Bourse > Total > Total : La réflexion sur l'epr de penly a été "stoppée", selon total
TOTALTOTAL FP - FR0000120271FP - FR0000120271
43.000 € -0.51 % Temps réel Euronext Paris
43.220 €Ouverture : -0.51 %Perf Ouverture : 43.900 €+ Haut : 42.830 €+ Bas :
43.220 €Clôture veille : 5 404 500Volume : +0.22 %Capi échangé : 107 530 M€Capi. :

Total : La réflexion sur l'epr de penly a été "stoppée", selon total

tradingsat

PARIS (Reuters) - La réflexion autour du projet de réacteur nucléaire de type EPR de Penly (Seine-Maritime) "a été stoppée" après la catastrophe nucléaire japonaise de Fukushima, a déclaré le PDG de Total au magazine Challenges.

La mise en chantier du réacteur de Penly, conçu par Areva et qui doit être exploité par l'électricien EDF, était à l'origine prévue en 2012 et son entrée en service en 2017.

Total a indiqué fin 2010 qu'il restait intéressé par une prise de participation minoritaire dans le réacteur, potentiellement de 8%, après la sortie de GDF Suez de ce projet.

"La réflexion sur le projet a été stoppée. Il y avait un calendrier, des dates potentielles, il n'y en a plus. La suite dépendra de décisions prises sur d'autres centrales nucléaires", a déclaré le PDG du groupe pétrolier, Christophe de Margerie, lors d'une interview à Challenges diffusée sur le site internet du magazine.

Prié de dire si Total abandonnerait tout projet nucléaire, il a également déclaré : "Se retirer du nucléaire nous paraît dangereux, mais nous ne voyons rien déboucher. Nous allons donc rester en veille active, maintenir le savoir-faire, sans investir beaucoup, à l'inverse de ce que nous faisons sur le solaire."

L'annulation du projet de Penly, qui serait le second EPR construit en France après celui de Flamanville (Manche), est notament réclamée par Greenpeace qui veut une décision gouvernementale immédiate de sortie du nucléaire.

Un mois et demi après la catastrophe de Fukushima, Nicolas Sarkozy a réaffirmé mardi, sur le site de la centrale de Gravelines (Nord), sa foi dans le nucléaire civil et dénoncé la peur "irrationnelle" et "moyenâgeuse" entretenue selon lui par les détracteurs de cette énergie.

"Peut-être que le calendrier n'est pas précis mais il n'y a pas de mise en retrait sur le projet, le président de la République l'a d'ailleurs exprimé très clairement à Gravelines (...)", a de son côté déclaré le ministre de l'Industrie Eric Besson.

Benjamin Mallet et Mathilde Cru, édité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2011 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI