Bourse > Pétrole > Pétrole : Légère baisse, mais l'iran inquiète toujours
PétrolePétrole WBS - MP0000000WBSWBS - MP0000000WBS
49.13 -0.18 %
49.38Ouverture : 49.42+ Haut : 48.94+ Bas :
-0.51 %Perf Ouverture : 55.22Clôture veille : 5 513Volume :

Pétrole : Légère baisse, mais l'iran inquiète toujours

tradingsat

(CercleFinance.com) - S'ils se tassent légèrement, les prix du pétrole demeurent proches de leur plus haut annuel sur fond de tensions persistantes au Moyen-Orient. Ce midi, le contrat sur le baril de Brent de Mer du Nord de prochaine livraison reculait de 0,5% à 123,2 dollars, le WTI américain cédant 0,6% à 106,1 dollars.

Les tensions autour de l'Iran sont toujours palpables sur le marché. Elles ne semblent plus venir de Téhéran lui même, dont la position dure n'a pas changé. Hormis une fausse rumeur lancée la semaine dernière par un média local, rien de vraiment neuf n'a récemment filtré du pays.

C'est plutôt la réaction militaire de pays comme Israël qui joue maintenant le rôle de soutien, le Premier ministre de l'Etat hébreu Benjamin Netanyahu étant actuellement en déplacement à Washington. Des médias prêtent depuis des mois l'intention à Israël de détruire les installations nucléaires de l'Iran, fortement suspectées par l'AIEA en particulier et le monde en général d'être de nature militaire.

Les conséquences des pénuries et des embargos obligent aussi des pays à se trouver d'autres fournisseurs, ce qui donne à ces derniers un avantage quant à la fixation des prix. “La hausse des cours du Brent provoquée par la pénurie de brut en Europe du fait de la crise iranienne se traduit clairement par une hausse des ventes de brut russe. Les importations chinoises de brut russe ont également augmenté, pour remplacer le brut iranien et soudanais”, commentait dernièrement les spécialistes Matières premières de Natixis.

Demain, le marché sera attentif aux chiffres des stocks de pétrole brut hebdomadaires que l'Energy Information Agency (EIA) publiera dans l'après-midi. La semaine dernière, les réserves commerciales d'or noir US ont frôlé les 345 millions de barils, du jamais vu depuis le début du mois de septembre.

Avec les stocks d'essence et de distillats, cet indicateur est habituellement utilisé pour jauger de l'appétit du consommateur américain en produits pétroliers, par nature étroitement dépendant de l'activité économique.

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...