Bourse > Pétrole > Pétrole : Les tensions sur l'offre soutiennent le baril
PétrolePétrole WBS - MP0000000WBSWBS - MP0000000WBS
49.16 -0.20 %
49.26Ouverture : 49.53+ Haut : 49.15+ Bas :
-0.20 %Perf Ouverture : 55.22Clôture veille : 2 425Volume :

Pétrole : Les tensions sur l'offre soutiennent le baril

tradingsat

(CercleFinance.com) - D'Iran au Nigeria, les facteurs géopolitiques se liguent contre l'offre pour soutenir le cours du brut. Le baril de Brent de Mer du Nord livrable en février progressait de 0,5% à 113,1 dollars, le WTI américain de même livraison prenant 1,3% à 102,6 dollars.

Le conflit engendré par la nature supposément militaire du programme nucléaire iranien n'en fini pas de peser, l'Union européenne étant de plus en train de mettre en place un embargo sur le pétrole exporté par Téhéran. Le pays produisait 4,25 millions de barils / jour en 2010, selon le BP Statiscal Yearbook, soit 5,2% du total mondial.

L'Iran avait répondu à la pression occdidentale de diverses manières, en organisant des manoeuvres de sa marine de guerre autour du détroit d'Ormuz et en arrêtant puis en condamnant des américains sur son territoire par exemple.

Rappelons que selon le site Internet de l'Energy Information Agency (EIA) américaine récemment mis à jour, le détroit d'Ormuz est le point de passage le plus stratégique au monde pour le marché du pétrole. La 5ème flotte de l'US Navy est d'ailleurs basée dans le golfe arabo-persique.

L'an dernier, indique le site Internet de l'EIA, 14 pétroliers 'remplis' en moyenne empruntaient quotidiennement le détroit pour sortir du golfe arabo-persique, quand le même nombre de navires y entrait à vide. Ce qui représente environ 17 millions de barils par jour de transit “sortant”, soit 35% du brut transporté par mer. 'Plus de 85% de ces exportations pétrolières sont destinées au marché asiatique', ajoute l'EIA.

A titre de comparaison, la demande mondiale de pétrole brut est de l'ordre de 90 millions de barils par jour.

Par ailleurs, le président iranien Ahmadinejad, dont le rang est celui d'un chef de gouvernement, est en déplacement au Vénézuela, autre grand producteur de pétrole mal disposé à l'égard des Etats-Unis, dans le cadre d'une tournée latino-américaine.

Pour ne rien arranger, et après la marine qui a terminé ses exercices le 3 janvier dernier, c'est au tour de l'armée de terre d'Iran d'annoncer des manoeuvres qui devraient avoir lieu en février.

Autre facteur de tension sur l'offre pétrolière : les affrontements entre musulmans et chrétiens au Nigeria, 1er producteur de brut d'Afrique avec quelque 2,4 millions de barils par jour de production, toujours selon la compilation statistique de référence de BP. Schématiquement, les musulmans se concentrent dans le nord, et les chrétiens dans le sud, là où se situent aussi les ressources pétrolières du pays.

Chez CM-CIC, on ne croit cependant pas à la thèse de la partition : 'l'immense majorité des musulmans du Nord ne se retrouve pas dans la doctrine islamiste de Boko Haram (mouvement fondamentaliste terroriste attaquant les chrétiens, NDLR) et ne veut pas perdre le contrôle de la manne pétrolière au sud', indiquent les analystes. “Le risque d'interruption des productions (...) paraît faible', estime le bureau d'études.

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...