Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Pétrole Brent

BRN - MP0000000BRN
- -

Pétrole brent : Le pétrole Brent tombe sous 50 dollars, le WTI à un plancher depuis août 2016

vendredi 28 février 2020 à 11h06
Le marché de l'or noir dévisse

(BFM Bourse) - À l'instar des principaux indices boursiers à travers le monde, l'or noir est également en situation de "correction" puisque les deux références mondiales cèdent respectivement 16,8% (Brent) et 17,3% (WTI) depuis jeudi dernier, la propagation du coronavirus faisant peser des craintes sur la demande d'hydrocarbures.

Alerte rouge sur l'or noir. Alors que les Bourses mondiales subissent leur pire correction depuis la crise financière de 2008, le marché du pétrole est en effet loin d'être épargné. Le vent de panique qui s'empare des marchés à mesure que le bilan du coronavirus s'alourdit s'est propagé jusqu'aux matières premières, les investisseurs redoutant que l'épidémie provoque une lourde chute de la demande en hydrocarbures, alors que l'offre reste à peu près stable.

Dans ces circonstances, le baril de Brent tombe à son tour sous les 50 dollars vendredi matin et s'échange à 49,70 dollars peu avant 11h, en repli de 3,7% par rapport à la veille et au plus bas depuis juillet 2017. Le baril de "light, sweet crude" texan cote de son côté 44,30 dollars (-3,8%), un plancher depuis août 2016, après être tombé à un plus bas depuis janvier 2019 mercredi.

Par rapport à leur plus hauts respectifs touchés jeudi 20 février dernier, le baril de Brent abandonne 16,8% et le baril de WTI a lâché 17,3%. Déjà bien installées en zone dite de "correction", les deux références mondiales sur le marché de l'or noir se rapprochent dangereusement d'une situation de "bear market" (chute supérieure à 20%), et cela, en moins de dix jours.

Les investisseurs redoutent principalement que la multiplication des cas de coronavirus en dehors de Chine, ainsi que les mesures prises pour endiguer la propagation du virus ne provoquent une destruction de la demande de plus en plus sévère. De fait, si l'économie mondiale ralentit subitement ou que les déplacement sont restreints voire interdits, les besoins en pétrole brut chutent mécaniquement. Certains observateurs estiment déjà à 4 millions de barils par jour le recul de la demande dans l'ex-Empire du Milieu. Et les craintes d'un déséquilibre entre l'offre et la demande sont d'autant plus prégnantes que l'Opep et ses partenaires parmi lesquels la Russie ont montré des dissensions la semaine dernière, au moment de se mettre d'accord sur d'éventuelles coupes supplémentaires dans la production. Mauvais timing pour envoyer un tel signal au marché...

La prochaine réunion prévue la semaine prochaine à Vienne sera donc particulièrement scrutée. Dans l'hypothèse où les pays producteurs ne parviendraient pas à se mettre d'accord sur une stratégie commune, le brut pourrait chuter sous les... 30 dollars, prédisent déjà certains analystes.

Quentin Soubranne - ©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+332.40 % vs -2.62 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat