Bourse > Peugeot > Peugeot : Les Bourses européennes ouvrent en léger recul
PEUGEOTPEUGEOT UG - FR0000121501UG - FR0000121501
18.090 € +1.09 % Temps réel Euronext Paris
17.995 €Ouverture : +0.53 %Perf Ouverture : 18.155 €+ Haut : 17.995 €+ Bas :
17.895 €Clôture veille : 767 605Volume : +0.08 %Capi échangé : 16 368 M€Capi. :

Peugeot : Les Bourses européennes ouvrent en léger recul

tradingsat

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les principales Bourses européennes ont ouvert en léger recul mercredi avant la première conférence de presse de Donald Trump, qui devrait apporter des précisions concernant sa politique en matière de relance budgétaire, de fiscalité, mais aussi de commerce international et sur le marché des changes.

À Paris, le CAC 40 cède 0,46% à 4.865,77 points vers 08h30 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,37% et à Londres, le FTSE 0,16%.

L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro recule de 0,54%, le FTSEurofirst 300 de 0,28% et le Stoxx 600 de 0,26%.

En attendant le démarrage de la nouvelle saison des résultats aux Etats-Unis, puis en Europe, une série de résultats commerciaux influent sur la cote.

A Paris, PSA affiche un gain de 1,3%. Le groupe automobile a fait état avant l'ouverture d'une accélération de ses ventes mondiales à 3,146 millions de véhicules sur l'année 2016, repassant la barre des trois millions pour la première fois depuis la crise de 2012.

Airbus cède 0,6% après avoir annoncé une hausse de 8% de ses livraisons sur l'année, dépassant ses propres prévisions après avoir mis les bouchées doubles en fin d'année.

Kering s'adjuge 2,1%, plus forte hausse du CAC 40, alors que plusieurs brokers ont relevé leur objectif de cours sur la valeur.

Engie en revanche perd 3,3%, plus net repli du CAC. L'Etat a bouclé la cession de 4,1% du capital du groupe.

A Londres, Sainsbury's prend 5,8% après avoir annoncé des performances commerciales meilleures que prévu sur le trimestre couvrant la période des fêtes de fin d'année tout en se disant bien positionné pour 2017.

Le fabricant danois d'ingrédients alimentaires et d'enzymes Chr Hansen (+4,8%) se distingue également après l'annonce d'un résultat du premier trimestre 2016-2017 supérieur aux attentes.

A l'inverse, Cobham chute de 17,8% après un bénéfice opérationnel 2016 de 245 millions de livres (282 milions d'euros), inférieur à une fourchette d'objectifs revue à la baisse deux mois plus tôt, ce qui a conduit le groupe de défense et d'aéronautique à ne pas verser de dividende.

Les banques italiennes (-1,76%) pèsent sur la tendance à Milan.

Unicredit perd 2,24% à 2,7 euros alors que la presse italienne évoque un prix de 1,20 à 1,30 euro par action pour son augmentation de capital.

UBI abandonne 1,7%. Selon deux sources proches du dossier, la cinquième banque italienne devrait accepter cette semaine de racheter trois petites banques - Banca Etruria, Banca Marche, CariChieti et CariFerrara - qui ont fait l'objet d'un plan de sauvetage et n'ont pas attiré d'autres repreneurs.

Encore à Milan, le fabricant de chaussures Tod's grimpe de 7% après l'annonce que l'homme d'affaires Andrea Bonomi a acquis 3% de son capital.

A Francfort, Volkswagen gagne 1,5%. Le groupe a annoncé mardi avoir négocié avec le ministère américain de la Justice un projet d'accord de règlement au civil et au pénal pour 4,3 milliards de dollars (4,1 milliards d'euros) dans l'affaire des moteurs diesel truqués.

Sur le marché des changes, également en position d'attentisme avant la conférence de presse de Donald Trump, le dollar est en très légère progression face au yen et à un panier de devises de référence, son indice restant toutefois en retrait par rapport à son plus haut de 14 ans atteint le 3 janvier.

Le peso mexicain cède encore 0,11% après avoir touché un plus bas record mardi dans la crainte des mesures protectionnistes annoncées par Trump. La devise a perdu 16% depuis sa victoire à l'élection présidentielle.

En Europe, la monnaie unique se stabilise après avoir atteint un pic de 10 jours face au dollar tandis que la livre reste faible en raison des craintes de voir le gouvernement britannique privilégier un "Brexit dur".

Les cours du pétrole reprennent 0,3% après être tombés à des plus bas de près d'un mois la veille, dans le doute sur la volonté des pays concernés par l'accord de l'Opep de respecter leurs engagements de baisse de la production.

(Juliette Rouillon pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)

Copyright © 2017 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI