Bourse > Telefonica > Telefonica : Chute des bénéfices, prévisions réaffirmées
TELEFONICATELEFONICA TFA - ES0178430E18TFA - ES0178430E18
- 0.00 % Temps réel Euronext Paris
-Ouverture : -Perf Ouverture : -+ Haut : -+ Bas :
-Clôture veille : -Volume : -Capi échangé : -Capi. :

Telefonica : Chute des bénéfices, prévisions réaffirmées

tradingsat

(CercleFinance.com) - Sur les neuf premiers mois de son exercice 2011, Telefonica a vu son résultat net chuter de 69,1% à 2,7 milliards d'euros (0,60 euro par action) en raison d'une perte nette de 429 millions (- 0,10 euro par action) au 3ème trimestre sur des charges de restructuration essentiellement. L'opérateur historique espagnol a cependant réaffirmé ses prévisions ainsi que sa politique de dividende.

Cause principale de la baisse : le coût du plan de restructuration mis récemment en place essentiellement en Espagne où plus de 6.000 postes sont concernés, engendrant une provision 2,67 milliards d'euros sur le T3.

Le patron du groupe, César Alierta, a déclaré que que son groupe “continuera, ces prochains mois, de travailler en vue d'atteindre les objectifs financiers annoncés pour 2011”.

“L'environnement économique difficile, la concurrence croissante et une pression régulatoire qui ne favorise pas le développement du secteur sur certains de nos marchés impliquent que nous faisons face à des défis importants. Mais la nouvelle organisation de Telefonica annoncée en septembre nous ouvrira la voie d'une croissance accélérée dans le monde numérique et conduira à l'amélioration de noter efficacité”, pronostique-t-il.

Hors éléments exceptionnels, se rassure le groupe espagnol, le résultat net sous-jacent de 2.7 milliards d'euros (1,2 euro par action) ne reculerait que de 10,6%.

Reste que Telefonica a déjà annoncé, sans revenir dessus pour l'instant, un dividende de 1,60 euro au titre de cette année, qui serait ensuite relevé à 'au moins' 1,75 euro en 2012 et au-delà.

Le consensus disponible à cette heure, qui n'a pas encore intégré les éventuelles révisions découlant de ces comptes, table sur un bénéfice par action (sous-jacent) de 1,63 euro en 2011 et de 1,66 euro en 2012.

Notons que les restructurations n'expliquent pas tout. Sur la période, les ventes de 46,7 milliards d'euros croissent en termes bruts de 5,4% (+ 0,3% en données organiques). Seule l'Amérique latine (46,1% du CA) enregistre une croissance, tant en termes publiés (+ 18,1%) qu'organiques (+ 4,9%). Le marché domestique, l'Espagne (28% du CA), se contracte de 7% environ, tant en termes publiés qu'organiques. Et l'activité dans le reste de l'Europe est pratiquement inchangée.

Du côté du compte d'exploitation, l'OIBDA, indicateur-maison représentant grosso modo l'excédent brut d'exploitation ajusté, a baissé de 30% (- 4,6% en organique) à 14,25 milliards d'euros, la marge chutant à 30,5% contre 46% un an plus tôt. Seule l'Europe (24,7% des ventes) voit sa marge progresser, celles des autres régions reculant rapidement. La dégradation du marché espagnol, non compensée par les autres secteurs où le groupe est présent, en est la cause principale.

Côté bilan, la dette financière nette varie peu à 55,4 milliards d'euros en fin de période.

Copyright (c) 2011 CercleFinance.com. Tous droits réservés.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI