Bourse > Peugeot > Peugeot : Psa et renault remboursent mardi intégralement l'etat
PEUGEOTPEUGEOT UG - FR0000121501UG - FR0000121501
19.235 € +1.99 % Temps réel Euronext Paris
18.675 €Ouverture : +3.00 %Perf Ouverture : 19.370 €+ Haut : 18.655 €+ Bas :
18.860 €Clôture veille : 6 644 160Volume : +0.82 %Capi échangé : 15 575 M€Capi. :

Peugeot : Psa et renault remboursent mardi intégralement l'etat

Psa et renault remboursent mardi intégralement l'etatPsa et renault remboursent mardi intégralement l'etat

par Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - PSA Peugeot Citroën et Renault rembourseront mardi l'intégralité du prêt de trois milliards d'euros que l'État avait consenti aux deux constructeurs pour leur permettre de passer la crise.

Au cours d'une téléconférence avec les analystes organisée mercredi dernier à l'occasion de la publication du chiffre d'affaires trimestriel du groupe, le directeur financier de PSA Frédéric Saint-Geours a indiqué que le milliard d'euros encore dû à l'État serait remboursé le 26 avril.

Renault, qui publiera pour sa part son chiffre d'affaires du premier trimestre mardi après la clôture, a confirmé par la voix d'un porte-parole que le remboursement du solde serait également effectué ce mardi.

"C'est une page qui se tourne", commente Philippe Barrier, analyste automobile à la Société générale. "A l'époque, c'était surtout une question de liquidités sur le marché. Aujourd'hui, le marché est devenu plus liquide, il n'y a plus ce côté d'urgence."

Face au tarissement des marchés de crédit dans le sillage de la faillite de la banque Lehman Brothers fin 2008 et à l'effondrement des ventes avec le coup d'arrêt brutal de l'économie, qui a ébranlé l'ensemble du secteur mondial, les deux grands constructeurs automobiles français s'étaient vu accorder chacun en avril 2009 un prêt de trois milliards d'euros à 6% et pour cinq ans dans le cadre du "pacte automobile" annoncé par le président Nicolas Sarkozy au plus fort de la crise du secteur.

Ce pacte totalisait 7,8 milliards d'euros d'aides, via également un soutien à la filière des équipementiers et la prime à la casse, en contrepartie d'un engagement sur l'emploi et sur la pérennité des sites d'assemblage en France.

Le redressement de la situation financière des deux groupes en 2010, après de lourdes pertes en 2009, leur avait permis de rembourser par anticipation dès septembre dernier une première tranche d'un milliard d'euros, puis un deuxième tiers en février dernier.

Cet empressement à rembourser par anticipation s'explique aussi par le fait que les conditions de refinancement sur le marché sont aujourd'hui plus intéressantes que les termes du prêt public et que son taux pouvait monter jusqu'à 9% selon l'amélioration de la marge des constructeurs.

LES ENGAGEMENTS SUR L'EMPLOI TIENNENT-ILS TOUJOURS ?

Une fois le prêt soldé, la question des engagements des deux groupes sur l'emploi et les sites, dans un secteur confronté à des surcapacités chroniques en Europe, ne manquera pas de se poser à nouveau.

Avant l'officialisation du remboursement anticipé, le ministre de l'Industrie s'est félicité vendredi de la rapidité avec laquelle les deux groupes français se sont redressés.

"L'argent leur avait été prêté pour cinq ans, ils auront remboursé en deux ans seulement !", a déclaré Eric Besson sur France Info.

"Le gouvernement va les aider à accélérer encore leur développement, avec le programme véhicule du futur, doté de 750 millions d'euros issus du grand emprunt", a-t-il ajouté.

Dans son plan stratégique dévoilé en février, Renault a assuré qu'il ajusterait ses capacités de production industrielle à la demande mondiale "sans fermeture de site, sans plan social ni plan de départs collectifs", en privilégiant dans l'Hexagone les véhicules à plus forte valeur ajoutée, comme le haut de gamme, l'utilitaire et l'électrique.

Sur d'autres segments, le groupe au losange sera malgré cela encore attendu au tournant lors de l'annonce de la localisation précise de la future Clio 4, en 2012.

Dans le cadre de son propre plan de performance dévoilé à l'automne 2009, PSA s'est fixé quant à lui pour objectif de porter le taux d'utilisation de ses usines en Europe à 105% en 2012, pour moitié par le compactage des capacités, la croissance des volumes et une flexibilité accrue.

Et si les projets prêtés au groupe dans le "low cost" en Espagne et en Chine préoccupent les syndicats, les sites français profitent pour le moment du succès de modèles comme le Peugeot 3008 à Sochaux, le tandem Citroën C3/DS3 à Poissy ou la toute nouvelle 508 à Rennes.

Edité par Matthieu Protard

Copyright © 2011 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...