Bourse > Pétrole wti > Pétrole wti : vers une baisse hebdomadaire proche de 2%
Pétrole WTIPétrole WTI WBS - MP0000000WBSWBS - MP0000000WBS
46.30 +0.98 %
45.67Ouverture : 46.48+ Haut : 45.41+ Bas :
+1.38 %Perf Ouverture : 55.22Clôture veille : 39 241Volume :

Pétrole wti : vers une baisse hebdomadaire proche de 2%

tradingsat

(CercleFinance.com) - C'est sur une baisse de l'ordre de 2% que les barils de pétrole de référence s'apprêtent à terminer une semaine ponctuée de nouvelles plutôt rassurantes quand à l'offre. A cette heure, le contrat sur le baril de Brent de mer du Nord livrable en août cède 0,2% à 110,8 dollars, le WTI américain de même échéance l'imitant à 103,8 dollars.

Sur la semaine, et à cette heure, le Brent cède 2,1% et le WTI 1,8%.

En effet, comme le rappellent les analystes d'Aurel BGC, 'le marché a encore réagi aux perspectives de rebond des exportations libyennes avec la reprise d'activité des ports aux rebelles'.

Il semble probable que deux terminaux portuaires d'exportation de brut, Es Sider et Ras Lanouf, retrouvent rapidement du service en Libye. Aux mains de forces rebelles au gouvernement contesté de Tripoli, ils étaient fermés depuis plus d'un an et leur capacité cumulée est voisine de 600.000 barils/jour, estime le courtier ANZ.

Les perspectives de l'offre semblent donc rassurantes, même si on doit se rappeler que nombreux sont les espoirs à avoir été déçus en Libye depuis un an.

En outre, la prime géopolitique liée à ce qui ressemble à un éclatement de l'Irak entre sunnites, chiites et kurdes, se dégonfle. Le pouvoir central de Bagdad, essentiellement chiite, semble résister un peu mieux aux djihadistes sunnites. Certes, les Kurdes paraissent en train de faire sécession, mais l'essentiel de la production pétrolière irakienne se concentre dans le sud, en territoire chiite. La situation y est nettement plus calme que dans le nord et en outre, les Etats-Unis et l'Iran soutiennent les chiites irakiens.

Chez Commerzbank, on invite cependant à ne pas oublier trop vite les djihadistes sunnites : en Syrie, ils se sont emparés du principal champ pétrolier, celui d'al-Omar. En outre, des dissensions pourraient intervenir entre les Kurdes, dont le territoire ne manque pas de pétrole non plus, et les chiites d'Irak.


Copyright (c) 2014 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI