Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

TOTAL

FP - FR0000120271 SRD PEA PEA-PME
27.250 € -1.89 % Temps réel Euronext Paris

Total : La Bourse salue le maintien par Total de ses objectifs financiers... tout en s'éloignant du pétrole

mercredi 30 septembre 2020 à 16h30
Méthanier Arctic Lady dans le détroit de Gibraltar

(BFM Bourse) - Visant à devenir "la major de l’énergie responsable" en accélérant sa transformation vers les énergies à faible empreinte carbone, Total compte toujours offrir un fort rendement à ses actionnaires. Le marché apprécie.

Reçu 5 sur 5. La présentation des ambitions stratégiques de Total à l'occasion de la journée investisseurs organisée mercredi par le groupe (de moins en moins) pétrolier trouve de l'écho auprès des investisseurs que la société promet de ne pas délaisser. Vers 15h30, l'action grimpe ainsi de 3,44% à 29,305 euros. Total a "une stratégie claire et un positionnement efficace", estime ainsi ce mercredi dans l'émission BFM Bourse Julien Quistrebert, gérant chez Montségur Finance.

Lors d'une réunion organisée au siège parisien du groupe, retransmise sur internet, le PDG Patrick Pouyanné a détaillé la stratégie visant à transformer le groupe, issu en 1999 du rapprochement des compagnies pétrolières Total, Elf et Petrofina, en un groupe "multi-énergies". Tout en réitérant la promesse d'apporter à ses actionnaires, souvent présents au capital pour la régularité de la distribution des dividendes, un rendement important.

Le message est clair: si le groupe trouve ses origines dans l'exploitation des ressources pétrolières, Total ne compte plus sur cette énergie pour grandir dans un monde qui tend vers la neutralité carbone. Dans la prochaine décennie, la production d’énergie de Total augmentera d’un tiers, en passant d’environ de 3 à 4 millions de barils équivalent pétrole par jour, mais cette croissance proviendra du gaz naturel liquéfié (GNL). En parallèle, il y aura une forte progression de la production d'électricité, "principalement à partir de renouvelables".

Investissements dans les batteries et les points de recharge

Les ventes de produits pétroliers diminueront ainsi de près de 30% sur cette période, de sorte qu'à l'issue de la décennie les ventes de Total seront composées de 30% de produits pétroliers, 5% de biocarburants, 50% de gaz et 15% d’électricité.

Cette évolution nécessitera une augmentation des investissements dans les renouvelables et l’électricité, qui passeront de 2 milliards à 3 milliards de dollars par an, le groupe promettant que ces efforts resteront "rentables". Son PDG a notamment assuré que le groupe avait notamment tiré les leçons de l'acquisition de SunPower, dont Total avait pris le contrôle en 2011 mais qu'il avait mis du temps à rentabiliser.

Le groupe compte également investir plus d’un milliard de dollars dans les dix prochaines années dans la révolution de la mobilité électrique, tant dans la fabrication de batteries que dans les bornes de recharge pour véhicules électriques, avec un objectif de 150.000 points de recharge d'ici 2025.

Neutralité carbone en 2050

Sur le segment du GNL, le groupe compte doubler ses ventes en volume entre 2020 et 2030. L’effet de taille, les arbitrages et l'intégration tout au long de la chaîne devraient être créateurs de valeur, et le cash-flow de cette activité est attendue à 4 milliards de dollars dès 2025 (+40%) dans un environnement à 50 dollars par baril. La décarbonisation du gaz naturel par le biogaz et l'hydrogène ainsi que la poursuite de la réduction des émissions de méthane contribueront en outre à l’ambition climat de Total, qu est de parvenir à la neutralité carbone d'ici 2050

Dans l'électricité, Total veut développer un modèle intégré de production allant jusqu'à la distribution aux clients résidentiels et commerciaux, en passant par le stockage et le négoce, Total vise une production nette de 50 térawattheures et des ventes de 80 térawattheures (incluant la part négociée) à 9 millions de clients d'ici 2025. S’appuyant sur l’élan pris en 2020, Total a pour ambition de devenir un leader mondial dans le domaine des énergies renouvelables, et porte son objectif à 35 gigawatts de capacité brute en 2025 (70% déjà en portefeuille) avec l’ambition d’une croissance de 10 gigawatts par an au-delà, c'est à dire le même rythme qu'en 2020. Le business des renouvelables et de l'électricité générera des cash-flow qui s’élèveront à plus de 1,5 milliard de dollars par an d'ici 2025.

Parallèlement le groupe continuera d’adapter la capacité de raffinage et les ventes à l’évolution de la demande, notamment en Europe - à la baisse a priori. Dans le même temps, Total vise à augmenter sa production et ses ventes de biocarburants, la demande pour ces produits apparaissant soutenue par des politiques visant la neutralité carbone.

Conserver "un dividende à fort rendement"

La direction promet que tout en effectuant cette mutation, le titre restera un investissement attractif. "Dans un environnement actuel incertain, Total reste concentré sur ce qu'il contrôle et plus particulièrement sur les piliers qui permettent au groupe de résister face à la crise : HSE, excellence opérationnelle, coûts et cash, et la politique de continuer à baisser le point mort organique sous les 25 dollars par baril équivalent pétrole". En maintenant le total de ses investissements annuels dans une fourchette de 13 à 16 milliards de dollars sur 2022-25, dans l'hypothèse d'un prix du pétrole entre 50 et 60 dollars le baril. Compte tenu de l’incertitude à court terme et du contexte de prix bas, les investissements nets pour 2021 devraient être inférieurs, à 12 milliards de dollars. Les efforts de réduction des coûts seront accélérés et augmentés à 2 milliards de dollars d’ici 2023.

Dans ce contexte, le groupe confirme une croissance du cash-flow de 5 milliards de dollars d’ici 2025 et une rentabilité des capitaux propres supérieure à 10% (dans un environnement à 50 dollars par baril).

Sur la base de ces perspectives et compte tenu de la résilience démontrée par Total, le Conseil d'administration a "réaffirmé sa confiance dans les fondamentaux du groupe et confirmé que le dividende est soutenable à 40 dollars par baril". Au-delà des investissements et du service du dividende, priorité sera donnée, en termes d’allocation du cash-flow, à l’abaissement du taux d’endettement sous les 20%, la firme visant à maintenir sa notation de crédit.

"En outre, le conseil d'administration est convaincu qu’avec une stratégie visant à devenir un groupe multi-énergies tout en offrant un dividende à fort rendement, Total est un investissement dont l’attractivité doit conduire à une revalorisation de son action". Une mention relative au niveau du cours plutôt rare de la part de cet organe, qui évite généralement de commenter le cours de Bourse. Mais il est vrai que le titre Total se négocie encore à des niveaux remontant à mars 2003, si l'on exclut la dévalorisation historique de près de 60% entre janvier et mars dernier, qui avait poussé l'action à un plancher inédit d'à peine plus de 21 euros (sa capitalisation descendant alors à 55 milliards d'euros, moins de cinq fois le montant du dernier bénéfice annuel).

Guillaume Bayre - ©2020 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur TOTAL en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+332.10 % vs -2.41 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat