Bourse > Pétrole > Pétrole : recul du baril avec les dernières nouvelles de Syrie
PétrolePétrole WBS - MP0000000WBSWBS - MP0000000WBS
49.19 -0.24 %
49.16Ouverture : 49.75+ Haut : 48.79+ Bas :
+0.06 %Perf Ouverture : 55.22Clôture veille : 62 080Volume :

Pétrole : recul du baril avec les dernières nouvelles de Syrie

tradingsat

(CercleFinance.com) - La perspective d'une intervention militaire imminente contre la Syrie s'éloignant, le cours du brut repartait vers le bas en ce début de semaine. Mardi midi, le contrat sur le baril de Brent de mer du Nord livrable en octobre reculait de 0,3% à 113,3 dollars, le WTI américain de même échéance cédant même 0,8% à 108,7 dollars.

En effet, les dernières nouvelles de Syrie, et notamment la proposition russe de contrôle international des armes chimiques du pays et le report du second vote au Congrès américain, ont contribué à détendre la prime géopolitique qui s'était formée sur les prix des barils. Ces intentions tendent effectivement à éloigner la perspective d'une intervention militaire occidentale contre le régime de Bachal el-Assad.

Comme le résument les analystes de RTFX, “les tensions entre la Syrie et les Etats-Unis se sont quelque peu apaisées ces derniers jours, ce qui permet au cours du pétrole brut de légèrement reculer”, alors que le Brent était précédemment “perché” sur les 115 dollars.

Chez Saxo Banque, les analystes précisent que “le secrétaire d'Etat américain John Kerry a jugé mercredi très improbable que des frappes militaires contre la Syrie puissent entraîner un conflit avec la Russie, principal allié politique et fournisseur d'armes du régime de Bachar al Assad. Jon Kerry ayant également ajouté que 'le ministre des Affaires étrangères (Sergueï) Lavrov l'a dit clairement (...) la Russie n'a pas l'intention de partir en guerre à propos de la Syrie'.

Autre élément de détente pouvant expliquer la baisse plus marquée du WTI : alors que l'Energy Information Agency (EIA) publiera demain l'état des réserves commerciales de pétrole brut américaine, le consensus table sur une baisse de deux millions de barils environ, ce qui ramènerait cette “jauge” de la demande américaine vers, sinon sous 360 millions d'unités. Soit encore un peu plus loin du record proche de 400 millions de barils atteint fin mai.


Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...