer de Barents.

« Une fuite de gaz est plus aisée à enrayer qu'une marée noire », assure le dirigeant dont la prise de position a reçu un accueil favorable de la part des associations environnementales. « Le reste de l'industrie pétrolière devrait suivre ces mises en garde » a en effet commenté Ben Ayliffe, le responsable de la campagne Greenpeace dans la région, dont les propos sont rapportés par le FT.

Si l'exploration pétrolière pourrait s'avérer extrêmement lucrative en Arctique dans les années à venir, plusieurs géants de l'industrie ont déjà essuyé des échecs dans la région: la semaine dernière, Royal Dutch Shell s'est vu contraint de repousser à l'année prochaine sa tentative de forage de la roche bitumineuse de la côte d'Alaska, après qu'une pièce de son dispositif de sécurité a été endommagée lors d'un test. Le groupe aura consacré 7 années de préparation ainsi que 4,5 milliards de dollars à ce projet.

Christophe de Margerie s'est également exprimé sur le gel sine die du projet Shtokman annoncé en août dernier par son partenaire Gazprom, que les coûts excessifs ont fini par refroidir, dans un contexte de baisse importante du prix du gaz. « Gazprom n'a jamais mis par écrit son souhait de voir le projet s'arrêter », a affirmé le PDG de Total au journal. « Les discussions ne sont pas aussi… actives que je le souhaiterais. [Mais] le bénéfice du doute subsiste encore ».

A noter que la Cour de cassation a confirmé hier la condamnation pénale de Total prononcée en appel en 2010 pour la "pollution maritime" provoquée sur les côtes bretonnes par le naufrage du pétrolier Erika en 1999.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI