Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

STELLANTIS (ex PEUGEOT)

STLA - NL00150001Q9 SRD PEA PEA-PME
17.166 € +0.98 % Temps réel Euronext Paris

Stellantis (ex peugeot) : La Bourse salue la gestion par Stellantis de la pénurie de semi-conducteurs

mercredi 5 mai 2021 à 16h44
Stellantis bondit après avoir fait part d'un solide premier semestre

(BFM Bourse) - Si la production du groupe est affectée, comme celle des autres constructeurs, par la pénurie de matériaux semi-conducteurs omniprésents dans les véhicules, le groupe issu de la fusion entre Peugeot et Fiat Chrysler dévoile un solide trimestre et réitère ses objectifs annuels. Le titre décolle.

La pénurie mondiale de puces électroniques a empêché le groupe automobile Stellantis, issu de la récente fusion de Peugeot-Citroën et de Fiat-Chrysler, de produire 190.000 véhicules au premier trimestre, mais n'a pas encore freiné ses ventes, a annoncé le constructeur mercredi. Le groupe aux 14 marques (Abarth, Alfa Romeo, Chrysler, Citroën, Dodge, DS Automobiles, Fiat, Jeep, Lancia, Maserati, Opel, Peugeot, RAM et Vauxhall) prévient que le manque de semi-conducteurs, fabriqués principalement en Asie et sujets à une demande mondiale exceptionnelle, va perdurer et avoir un "impact supérieur" au deuxième trimestre, avant une amélioration sur la deuxième partie de l'année. La crise devrait néanmoins se poursuivre jusqu'en 2022, avertit Stellantis.

En l'absence de ces composants devenus omniprésents dans les voitures, et soumis à la concurrence très forte de l'informatique depuis que la pandémie a accéléré l'essor du télétravail et des loisirs à la maison, les usines ne peuvent actuellement pas tourner à plein régime. Il en va de même pour les autres constructeurs, Renault ayant averti que cette pénurie devrait affecter d'au moins 100.000 véhicules sa production annuelle, quand Ford a carrément annoncé une diminution de moitié de la sienne au cours du deuxième trimestre.

Au Brésil, en France ou aux Etats-Unis, 8 des 44 usines du groupe Stellantis sont actuellement touchées par cette pénurie, entre la suspension de certaines lignes de montage et des jours de chômage technique, a détaillé le directeur financier du groupe, Richard Palmer. La visibilité est "très limitée" et le groupe gère la situation "au jour le jour", en fonction du stock et de la rentabilité des modèles, a-t-il précisé.

Les usines testent des options se voulant plus "flexibles et standardisées": la nouvelle Peugeot 308 a par exemple retrouvé des cadrans à aiguilles pour remplacer les compteurs numériques, introuvables.

Stocks faibles

"Cela nous permet également d'agir plus efficacement, avec un stock plus faible", ce qui est bon pour la "rentabilité" du groupe, a ajouté l'ancien directeur financier de Chrysler puis de FCA à l'occasion d'une conférence avec les journalistes. Au niveau mondial, Stellantis a engrangé 34,3 milliards d'euros de revenus sur les trois premiers mois de l'année (ou de 37 milliards en base "pro forma", à savoir comme si la fusion -intervenue le 17 janvier- avait été finalisée le 1er janvier), un chiffre en hausse de 14% sur un an. Stellantis profite néanmoins d'une base de comparaison extrêmement favorable, les revenus de PSA et FCA ayant respectivement chuté de 15,6 et 16% sur les trois premiers mois de 2020. Le chiffre d'affaires consolidé enregistré par Stellantis au premier trimestre 2021 reste donc légèrement inférieur à ceux de PSA et FCA combinés, retraités de celui de Faurecia, entre janvier et mars 2019 (38,1 milliards).

Le groupe a vendu au premier trimestre 1,567 million de véhicules (+11%), un chiffre reflétant "la forte demande des consommateurs et la bonne performance des ventes au détail", selon Stellantis. Il a confirmé son objectif de marge opérationnelle pour 2021, autour de 5%.

Le marché parisien applaudit ces chiffres, l'action du groupe franco-italiano-américain basé à Amsterdam bondissant de 5,7% à 14,69 euros à Paris, au plus haut depuis mi-avril dernier, également aidé par l'attrait des investisseurs envers les valeurs cycliques, alors que se les premières phases des déconfinements sont désormais lancées dans plusieurs pays européens. À ce cours là, le groupe affiche une capitalisation boursière de 46 milliards d'euros quand celle de Renault dépasse tout juste le seuil des 10 milliards.

La reprise chez Stellantis reste plus faible que celle du marché automobile mondial (+22%), note toutefois Matthias Heck, analyste chez Moody's. Ceci s'explique par la faible présence du groupe sur le marché chinois, qui mène la reprise automobile comme pour de nombreux autres secteurs, explique-t-il. Les stocks du groupe ont particulièrement baissé en Amérique du Nord, freinant les ventes (-4%), sans endommager le chiffre d'affaires qui est en hausse de 9%, poussé par la vente de véhicules de gamme supérieure.

Le gouvernement américain a pressé les fabricants de puces taïwanais d'approvisionner ses constructeurs. L'Europe envisage aussi des investissements considérables pour sortir de sa dépendance à l'Asie, mais cela n'aura pas d'impact à court ou moyen terme. Le groupe taïwanais TSMC, le leader mondial du lecteur, a indiqué qu'il espérait satisfaire les exigences "minimales" des constructeurs automobiles d'ici le mois de juin.

Rebond pour 2021

Né le 17 janvier dernier, Stellantis se place sur la 2e marche du podium en Europe en terme de véhicules vendus (+11% sur ce continent à 823.000), juste derrière Volkswagen (910.000, qui publiera ses résultats trimestriels jeudi). Le groupe précise avoir fait progresser sa part de marché de 150 points de base (soit 1,50 point de pourcentage) à 23,6% sur le Vieux continent. Et si l'on inclut les véhicules utilitaires, Stellantis revendique même une place de leader en Europe.

Maserati, dont les chiffres sont présentés à part, a vu ses ventes exploser au niveau mondial (+74%, avec 5.400 exemplaires) avec le renouvellement de sa gamme, en particulier en Chine.

Les perspectives de Stellantis sont inchangées pour l'année 2021 sur ses principaux marchés, avec un rebond prévu de 10% en Europe, 8% en Amérique du Nord et 20% en Amérique du Sud. Le groupe prévoit -à son tour- de présenter une stratégie d'électrification de sa gamme début juillet, avant de dévoiler sa feuille de route pour la Chine fin 2021.

(avec AFP)

Quentin Soubranne - ©2021 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur STELLANTIS (ex PEUGEOT) en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+319.10 % vs +32.78 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat