Bourse > Pétrole > Pétrole : Les 100 dollars toujours hors de portée du brent.
PétrolePétrole WBS - MP0000000WBSWBS - MP0000000WBS
49.25 -0.87 %
49.70Ouverture : 50.21+ Haut : 49.03+ Bas :
-0.91 %Perf Ouverture : 55.22Clôture veille : 50 203Volume :

Pétrole : Les 100 dollars toujours hors de portée du brent.

tradingsat

(CercleFinance.com) - Sans grande tendance alors que l'Europe n'a pas véritablement cessé d'inquiéter, le cours du baril de brut s'inscrivait en légère baisse mardi midi. Vers 13 heures, le cours du Brent de mer du Nord cédait 0,5% à 95,5 dollars, le WTI reculant de 0,1% à 83,1 dollars.

Depuis une bonne semaine, le cours de l'euro s'est repris en passant de moins de 1,25 à plus de 1,27 dollar hier en séance. Ce midi, il est revenu à 1,2621 dollar l'euro. Cette dépréciation relative du billet vert, unique devise de négoce du baril, tend habituellement à faire monter d'autant le cours de ce dernier dans les mêmes proportions.

Mais ce n'est pas le cas aujourd'hui étant donné un contexte pesant. Si le cartel pétrolier de l'OPEP a, la semaine dernière à Vienne, maintenu ses quotas de production à 30 millions de barils par jour, il n'en reste pas moins que les extractions réelles avoisinent les 31,5 millions de barils quotidien. En outre, ajoute un intervenant, l'Arabie saoudite, qui concentre la plupart des capacités de production excédentaires de l'organisation, souhaite que les quotas suivent la hausse de demande attendue au 2ème semestre.

Pour ne rien arranger, dans le dernier numéro de la revue Commo Hebdo, les analystes de Natixis ne sont pas enthousiastes quant à la résorption potentielle des stocks de pétrole américains au point de livraison de Cushing, en plein milieu de l'Oklahoma.

“A Cushing, les stocks pourraient enfin avoir atteint un pic, avec une chute de 380.000 barils cette semaine. Toutefois, à la différence des stocks américains dans leur ensemble, les stocks de Cushing sont fortement affectés par les flux entrants. Le niveau élevé des taux d'utilisation pourrait donc simplement contrebalancer la hausse des flux de brut vers Cushing jusqu'à ce que des volumes plus importants puissent sortir de Cushing par le rail ou par le réseau d'oléoducs”, craint Natixis.

La semaine passée, les stocks globaux de brut américains avaient très légèrement reculé à 384,4 millions d'unités. Mais ils restent à deux doigts du record depuis 1990 atteint quelques semaines plus tôt, à 384,7 millions d'unités. Ce qui signale un marché américain largement approvisionné en pétrole, d'autant que la conjoncture semble décélérer.

Les opérateurs devraient aussi limiter leurs prises de positions avant la publication des stocks de l'Energy Information Agency (EIA), attendue mercredi après-midi, et surtout le comité de politique monétaire de la Fed, mercredi soir. En outre, lors du G20 de cette semaine au Mexique, la question de l'Iran devrait également être évoquée.

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...