Bourse > Pétrole > Pétrole : Toujours plus bas, le wti à 80 dollars
PétrolePétrole WBS - MP0000000WBSWBS - MP0000000WBS
49.19 -0.24 %
49.16Ouverture : 49.75+ Haut : 48.79+ Bas :
+0.06 %Perf Ouverture : 55.22Clôture veille : 62 080Volume :

Pétrole : Toujours plus bas, le wti à 80 dollars

tradingsat

(CercleFinance.com) - Le pétrole n'en finissait pas de baisser au lendemain de statistiques décevantes des stocks américain et alors que la Fed n'a pas annoncé de “QE 3”. Vers 13 heures 10, le prix du baril de Brent de mer du Nord perd encore 0,8% à 91,9 dollars, le WTI le suivant de 1% à 80,7 dollars.

Hier soir, au terme d'un comité de politique monétaire (FOMC) de deux jours très attendu, la Fed a annoncé hier soir qu'elle allait prolonger de six mois une 'opération Twist' à 267 milliards de dollars qui, sinon, se serait arrêtée à la fin du mois. Il s'agit d'étendre la maturité du portefeuille de produits obligataires de la banque centrale américaine. En clair : la Fed va vendre des titres de dette fédérale d'échéances de trois ans ou moins pour acquérir des “papiers” d'une maturité allant de six à 30 ans.

En demandant davantage de titres à long terme, la Fed fera monter leurs prix et donc, mécaniquement, baisser leurs taux. 'Cette décision n'a pas eu de conséquence majeure sur le marché car elle était anticipée et qu'il est difficile d'aplatir une courbe des taux qui pratiquement l'est déjà', note un cambiste basé en Europe du Nord.

Si la Fed arbitre des “'papiers” pour d'autres, elle n'en achète pas davantage. Ce qui constitue une différence notable par rapport à un nouveau QE dont il n'est donc pas question à ce stade. 'Un 'QE3' pourrait avoir un 'coût élevé' (taille importante nécessaire) et un faible impact sur l'économie réelle, les taux d'intérêt étant déjà historiquement faibles. La banque centrale semble manquer de munition...', commente Aurel BGC. Dans ce cas, le bilan de la Fed aurait encore été dégradé et le dollar en aurait vraisemblablement subi le contrecoup.

Certains intervenants pariaient, sur les marchés de l'or et du pétrole, sur le lancement de ce troisième train d'assouplissement quantitatif qui aurait mécaniquement dilué la valeur de la devise fiduciaire qu'est le dollar contre les actifs réels, comme les matières premières en général, et l'or en particulier. Tel n'est pas le cas et cela peut contribuer à la baisse du pétrole, de même que l'abaissement des prévisions de croissance pour les Etats-Unis par la Fed.

Pour ne rien arranger, hier, les stocks de pétrole brut tels que publiés par l'Energy Information Agency (EIA) américaine ont augmenté la semaine dernière de 2,8 millions d'unités à 387,3 millions de barils, soit plus de deux fois ce qui était prévu. En valeur absolue, ce chiffre a atteint un nouveau record pour depuis 1990 après deux semaines de léger tassement.

Du côté de l'essence, la jauge passe de 201,8 à 202,7 millions en dépit de la 'driving season'.

Selon un analyste, ces chiffres sont 'au mieux neutres, au pire baissiers' pour le marché du brut. 'Le principal élément à retenir est une contraction notable de la demande dans toutes les catégories de produits pétroliers', souligne-t-il.

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...