Bourse > Pétrole wti > Pétrole wti : Reprise du brut après la chute de la veille
Pétrole WTIPétrole WTI WBS - MP0000000WBSWBS - MP0000000WBS
48.22 -0.58 %
48.38Ouverture : 48.58+ Haut : 48.18+ Bas :
-0.33 %Perf Ouverture : 55.22Clôture veille : 6 227Volume :

Pétrole wti : Reprise du brut après la chute de la veille

tradingsat

(CercleFinance.com) - Les cours du brut tentaient de se reprendre après le décrochage causé, la veille, par les craintes souveraines en Europe et des chiffres américains décevants. Aux environs de 13 heures, le baril de Brent de Mer du Nord d'échéance août gagnait 1,4% à 114 dollars quand le WTI américain de même livraison prenait 0,4% à 95,6 dollars.

En 24 heures, le Brent a cependant perdu environ cinq dollars et le WTI un peu moins de 4 dollars.

Le contexte macroéconomique est effectivement sombre. On a appris hier que l'indice manufacturier “Empire State” de New-York avait reculé le mois dernier, alors qu'il n'était attendu qu'en très légère décélération.

De plus, le défaut de paiement menace la Grèce, autre facteur défavorable à la croissance et donc à la demande de pétrole. 'La situation en Grèce devrait rester dans toutes les têtes, mais plusieurs indicateurs économiques sont prévus aujourd'hui et ils pourraient au final venir soutenir des marchés qui en ont besoin', note de son côté un trader.

La nouvelle baisse de l'euro face au dollar, qui se dirige vers les 1,41 dollar l'euro, a aussi pénalisé le prix du brut dont le billet vert est l'unique devise de référence.

Cependant, hier, on a appris que les stocks de pétrole brut américains avaient baissé de 3,4 millions de barils à 365,5 millions d'unités, une baisse supérieure aux attentes. En outre, et bien qu'ils aient augmenté de 0,6 million d'unités à un peu plus de 215 millions de barils, les stocks d'essence ont moins crû que prévu, ce qui est jugé moins négatif que prévu pour la demande automobile en cette période de “driving season”.

De plus, l'Agence internationale de l'Energie a apporté du soutien au pétrole ce matin. Elle a relevé sensiblement de 1.300.000 barils/jour sa prévision de demande de brut pour cette année à 89,3 millions de barils/jour, “principalement en raison de la révision de la demande extérieure à l'OCDE”, soit les pays industrialisés, indique l'organisation. Ce chiffre se compare à celui de 2010, également mis à jour, soit 88 millions de barils/jour.

C'est de bon augure pour la demande de raffinage, qui devrait bondir de 72,6 millions de barils/jour en avril à 76,4 millions en mai.

Copyright (c) 2011 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI