Bourse > Peugeot > Peugeot : La perspective d'une augmentation de capital fait chuter le titre
PEUGEOTPEUGEOT UG - FR0000121501UG - FR0000121501
19.175 € +6.41 % Temps réel Euronext Paris
19.000 €Ouverture : +0.92 %Perf Ouverture : 19.325 €+ Haut : 18.755 €+ Bas :
18.020 €Clôture veille : 8 065 730Volume : +1.00 %Capi échangé : 15 527 M€Capi. :

Peugeot : La perspective d'une augmentation de capital fait chuter le titre

PEUGEOTPEUGEOT

(Tradingsat.com) - Peugeot chute de près de 6% lundi dans les premiers échanges parisiens, alors que le conseil de surveillance du constructeur automobile aurait validé le projet d’une augmentation de capital qui pourrait voir l’Etat français et le chinois Dongfeng entrer à hauteur de 14% des parts chacun.

En parallèle, PSA Peugeot Citroën a annoncé ce matin un recul de 4,9% de ses ventes mondiales en 2013, avec une évolution contrastée selon les régions. Ainsi, les marchés européen et russe ont poursuivi leur repli avec respectivement une baisse de 1,6% (Europe 30), et de 5,4%, tandis que le marché chinois a connu une augmentation de +19,1%, et le marché latino-américain de +2,9%.

L'entrée de l'Etat et de Dongfeng se concrétise

Après plus de 4 heures d'intenses discussions, le conseil de surveillance de PSA Peugeot Citroën aurait finalement validé le projet d'une augmentation de capital de 3 milliards d'euros qui verrait l’Etat français et le constructeur automobile chinois Dongfeng injecter chacun 750 millions d'euros, avec un prix de souscription qui devrait être compris entre 7,5 et 8 euros, a rapporté dimanche le quotidien Les Echos, sans citer ses sources.

Le constructeur procéderait ensuite à un appel au marché complémentaire qui devrait permettre de lever environ 1,5 milliard d’euros, tandis que les salariés se verraient également proposer de souscrire à l’opération, a précisé le journal.

"Quant à la famille, aujourd’hui principal actionnaire de PSA avec 25 % du capital, elle remettrait au pot, ce qui lui permettrait d’avoir le même niveau de représentation, soit environ 14 % du capital", d'après Les Echos.

Plusieurs noms circulent pour la présidence du futur ensemble, comme celui de Louis Gallois, aujourd’hui administrateur indépendant, ou encore de Jean-Louis Beffa, ex-patron de Saint-Gobain et homme fort en Chine de la banque Lazard, conseil de Dongfeng.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...