Bourse > Peugeot > Peugeot : Les Bourses européennes ouvrent en repli
PEUGEOTPEUGEOT UG - FR0000121501 UG - FR0000121501   SRD PEA PEA-PME
18.220 € -0.22 % Temps réel Euronext Paris
18.140 €Ouverture : +0.44 %Perf Ouverture : 18.360 €+ Haut : 18.055 €+ Bas :
18.260 €Clôture veille : 1 091 380Volume : +0.12 %Capi échangé : 16 486 M€Capi. :

Peugeot : Les Bourses européennes ouvrent en repli

Les Bourses européennes ouvrent en repliLes Bourses européennes ouvrent en repli

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes ont ouvert en repli jeudi, dans le sillage de Wall Street et de Tokyo, les frictions apparues dans les négociations budgétaires aux Etats-Unis venant servir de prétexte à des prises de bénéfice après la hausse des dernières séances.

À Paris, le CAC 40 cède 11,65 points ou 0,32% à 3.652,94 points après 20 minutes d'échanges. À Francfort, le Dax abandonne 0,33% et, à Londres, le FTSE recule de 0,10%. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 régresse de 0,27% et celui plus large FTSEurofirst 300 de 0,19%.

Ericsson a ouvert en forte baisse de 3,6% à Stockholm, puis réduit ses pertes, après l'annonce d'une charge de 923 millions d'euros dans ses comptes du quatrième trimestre pour tenir compte de ST-Ericsson, sa coentreprise avec STMicrolectronics. Dans la foulée, STMicro lâche 2,05%.

Alcatel grimpe en revanche de 2,55%. Selon Les Echos, le gouvernement cherche à monter une opération visant à sécuriser une partie de son activité de câbles sous-marins, jugée stratégique, via un rachat par France Télécom.

PSA Peugeot Citroën s'adjuge 1,66%. Le constructeur français et son partenaire General Motors ont renoncé à l'un de leurs projets communs de voitures, tout en décidant d'élargir leur alliance aux moteurs.

Aux banques, UBS perd 1,58% à 14,96 francs suisses. Après l'amende de 1,5 milliard de dollars suisses reçue mercredi pour manipulation du taux Libor, les autorités de Hong Kong ont à leur tour annoncé jeudi l'ouverture d'une enquête sur la banque helvétique au sujet d'une possible manipulation du taux interbancaire du territoire, le Hibor.

"On ouvre dans le rouge à cause de l'impasse persistante sur le 'mur budgétaire'", rapporte Joe Neighbour, chez Central Markets à Londres. "Ceux qui ont des bénéfices à prendre le font. Il y a toujours des intervenants prêts à acheter à la baisse mais on peut désormais s'attendre à une stabilité des marchés jusqu'à la fin de l'année".

A Wall Street, le S&P-500 a cédé 0,76% mercredi après un bond de 2,3% en deux séances.

Les négociations budgétaires entre le Congrès et la Maison blanche ont semblé à nouveau bloquées, les républicains ayant confirmé qu'ils soumettraient jeudi leur propre projet aux voix de la Chambre des représentants, où ils sont majoritaires, malgré l'opposition de Barack Obama. Au vu de l'ampleur modérée du repli de Wall Street, personne toutefois ne semble remettre en cause l'hypothèse qu'un accord sera trouvé in extremis.

En l'absence de compromis avant la fin de l'année, ce sont 600 milliards de dollars de hausses d'impôt et de réductions de dépenses publiques qui entreraient automatiquement en vigueur le 1er janvier, au risque de faire rechuter l'économie américaine en récession.

A Tokyo, l'indice Nikkei a fini en baisse de 1,19%, mais en se maintenant au-dessus des 10.000 points, ayant subi des prises de bénéfice après la conclusion sans surprise de la réunion monétaire de la Banque du Japon.

La banque centrale a décidé d'augmenter de 10.000 milliards de yens (90 milliards d'euros) son programme de rachat d'actifs et de prêts pour le porter à 101.000 milliards de yens. Elle a en outre laissé entendre qu'elle procéderait à un réexamen de son objectif d'inflation, actuellement à 1%, lors de sa prochaine réunion en janvier, comme le souhaitent les conservateurs de retour au pouvoir après les élections du 16 décembre.

L'annonce de la BoJ n'a pas empêché le yen de remonter face au dollar, là aussi sous l'effet de prises de bénéfice alors que le billet vert s'est apprécié de quelque 6% face à la devise japonaise en six semaines, atteignant mercredi un pic de 20 mois à 84,62 yens.

Face à l'euro, le dollar s'apprécie en revanche de 0,24%.

Sur le marché obligataire, les nouvelles tensions apparues dans les négociations budgétaires américaines entraînent des prises de bénéfice sur les actifs à risque et un regain d'appétit pour les valeurs refuges, Bunds en tête.

Elles font aussi refluer les cours du pétrole, avec un baril de Brent en repli de 0,42% à 110,36 dollars, dans l'attente des statistiques américaines de l'après-midi et notamment de la dernière estimation du produit intérieur brut du troisième trimestre.

Véronique Tison pour le service français, édité par Catherine Monin

Copyright © 2012 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...